Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 octobre 2014 7 05 /10 /octobre /2014 13:06
Rampage II : capital punishment

Uwe Boll est un exploitant qui a peu à peu tenté de devenir cinéaste en se lançant dans ces projets viscéraux souvent en lien avec l'horreur (Tunnel Rats, Seed, Stoïc, Rampage, Darfur...). Et avaec le temps, son ambition d'aborder des sujets d'actualité de plus en plus brûlants a grandie (Rampage, Dafur, Attack on Wall Street, Auschwitz). Il est devenu pourvoyeur de films politiquement incorrects à même de susciter le débat. Mais devant cette frénésie d'en dire beaucoup sur les maux de notre époque, l'auteur risquait de tomber dans la caricature. C'est malheureusement chose faite avec Rampage II, capital punishment.

L'histoire : Bill Williamson, auteur de la fusillade la plus meurtrière des Etats Unis, revient torturer l'âme de l'Amérique avec de nouveaux messages dissidents.

Tout bon rebelle doit se couper les cheveux avant de partir au casse-pipe

Tout bon rebelle doit se couper les cheveux avant de partir au casse-pipe

Rampage était un des meilleurs films d'Uwe Boll. En prenant son personnage central dans son quotidien, et en lui faisant faire un braquage qu'il justifiait avec tout un tas de théories complotistes et autres frustrations quotidiennes, il parvenait à souligner un certain mysticisme politique entourant les actions du personnage, sans jamais perdre de vue ses simples objectifs matérialistes (son braquage). Le film devenait une espèce de gros bordel aux scènes d'action amorales tout à fait appréciable. Sa suite décide de prendre un autre chemin, pour notre plus grand malheur, celui du brûlot politique. C'était la meilleure piste qui s'offrait à lui, et c'était courageux de la prendre à bras le corps. Et c'est alors qu'on se rend compte de la connerie ambiante qui tétanise le script et Uwe Boll. On pourra toujours se planquer derrière la soit disant prise de distance faite par le film en montrant toutes les victimes des fusillades (souvent au ralenti pour qu'on en perde pas une miette), le film soutient le point de vue de Williamson, même dans ses excès les plus impensables, en croyant toucher à de la profondeur. Mais les opinions avec lesquelles il justifie sa théorie du contrôle de l'expansion humaine par un eugénisme aveugle n'ont que peu de liens entre elles, et sont régulièrement erronées. Le fait que son protagoniste en appelle à prendre les armes alors même qu'il critique la non régulation des ventes d'armes (d'ailleurs, critiquer cela relève de la pure connerie, les armes ne sont pas responsables des tueries (un grand nombre d'armes non enregistrées sont trouvables dans les pays cités en exemple), c'est l'état d'esprit de la population suspicieuse et égoïste qui en est à l'origine) prouve d'office son hypocrisie morale. Il a l'impression d'être intelligent parce qu'il parle sans s'arrêter et avec un flingue en main. Mais s'arrêter pour réfléchir une minute serait aussi une bonne idée.

C'est à partir du moment où il en appelle à l'extermination des élites et des riches que j'ai commencé à bien rigoler, tant le racolage politique devenait outrancier. Monsieur se targue de vouloir sauver la planète en exterminant une bonne partie de sa population, il a balancé l'essentiel de ses munitions sur des passants et des pauvres, et il en appelle à tuer le 1% des riches ? Si c'est pas meugnon ! J'adore ce mec, il me ferait croire qu'il n'a pas bouché les toilettes avec du PQ collé au bout des doigts. Parce qu'il mixe ses conneries avec des faits reconnus (oui, l'avidité bancaire, oui démocrates et républicains appliquent la même politique, oui la libre expression tant qu'elle ne perturbe pas l'ordre établi par les lobbies...), le film s'auto-proclame étendard du mécontentement populaire général et en appelle à la révolution. Il en profite aussi pour fustiger les médias politiquement corrects qui s'autocensurent pour rester dans une ligne politique bien définie... tout en critiquant leur opportunisme de faire le buzz avec des infos exclusives même quand elles sortent de ce cadre (par l'intermédiaire d'Uwe Boll, qui joue un producteur opportuniste qui passe son temps à dire combien il gagne de fric avec la prise d'otage en cours). Et la religion, c'est juste pour filer du fric aux églises... Mais aaaarg ! De toute façon, il est impossible de parler avec le nouveau Bill Williamson. Il accuse le monde de ne pas l'écouter et abat ceux qui entament la conversation avec lui. Rien que ce simple constat suffit à rendre caduc toute la pensée qu'il croit être la sienne, alors qu'il ne s'agit que de trucs glanés ça et là sur le net (et oooh, sur wikileaks, site encensé par le film, qui a révélé des informations top secrètes intéressantes, ainsi que d'autre complètement bidons pour faire aussi du buz). Et que dire de la scène où Bill force un otage à en tabasser une autre, dans l'espoir d'illustrer une vague idée d'humanité qui n'existe que dans la violence de ses pulsions. Tu prouves seulement qu'on se rabaisse, pas qu'on retrouve un instinct.

Là où Rampage II va se montrer intéressant, c'est quand on lira les critiques qui l'ont appréciées. Quand on verra comment ce film est défendu. Car à part citer les thématiques abordées (toutes sont fascinantes), il n'est pas possible de le soutenir. Il s'attire la sympathie parce qu'il ose aborder des thèmes habituellement réservés aux conversations intimes, les trucs impossible à dire dans la société normale. Mais ça ne veut jamais dire que ce qu'il débite a un sens ou est intelligent. Le jugement se fera alors sur une chose : la personne qui critique estime-t-elle que le film a suffisamment de distance avec son sujet ? Car si il ne fait que lancer des thématiques qui visent à susciter le débat sans influencer les choix du spectateur, le film a du mérite. Mais je ne pense pas que ce soit le cas. Par son accumulation, le film a l'air de faire des relations de cause à effets aberrantes, fustige à la fois les élites et la population qui l'entoure (et l'acclame), et surtout qui croit maintenant dur comme fer à ses conneries. En faisant de son cas particulier un modèle qui tente d'appliquer sa philosophie de péquenot à l'ensemble du monde par la force. C'est un ultra conservateur qui ne cache pas sa haine des gens, des ses voisins, de tout le monde, qui essaye de camoufler ça en prenant parti pour des causes lointaines qui ne le concernent aucunement (les immigrés, les prisonniers, la politique étrangère), et qui tuera toujours comme un demeuré (il ne sait faire que ça) pour (se) prouver quelque chose. Y a des limites à l'intoxication politique, et si tout le monde crache sur American Nightmare 2, ces deux films sont pourtant bel et bien au même niveau.

2014
de Uwe Boll
avec Brendan Fletcher, Lochlyn Munro

1,5/6

Uwe Boll contraint de s'expliquer par les autorités corporatistes à la solde des mass-médias et de la mondialisation : "C'est pas moi, c'est l'appât du gain !"

Uwe Boll contraint de s'expliquer par les autorités corporatistes à la solde des mass-médias et de la mondialisation : "C'est pas moi, c'est l'appât du gain !"

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Bill Williamson 09/01/2016 11:54

I Love You Rampage 1 and 2 I love you Uwe Boll

alice in oliver 17/10/2014 08:55

Oui, et ensuite, Uwe Boll réalise tout de même des meilleurs films depuis quelques années. A voir donc malgré une critique très négative tout de même

Kirito L'épéiste Noir 11/12/2014 20:39

Ferme la et essaie de collecter des fonds pour en faire un film parlant de politique et de divers sujets, c'est un film indépendant, essaie de faire aussi bien qu'eux et on en reparlera. Quant à moi j'ai trouvé ça génial. Je suis en parti d'accord avec Bill.

Voracinéphile 17/10/2014 15:05

Je suis d'accord. Mais déjà avec Assault on wall street, j'avais noté une tendance au populisme primaire assez gênante dans sa bancophobie. Là, il confirme totalement mes craintes, puisqu'il n'y a aucun sentiments ici pour justifier ce qu'il dit ou ce qui est mis en scène... Vivement ta critique !

Vince12 07/10/2014 19:04

Je dois l'avoir, mais je l'ai toujours pas vu.

Voracinéphile 17/10/2014 01:47

Bon, je ne vais pas recommander de voir un film que je trouve mauvais (comme American nightmare 2), mais si tu le vois, il y aura beaucoup de matière à en discuter. Surtout toi qui apprécie la polémique, le film essaye vraiment d'aborder beaucoup de choses...

alice in oliver 06/10/2014 08:02

bien aimé le 1er donc j'aimerais voir ce que donne cette suite, visiblement très inférieure à son prédécesseur

Voracinéphile 17/10/2014 01:46

Les débats font rage entre internautes ! Ton avis sera le bienvenu pour le juger. Il est très politique, c'est déjà intéressant de le savoir.

Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche