Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 octobre 2014 7 19 /10 /octobre /2014 20:21
Chérie, je t'aime beaucoup, regarde ce que je t'ai offert pour ton cadeau d'anniv !

Chérie, je t'aime beaucoup, regarde ce que je t'ai offert pour ton cadeau d'anniv !

Annabelle est typiquement le genre de film qui me donne envie de tuer. Envie de tuer les abrutis d’adolescents qui se ruent en masse dans la salle pour se prouver qu’il peuvent voir un film sans ambiance, envie de tuer le réalisateur pour avoir produit un truc aussi plat, envie de tuer les producteurs qui sont prêts à valider n’importe quoi pour faire du fric, envie de tuer la caissière qui ose vendre des places pour ça, envie de tuer les gérants de Gaumont Pathé pour sortir un truc pareil…

L’histoire : Avant conjuring, il y avait… Mirabelle !

Cours, Rosemarie ! Cours !

Cours, Rosemarie ! Cours !

Vraiment, être pris pour des cons à ce point, fallait oser. Il est incroyable de voir un tel plagiat de nos jours, balancé comme une œuvre originale, et qui connaît un succès aussi illégitime. Une véritable saloperie dans les règles de l’art, qui chie sur le cinéphile pour taper dans l’adolescent. Annabelle, c’est Rosemary’s baby. Tout le temps. A chaque minute. Sans la moindre ambiance. Dans l’original, certes, ça pouvait parfois prêter à la somnolence, mais le malaise finissait par devenir authentique, diffus, impalpable (c’était aussi l’absence de menace évidente qui finissait par nous faire tout suspecter). Ici, croyez bien qu’on vous avertira bien quand il faut crier par une bande son tonitruante, un jump scare attendu ou un effet horrifique bien défini (l’inutile bond en arrière devant la cuisinière en feu, visible dans la bande annonce, qui ne fera peur à personne, exploité depuis des années par Paranormal activity). Aucune ambiance, rien de rien (la caméra filme la chambre d’enfant avec un carillon en espérant créer un malaise, alors que rien ne s’installe, parce qu’il n’y a rien à voir. Là où ça devient grave, c’est que le film s’inspire aussi de la vie de Roman Polanski (ou plutôt de Sharon Tate) en faisant intervenir une secte à la Charles Manson, qui va se charger de posséder la poupée d’une façon bien nanarde (Chucky n’était pas loin). Les meurtres, ça pouvait aller, mais le rituel lourdement mis en scène… A partir de là, on se tape des cris de femme enceinte, les plaintes d’un mari qui n’est jamais là quand il faut, mais qui repart toujours au boulot le lendemain, les encouragements de la négresse de service qui s’y connaît en occulte, mais non, elle est gentille et se suicide pour sauver les blancs à la fin (bon sang de boire, on est en 2014 et on voit encore un truc pareil ?)… Bon, ne soyons pas trop vache, il doit y avoir une ou deux séquences dans le lot (soit environ 4 minutes) qui valent le coup. Un plan en contrejour de poupée avec un visage démoniaque, le jump scare de la gamine remplacée par la furie (spoilée en bande annonce, donc inefficace), un landau pompé sur l’affiche de Rosemary’s baby…), mais sinon, tout le reste est mauvais. Quand un film vous fout une scène avec des gamins qui font un dessin gore prémonitoire avec un camion, c’est déjà nul, quand ces mêmes enfants disparaissent par la suite du récit, c’est pathétique, et quand la scène en question se révèle être un gros fail, c’est du foutage de gueule authentique. Une heure trente de rien, de promesses non tenues, d’idées foutues à la poubelle, de non prise de risque… Un constat déplorable pour ce qui sera l’un des plus mauvais films d’horreur de l’année. Seul petit épisode comique, le prêtre qui veut faire une photo de Mia avec son bébé posé sur ses genoux avec un grand sourire, on flaire un pédophile latent.

2014
de John R. Leonetti
avec Annabelle Wallis, Ward Horton

1/6

"Laisse moi prendre ton bébé en photo, salope !" Une vision très juste et naturaliste du pédophile à soutane...

"Laisse moi prendre ton bébé en photo, salope !" Une vision très juste et naturaliste du pédophile à soutane...

Partager cet article

Repost 0
Published by voracinephile - dans Epouvante ( qui stresse)
commenter cet article

commentaires

Kapalsky 28/10/2014 09:42

Pour sa défense, le prêtre était le seul personnage un tant soit peu intéressant de ce film. :D

borat8 21/10/2014 22:05

D'ailleurs bonne nouvelle James Wan va faire Conjuring 2 pour 2016.

Vince12 21/10/2014 21:43

Annabelle ? qui que c'est celle là !

Voracinéphile 22/10/2014 02:51

Miracle, tu ne la connais pas encore ! Un conseil, tiens t'en éloigné ! Voir les tortues ninja me semble davantage recommandable.

borat8 20/10/2014 17:05

Je voudrais bien comprendre: comment peut-on faire une préquelle-spin off à Conjuring sans prendre les Warren comme sujet? Cela prouve d'autant plus l'opportunisme du projet et c'est aussi pour cela (en plus des avis parlant de bouse) que je ne veux pas le voir.

Voracinéphile 22/10/2014 00:47

ad movies l'a taillé en pièces, et je ne m'en suis pas privé non plus. J'ai quand même pu discuter avec un défenseur du film, qui loue le côté sinister, sans avoir pensé un moment à Rosemary's baby. Ca me semble quand même un peu dur de passer à côté...

2flicsamiami 20/10/2014 16:17

Une pure affaire d'opportunisme en fin de compte. Cette histoire de poupée ne m'intéressait pas du tout à la base, et elle ne m'intéresse pas plus aujourd'hui.

Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche