Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 août 2014 1 04 /08 /août /2014 09:50
I love you Phillip Morris

I love you Phillip Morris a remporté un sacré succès lors de sa sortie, essentiellement pour la prestation inattendue et très appréciable, mettant son style au service d’un arnaqueur gay de gros calibre, avec l’argument de l’histoire vraie et le côté bigger than life qui vient appuyer la démarche gentiment iconoclaste du film. Qui a l’avantage d’avoir de vrais moments de cinéma et des leçons pertinentes sur l’amour, cohabitant avec les clichés connotés les plus criards auxquels on pouvait s’attendre.

L’histoire : Steven, un arnaqueur homosexuel tombe amoureux d’un camarade de cellule : Phillip Morris. Dès cet instant, ils décident de rester ensemble indéfiniment.

I love you Phillip Morris

Voir Jim Carrey dans la peau d’un gay, c’était déjà l’idée qui justifiait le film. Personnage sans ambigüité (si ce n’est dans ses activités professionnelles), le premier degré qui l’entoure (à l’image de son humour très cartoonesque, utilisé ici pour les séquences arnaques, les fraudes à l’assurance ou ses passages au tribunal) fait du bien et permet à l’ensemble de prendre son envol. Sorte de Attrape moi si tu peux avec la romance gay pour marquer l’identité du film et honorer les promesses de l’affiche. Dans ce rayon, pas de problème, le film remplit largement ses quotas, avec même l’humour « trash » habituellement de rigueur (le sexe cru, l’exposition des attirances de Steven) pour bien marquer ses sympathies et assumer sa carrure. Mais le trash sait parfois aussi se montrer discret, comme dans l’exposition du milieu carcéral (jouant beaucoup sur les clichés du milieu). Sur les questions qui fâchent (la « prédisposition » notamment), le film se montre en revanche plutôt léger, évoquant l’idée via le running gag des nuages, anecdote plutôt légère en soi. Le film surprend en revanche avec plusieurs constats édifiants, en intégrant complètement que la relation amoureuse s’entretient en délaissant le monde extérieur, ou en l’exploitant à son profit. Steven se payera toujours la vie luxueuse avec Phillip en arnaquant, sans qu’il soit possible de jamais l’arrêter (ses vagues promesses intérieures sont oubliées dès l’instant où elles sont prononcées), et cela quelqu’en soit le prix (le tabassage du voisin bruyant en prison). Une petite claque dans le genre, et un constat plus intelligent et sensible que ce que les promesses comiques promettaient. Il en est de même pour les séquences cinématographiques (la danse en cellule, les retrouvailles…). Inattendu de trouver quelques tentatives virtuoses d’étoffer la romance en cours, parfois en s’offrant le luxe du muet pour mieux laisser s’exprimer les émotions. Toutefois, le film a tendance à accumuler les clichés, dans une mesure parfois agaçante (les chihuahuas…). La gestion du cliché dans ce genre de projet est délicate, car leur utilisation témoigne aussi de la volonté du film de ne pas non plus trop se prendre au sérieux, et de rire un peu de ses personnages en leur donnant des détails caricaturaux (et souligner ostensiblement un cliché, c’est un trait de provoc assumé et jubilatoire), mais leur accumulation pèse parfois un peu, et à plusieurs reprises franchit un peu la barre très subjective de la dérision (le golf, par exemple, un gag un peu long qui ne fonctionne pas). Le ton gentiment insolent du film en diminue parfois la portée, en diminuant l’impact sentimental car la volonté comique est parfois trop privilégiée, car on est là pour rire, en premier lieu. Mais quelques belles séquences, et le refus du film de céder au pessimisme (l’énergie que déploie Steven à s’évader pour se faire cueillir à chaque fois chez son amour) en font une comédie finalement sympathique, avec quelques traits de bravoure insoupçonnés, et la prestation d’un Jim Carrey qui redore son blason.

2009
de Glenn Ficarra, John Requa
avec Jim Carrey, Ewan McGregor

4,4/6

I love you Phillip Morris

Partager cet article

Repost 0

commentaires

tinalakiller 22/08/2014 14:09

Je ne l'ai plus revu depuis sa sortie en salles mais j'en garde un très bon souvenir. J'avais trouvé le film très drôle, frais et émouvant. Jim Carrey et Ewan McGregor sont également excellents.

Voracinéphile 24/08/2014 15:40

Même avis depuis ma découverte ^^. Une comédie tout à fait recommandable, rien réalisée et bien interprétée. Peut être un peu rude parfois dans son humour, mais sincère.

borat8 04/08/2014 19:32

Une humble réussite où les faits réels sont juste ahurissants (on parle quand même d'un type qui a accumulé les évasions pour la personne qu'il aime! Sans compter les autres magouilles) et une superbe histoire d'amour. Et puis cela fait du bien de voir Jim Carrey dans un bon voire très bon film ces derniers temps. Il est absolument superbe et Ewan McGregor est également très bien.

borat8 24/08/2014 16:32

Punaise il est encore passé il y a quelques temps sur Arte!lol

Voracinéphile 24/08/2014 16:28

Man on the moon sera bientôt rattrapé, promis !

borat8 24/08/2014 16:23

Oui depuis Eternal sunshine c'est son meilleur film et avant de Man of the moon.

Voracinéphile 24/08/2014 15:38

J'ai été agréablement surpris. On me l'avait recommandé il y a longtemps, et j'avais laissé de côté. Au final, il se passe énormément de choses, pas mal de gags fonctionnent, et on s'attache facilement aux personnages. Sans doute le meilleur rôle de Jim ces dernières années.

Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche