Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 novembre 2014 2 25 /11 /novembre /2014 14:15
Ludvig Van B.

Amadeus a bien fait parlé de lui avec ses 8 oscars, aussi, un autre biopic de musicien a été lancé sur ce chantier. Grande reconstitution d’époque, une belle troupe d’acteurs réunis pour l’occasion, et dans le personnage de Beethoven, l’inattendu Gary Oldman, qui livre une performance plutôt intéressante dans sa carrière.

L’histoire : Alors que Beethoven vient de décéder, la lecture de son testament révèle qu’il lègue tous ses biens et sa musique à son « éternelle bien-aimée » sans mentionner son nom. Commence alors une enquête retraçant la vie du musicien.

Ludvig Van B.

Loin de tout esprit de vengeance et de jalousie artistique, le film suit la vie de Beethoven comme un roman. Avec ses étapes, ses séquences, ses différents épisodes (son passage en tant que professeur de piano, sa vie solitaire dédiée à la musique, le scandale de la découverte de sa surdité…). En cela, le film privilégie l’absence de vision, il se contente, comme nous, de suivre le cours de sa vie en changeant de ton quand cela s’impose. Mais il faut néanmoins une tragédie, car nul génie ne peut recevoir le compliment sans en subir une. Pour Beethoven, ça sera son incapacité à perpétuer son talent. Après le fiasco de ce fameux concert où l’orchestre saborda la représentation, déclenchant des huées du public devant un Beethoven dépassé par les évènements, le musicien est tombé en disgrâce, puis c’est son meilleur ami qui décède, léguant à sa veuve manipulatrice ses biens et une partie de la musique de Beethoven. On a alors une curieuse partie juridique pour la garde de l’enfant (une étrange impression de divorce avant l’heure), qui revient finalement à Beethoven. Ce dernier donne à son protégé une éducation essentiellement musicale, sans que ce dernier manifeste hélas un quelconque talent en la matière. Car le talent n’est pas donné à tout le monde, et la contrainte, à moins d’une personnalité inexistante, engendre rarement le perfectionnisme nécessaire au jeu d’un instrument. C’est là la déchéance de Beethoven, s’acharnant à vouloir continuer à vivre par l’intermédiaire d’une nouvelle génération qui n’a pas l’étoffe nécessaire. On appréciera alors de voir le thème poussé assez loin, jusqu’à la tentative de suicide du gamin devenu jeune adulte (brisé par son incapacité à satisfaire les desseins de son oncle), et cette séquence de cinéma où Gary Oldman nous livre un Beethoven hagard, consumé par sa vie et la boisson, errer comme un zombie sur un parvis d’église. Aucun spoil concernant l’enquête, la révélation viendra avec le visionnage du film. Ce dernier se révèle donc être un biopic plutôt bien troussé, honnête dans son jeu d’acteur et parfaitement limpide dans ses intentions.

1994
de Bernard Rose
avec Gary Oldman, Isabella Rossellini

4/6

Ludvig Van B.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

alice in oliver 26/11/2014 11:35

J'ai vu AMADEUS mais pas celui ci. Va falloir que je m'y attelle un de ces 4

Voracinéphile 01/12/2014 19:01

Je pense que tu seras gentiment de mon avis. C'est un bon film, hélas il manque d'un peu de virtuosité de mise en scène pour devenir un classique. Mais bonne performance de Oldman, ça soulage ^^

Vince12 25/11/2014 20:02

Gary dans le rôle de Ludwig Van ! Ah beh merde alors je l'ai loupé celui là !

Voracinéphile 25/11/2014 21:28

J'étais moi aussi complètement ignorant de son existence quand un camarade pianiste a attiré mon attention sur son cas. Un film intéressant, dont le classicisme fait plaisir sans prendre de grands risques.

Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche