Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 septembre 2014 7 21 /09 /septembre /2014 14:07
L'homme bicentenaire

La perte de Robin Williams, après le coup au moral (une icône d'enfance qui s'éteint), m'a poussé à rechercher d'autres films auxquels il avait participé. Les articles hommages de Borat et plusieurs autres blogueurs m'ont aidé à débroussailler le terrain, et c'est finalement sur L'homme bicentenaire que j'ai choisi de jeter mon dévolu. Récit de SF ambitieux qui puise chez Asimov sans le cacher, L'homme bicentenaire avait tout pour faire un film virtuose sur la vie en général. Hélas, c'est Chris Colombus qui s'est attaqué au projet (après avoir déjà jaugé Williams dans Mme Doubtfire), et qui livre un produit bien trop orienté famille...

L’histoire : Un robot créé dans les années 2000 et acheté par une famille fait preuve d’une faculté d’adaptation et d’intelligence inhabituelle pour les modèles de son genre. Intriguée, la famille décide tout de même de le garder à son service. Commence alors la découverte du monde et des hommes pour ce robot à l’œil neuf…

L'homme bicentenaire

Bon, reconnaissons le, le pitch de l’homme bicentenaire a de quoi immédiatement accrocher le fan de SF, qui pourra y voir un lointain ancêtre de Cloud Atlas, ou une variante de Magnolia dans sa fantastique ambition de délivrer un message rayonnant, un ressenti puissant et durable sur la Vie, sur les hommes et les grandes émotions qui font tourner le monde. En cela, l’Homme bicentenaire a tout du petit miracle espéré par les fans de SF, où la technologie passe au second plan pour souligner les enjeux humains qui s’y développent. L’homme bicentenaire a ce petit côté magique, et surtout cette imprévisibilité de la vie. Certains verront ce trait comme un défaut du script, qui montre après plusieurs péripéties qu’il ne sait pas vers où il se dirige. Le robot est doué d’une certaine forme de conscience (qui rend la communication très laborieuse avec lui avec son humour naïf et ses réactions exagérément protocolaires, mais c’est plus une lourdeur familiale qu’un véritable parti pris de SF), mais ne sait pas quel but donner à son existence virtuellement infinie. Alors il fait avec son univers, et exploite méthodiquement chacune des pistes qui s’offrent à lui. D’accord esclave domestique, il devient artisan sous contrat, puis serviteur affranchi, avant de s’intéresser à sa caste, explorant le monde à la recherche de semblables. Le script passe néanmoins par des étapes vraiment discutables (le passage pour signaler l’intelligence anormale du robot au constructeur avant de dire ben non on le rend pas, devant un méchant ingénieur qui dit « tôt ou tard, nous le récupèrerons ! ». On a faillit avoir droit à un remake de Beethoven ! Pareil pour l’aspect législatif du statut des robots pendant la quête d’un alter-ego, l’idée est évoquée, commence à poindre… avant de disparaître complètement, alors qu’il s’agissait d’un thème asimovien fondamental. En fait, L’homme bicentenaire utilise des arguments de la SF mais il s’en fout, c’est limite un accident si c’est réussi, car c’est faire un film sur la famille qui semble être sa principale préoccupation (notamment dans sa façon qu’il a de dépeindre une chaleur humaine bienveillante chez le robot ainsi qu’une inspiration totale à former un couple, qui n’avait pas vraiment de raison déterminante d’exister). Parce qu’il est parfois trop insistant, l’Homme bicentenaire dévoile alors sa structure cloisonnée, qui n’est vouée à être développé que dans la mince fenêtre de l’angle familial (à savoir formation d’un couple, développement de la famille et accomplissement par l’amour alors qu’elle verrouille au contraire son potentiel, le rattachant à faire le bonheur d’un seul être alors qu’il se révèle on ne peut plus créatif et utile dans ses quêtes personnelles (devenir humain, et en cela repenser le corps en concevant des organes et des prothèses qui font progresser la médecine mondiale). Certes, il veut devenir humain pour pouvoir aimer en tant qu’égal. Mais ces réflexions sont l’œuvre d’un scénariste accro à la guimauve qui n’a aucune conscience de ce qu’est la profondeur, ou alors à un degré minime en exposant sa bienveillance. Rien sur la condition humaine en général, un vague message sur l’esclavagisme des robots (en l’occurrence, les anomalies comme lui ont subi un génocide totalement passé sous silence), la portée de l’homme bicentenaire est extrêmement limitée, et finalement simplement réduite à la quête d’une humanité par la régression, à savoir retrouver toutes ses tares et handicaps (la chair, l’individualisme pour pouvoir être simplement accepté en société. Son action peut sembler avoir une portée symbolique (une création humaine fait un parcours de 200 ans pour affirmer son émancipation et revendiquer un titre qui en rien ne lui correspond, on le lui donne de bon cœur quand il s’est suffisamment esquinté pour l’obtenir, et c’est tout). Son existence n’a en rien fait avancer son « peuple », et ses préoccupations individuelles ne l’auront pas emmené bien loin. Malgré le bénéfice évident pour les humains, que de potentiel gâché.

Alors, pourquoi cette note généreuse ? Essentiellement pour Robin Williams, qui parvient à donner une certaine humanité à son personnage robotique (la prouesse est davantage palpable dans les débuts, quand l’enveloppe en plastique limite les manifestations émotionnelles), et qui lui confère cette chaleur humaine dont il a le secret. Une bienveillance naturelle, pas toujours appropriée ou intelligente (le gag des manifestations sonores corporelles… quelle faute de goût), mais qui tire toujours vers le haut en tentant de souligner le meilleur de chacun. De même, la guimauve familiale fait parfois mouche et trouve une certaine consistance dans des moments d’intimité (la mort du père, l’épisode du cheval de cristal), parvenant à capturer des facettes de vie familiale au potentiel sentimental certain. Malheureusement, les qualités humanistes du film s’arrêtent ici. Le futur aura beau bénéficier d’un certain soin esthétique, il semblera davantage creux que manifestement réaliste. Il a au moins le bon goût d’être optimiste. Là où on se tape des futurs toujours plus sombres dans la SF moderne, en voir un qui retourne à une ingénuité humaniste montrant des progrès humains, des aspirations culturelles toujours vives (religion et art se retrouvent mêlés au récit), fait du bien et alimente cet optimisme visé par le film. Sa répartie est piteuse, mais son fond est bon. Il s’arrête toutefois aux exactes limites de son terrain. Tous les parcours dissidents sont sortis vite fait du champ comme notamment le parcours de la grande sœur, petite peste gâtée qui devient une motarde punk insolente d’une caricature telle qu’elle provoquera sans un certain agacement pour bon nombre de spectateurs. Voir la marginalité ainsi caricaturée, et évacuée sans la moindre tentative de compréhension ni d’humanisation, ça fait un peu pitié. C’est ce qui sépare drastiquement l’Homme bicentenaire des autres films sur la vie. Et qui le rapproche du Tree of life. Sauf que ce dernier était à la fois expérimental et laissait totalement le spectateur jongler avec ses propres sentiments et expériences. L’homme bicentenaire, lui, t’encadre tout ça avec d’énormes barrières et on avance tant qu’on ne bute sur rien. C’est frustrant de se sentir ainsi embrigadé et de gâcher un tel potentiel (les lois d’Isaac Asimov ne seront pas exploitées une seule fois, c’est une valeur ajoutée aussi gratuite qu’inutile), malgré les efforts de Robin, d’un casting plutôt investi (essentiellement pour Sam Neill), et d’un bon esprit doublé d’une réelle ambition. Un coup manqué, qui bénéficie seulement d’indulgence.

1999
de Chris Columbus
avec Robin Williams, Wendy Crewson

3/6 (qui vaudrait 1.5 sans mon affection)

L'homme bicentenaire

Partager cet article

Repost 0

commentaires

borat8 21/09/2014 21:49

Beaucoup trop long et heureusement que par moments Robin Williams est là pour sauver les meubles. Je n'ai pas détesté non plus mais c'est clairement mauvais en ce qui me concerne.

Voracinéphile 24/09/2014 21:54

Je vois que nous avons des avis similaires. Seul Robin et sa grande force dans l'expression des sentiments donne une vraie présence au robot, qui illustre parfois le film de belles images. Mais devenir humain pour péter sous les draps, franchement... Quel scénariste régressif !

Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche