Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 septembre 2014 7 21 /09 /septembre /2014 13:58
Savage

Avec Savage, on sait qu’on se lance dans la grosse artillerie du revenge movie, mais en mode plus vénère que prévu. En effet, comme pour un certain Harry Brown, le vigilente est une thématique polémique et suffisamment costaude pour faire du puissant avec un budget réduit et quelques acteurs. Tout dépend à ce moment là du traitement et des objectifs, et à ce jeu, tout le monde a sa chance (qui aurait parié un kopek sur Dead man’s shoes ?). Ici, Savage s’attaque enfin à faire un personnage trouble, que la violence va façonner et remodeler à sa manière.

L’histoire : Paul est un photographe insipide, qui exploite en bon photographe la violence de la société pour l’exposer en première page. Au détour d’une ruelle, un soir, il est agressé, défiguré et castré par deux adolescents. Commence alors un long parcours psychologique.

Savage

Savage a cela d’excellent, dès le début de son histoire : il a le goût anglais du détail. Le petit plus des séries B britanniques, qui montrent qu’elles veulent vraiment en donner à voir au public en insérant une foule de détails qui sentent le vécu et qui inscrivent bien le film dans un contexte crédible. Un mal nécessaire pour un sujet aussi costaud que la « juste vengeance », facilement taxé de pratique fasciste. Coup de pot, le film n’en a rien à foutre, ou mieux, ne se calibre pas sur la notion de justice. Fuck la morale, il décide de se concentrer sur le ressenti psychologique de son personnage principal, qui n’a rien d’un héros. Après l’attaque, il y a la fameuse agoraphobie qui parasite la vie et qui fait se sentir encore plus victime (les moqueries devant le comportement ostensiblement peureux de Paul), l’addiction aux gadgets sécuritaires et les séances de psychanalyses, doublées d’un traitement lourd du à la récente amputation. Des angoisses typiquement masculines qui sont agencées par le récit (en plus de la pression morale, Paul commençait à entamer une relation amoureuse avec l’aide soignante s’occupant de son père paraplégique). Des détails qui s’accumulent et qui mettent la pression. Seulement, Paul décide de réagir par l’opposé, en se focalisant sur la façon d’exprimer sa violence. Via des cours d’autodéfense où ses traumatismes ne tardent pas à se faire remarquer en mal, et sur son apparence, ainsi que dans son fétichisme de plus en plus prononcé pour les armes. Un peu de muscu pour se donner une carrure, et voilà bientôt le nouveau Paul arpentant les rues, armé d’une lame à en faire rougir Elija Woods et prêt à en découdre avec le premier voyou qui passe. Sans se borner dans la violence. Le film n’essaye pas de justifier son héros, il se contente de suivre, s’appuyant franchement sur le statut de monstre naissant de la victime totalement brisée, et souhaitant bien fixer chaque nouvelle étape dans l’accomplissement de ce destin contradictoire. D’honnêtes ambitions, qui hélas ne font pas vraiment un film explosif. La psychologie a beau être là, elle ne soutient pas des dialogues un peu mou du genou. De même, le personnage principal manque de charisme, fait quasi rédhibitoire pour pareil sujet. Malgré son traumatisme et ses multiples aspects, l’acteur ne facilite pas l’identification, surtout quand il commence à reprendre les armes pour rendre les coups. Je pense par exemple à la séquence du mouton, qui hésite entre trash et humour, choix original mais complètement hors de propos au vu des objectifs de la scène. Un peu triste à dire, mais malgré le drame et le détail du suivi psychologique, l’histoire de Paul n’est pas très intéressante. Il peut facilement être réduit dans la simple case clichée de la victime qui devient une machine à tuer, illustration standard d’un simple mécanisme de violence qu’il aurait été facile de résumer en encore moins de temps (le film paraît long alors qu’il fait seulement 1h20) qui n’apporte que peu d’idées novatrices à son concept de base. Une certaine hargne avec la gueule de l’acteur une fois balafrée, quelques détails qui sentent le vécu, mais un pétage de câble plus diffus, sans la moindre bouffée d’optimisme (la vague rédemption par l’histoire d’amour est vite évacuée), qui se conclut sans surprise, mais avec force.

2009

de Brendan Muldowney

avec Darren Healy, Nora-Jane Noone, Gerry Shanahan

3/6

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Vince12 22/09/2014 18:42

Mouaif, j'avoue ne pas être tenté.

Voracinéphile 24/09/2014 21:51

C'est surtout l'absence de renouveau qui mine un peu ce film. Autant un parcours cohérent est intéressant, autant une caractérisation sommaire (d'un protagoniste pas attachant, ce journaliste à sensation n'a aucune épaisseur, seul son physique avant et après transformation vaut le détour) et quelques choix bizarres rendent le film finalement mineur, pas nul, mais dispensable.

Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche