Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 septembre 2014 6 27 /09 /septembre /2014 14:28
Dissimulation

In Hiding, c’est le cinéma polonais qui revient en force. Un petit récit honnête, qui se sert du contexte de la seconde guerre mondiale pour faire un thriller amoureux plutôt intéressant, en tout cas réalisé avec classe et distinction. A ranger dans la même catégorie que Bandaged, toutefois…

L’histoire : En Pologne pendant la seconde guerre mondiale, Janina découvre que son père photographe cache une femme juive, Ester, dans leur maison. Débord réticente, elle finit par s’attacher à elle, surtout après que son père soit emporté lors d’une rafle. Mais alors que la guerre prend fin, Janina continue de cacher Ester, en lui mentant sur l’issue du conflit.

Dissimulation

J’apprécie particulièrement les films qui se servent de l’histoire pour donner à un récit déjà original, qui se plaît à souligner les enjeux humains qui sortent des sentiers battus en pareilles circonstances. J'aime aussi les films de lesbiennes. Ici, il s’agit donc d’une histoire d’amour saphique, initié par la dangerosité de la situation, et par la suite entretenu par Janina et ses mensonges. Au-delà de son simple postulat, c’est la limpidité des enjeux qui fait la force de In Hiding. Les enjeux sont simples (privée de son père, Janina se replie sur le seul univers qui lui reste, qu’elle tient à protéger de tout, et surtout de l’extérieur), et l’excellent jeu des actrices leur donnent corps avec aisance. Quoi de plus normal que de chérir ce qu’on n’a pas encore perdu, qui dépend encore de nous et dont la présence est d’un grand réconfort. Mais la gentillesse d’Ester et sa proximité sont aussi des moyens de survivre (d’une façon similaire aux signes cathos dans Black book que Rachel reproduisait pour faire plaisir à ses hébergeurs). D’ailleurs, elle ne cache pas ses envies de partir en Russie une fois le conflit terminé. Une crainte intolérable pour Janina, qui sait la séparation avec sa dernière présence inévitable. D’où le mensonge, prenant corps à la moitié du film. Les enjeux conservent leur limpidité tout en se diversifiant (les effets de la captivité sur Ester, l’attachement de plus en plus envahissant de Janina, les enquêtes communistes sur la présence d’autres personnes dans l’appartement et la perspective de le nationaliser…). Sans virtuosité, mais avec une mise en scène sobre tout à fait appropriée, In Hiding se révèle être un beau drame amoureux, qui part sur le postulat intéressant d’un Good Bye Lenin en mode captivité soumise. Avec quelques rebondissements de bon aloi (un collabo curieux, le parcours du père…), toujours simples sans donner dans la facilité. En résulte une découverte tout à fait honorable, qui fait son travail sans chercher à révolutionner son monde. Le genre de pépite qui fait toujours plaisir, avec le sel de l’amour lesbien.

2013

de Jan Kidawa-Blonski

avec Magdalena Boczarska, Julia Pogrebinska, Tomasz Kot

4,5/6

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Vince12 29/09/2014 19:07

C'est marrant parce que j'ai effectivement pensé à bandaged en voyant l'affiche

Voracinéphile 01/10/2014 11:11

Ah c'est clair que ça me changera ^^
J'ai vu plusieurs bons films ces derniers temps, faut juste que je trouve le temps d'en faire les chroniques. Mais je verrai bientôt du western, promis !

Vince12 30/09/2014 21:14

Mais non tu veux du viril ? Fait du John Wayne merde !

Voracinéphile 30/09/2014 10:27

On tape exactement dans le même registre. Peut être qu'ici, c'est un peu plus anxiogène et axé suspense, mais ce sont des univers qui se ressemblent, à la fois pour l'époque et l'esthétique. Je me fais ma petite période films de lesbiennes, je reviendrai bientôt à des trucs plus virils (comme Brokeback mountain).

Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche