Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 novembre 2014 5 21 /11 /novembre /2014 14:01
Little children

Little children est un film intéressant, qui s’essaye lui aussi au drame du vide de l’existence dans la banlieue américaine. Que reste-t-il à décrire avec Les noces rebelles ? Et bien pas mal de choses, puisque ce prétexte du vide est pris pour suivre les réactions de chacun, et est plutôt un prétexte pour suivre une galerie de personnages dont le plus intéressant est un pédophile notoire.

L’histoire : Sarah Pierce est plutôt désespérée dans sa banlieue bourgeoise de la côte Est. Un nouveau voisin va semer le trouble dans sa vie sans relief.

Little children

Little children donne à nouveau à Kate Winsley une occasion de jouer les mères au foyer brisée par la monotonie du quotidien. Ici, en plus de la façon dont elle considère sa fille (comme un gnome vampirisant son énergie), elle étudie les autres mères au foyer, et la façon dont elles gèrent leur écrasant quotidien par une platitude réflexive totale et une lecture plus ou moins rigide de la façon d’apporter du piment à sa vie. Elle se rapproche alors d’un père au foyer, responsable et qui possède quelques regrets de jeunesse, notamment celui de s’être impliqué trop dans ses études et sa vie professionnelle, sans avoir profité de ses jeunes années. Le récit est principalement centré sur eux, et même si les détails sont justes et révélateurs de leur solitude, bon dieu que c’est chiant. Malheureusement pour le film, une fois qu’on commence à être rodé sur le sujet, il n’apporte plus grand-chose à ce niveau là. Heureusement, il y a le pédophile hantant le quartier. Dès sa sortie de prison et son retour dans la maison maternelle, il est constamment harcelé par le voisinage, voit sa figure plaquée sur tous les arbres par des bénévoles soucieux de bien faire et n’a plus le droit de fréquenter les lieux publics à haute concentration en gamins. Il se trouve dans une prison à ciel ouvert, où seule sa présence maternelle a quelque chose de réconfortant. Le film charge un peu la mule quand il met en scène sa déviance (la scène de masturbation en voiture, qui n’était pas vraiment nécessaire dans le contexte où elle se déroule), mais sa volonté de redonner au personnage une décence et une nature humaine est évidente. D’ailleurs, la fin est une invitation ouverte à officialiser cette réhabilitation, malgré la tournure dramatique des évènements. Et en cela, le film avait un certain courage. Mais plusieurs détails se révèlent ratés. Le premier étant cette voix off insupportable qui nous explique tout alors qu’on peut très bien comprendre en regardant jouer les acteurs, et que les trajets de nos principaux protagonistes n’ont finalement pas énormément d’intérêt au vu des personnages secondaires. Pour le reste, oui, Little Children illustre une certaine notion de la Vie, et se révèle noble de cœur. Il en fallait un peu plus pour mériter une bonne note, mais l’effort est remarqué.

2006
de Todd Field
avec Kate Winslet, Patrick Wilson

3.9/6

Little children

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Vince12 24/11/2014 21:15

Le casting fait envie en tout cas

Voracinéphile 25/11/2014 21:26

Assurément. Même si les principaux acteurs ne sont pas particulièrement marquants, leur interprétation est sans faille.

borat8 22/11/2014 12:19

Un film que tu pourrais prendre pour terriblement oscarisable mais finalement non. Le film est glauque et son portrait de sa société liée aux apparents est violent au possible.

Voracinéphile 25/11/2014 21:25

Un certain côté glauque, je suis d'accord. Rien de bien nouveau cependant si on considère son sujet (d'ailleurs, il se focalise parfois un peu beaucoup sur le sexe (le mari de Sarah surtout), histoire de faire du trash facile). Mais sous ses défauts, le fond m'a semblé plutôt honnête.

Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche