Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 novembre 2014 2 11 /11 /novembre /2014 13:39
V/H/S 3 : Viral

La saga VHS marche assez bien, essentiellement grâce au meilleur niveau qu’a réussi à atteindre le second opus, qui se lâchait question nervosité et horreur. Le troisième arrive donc aujourd’hui, se proposant surtout de partir sur différents continents, et avec des thématiques plus ou moins variées (en fait, sans aucun lien logique entre elles, mais bon, l’histoire principale va quand même réussir à te relier ça). En résulte un film médiocre.

L’histoire : Dans l’optique de faire le buzz, une bande de jeune décide de faire une compilation video d’accidents et d’évènements bizarres, qui aboutissent au what the fuck…

V/H/S 3 : Viral

Quatre segments sans compter l’histoire centrale, qui pour une fois bénéficie d’un certain développement sur la fin (contrairement à ses prédécesseurs). Le premier, complètement ludique, est de loin le meilleur malgré son parti pris assez classique. Tombant sur une cape magique de Houdini, un type se retrouve capable de faire des tours d’illusionnistes réellement magiques, mais évidemment, un petit tribut de sang se révèle vite nécessaire pour continuer à faire usage de ces pouvoirs. On suit donc un script sans grande surprise, qui s’amuse toutefois avec les petits tours classiques de l’illusion, qu’il pervertit dans la violence. De la poudre aux yeux qui peut gentiment faire illusion pour peu qu’on pose le cerveau, hélas plombé par une fin en dessous de tout question cliché et effet visuel pourri. Un travail un peu à l’arrache de Gregg Bishop. Le second est le plus long avec le quatrième, et se révèle être l’œuvre de Vigalondo, le réalisateur du plutôt bon Time Crimes. Ici, il fait le postulat d’une machine ouvrant sur une dimension parallèle simplement inversée comme si elle était vu dans un miroir. Mais plutôt que de réfléchir sur l’effet de la machine (a-t-elle créé cette dimension ou ces deux se sont elles rejointes par le portail que chacun des deux a créé en même temps ?), le film préfère s’embarquer dans une visite respective des dimensions parallèles. Et ça vire à la blague de mauvais goût quand on constate les délires sur les pénis de l’univers parallèle, on part dans le nawak indigne d’un Troma. Le troisième segment ne mérite pas qu’on s’y attarde. Le quatrième, lui aussi un peu long, a le mérite de proposer quelques idées graphiques sympathiques, en nous parlant de sacrifices vaudou, qui dégradent les corps des fidèles pour ne laisser que leur squelette animé (et ce ne sont pas des images de synthèse). Malheureusement avant de pouvoir en bénéficier, on devra supporter une bande de jeunes skateurs qu’on a envie de frapper à la chaîne à clous tant leur comportement irresponsable (l’un d’eux se balade avec un flingue et tire en l’air à plusieurs reprises) met en danger les passants dans la rue. Et ce ne sont pas forcément les plus cons qui dérouillent. Je passe sur le traitement assez gênant des forces de polices (qui s’enfuient en voyant le sacrifice) qui sent surtout le manque de budget, pour hélas déplorer plusieurs effets numériques assez sales qui s’intègrent mal avec la qualité d’image volontairement sale des enregistrements. En résulte un sketch décevant car gâchant un peu ses effets spéciaux. Pour en arriver alors à la conclusion de l’histoire reliant nos sketches, qui suivent nos jeunes accros au buzz et qui balance une conclusion à leur histoire… en relâchant un fantôme sur le net ? Nan, ça part trop dans le n’importe quoi, il est temps d’arrêter les frais. Après les quelques efforts du 2, VHS revient en arrière et signe une anthologie de piètre facture, et malheureusement, ABC of death 2 ne viendra pas relever le niveau. Tous les espoirs se tournent maintenant vers The theatre bizarre 2 et le maousse Profane Exhibit…

2014
de Nacho Vigalondo, Marcel Sarmiento, Gregg Bishop, Justin Benson, Aaron Moorhead
avec Justin Welborn, Gustavo Salmerón

1,3/6

V/H/S 3 : Viral

Partager cet article

Repost 0
Published by voracinephile - dans Epouvante ( qui stresse)
commenter cet article

commentaires

Punisher-28 12/11/2014 03:48

J'ai moyennement apprécié le premier et ai donc tardé à voir le deuxième qui fut au final une excellente surprise, surement l'un des meilleurs found footages de ces dernières années à mes yeux. C'est donc à bras ouverts que j'ai accueilli ce troisième opus qui est peut-être ma plus grosse déception depuis [Rec3] ! Aucuns des courts ne m'a vraiment plu, on baigne dans un espèce d'humour noir pourri qui n'a absolument pas sa place dans cette saga, le coté gore, dérangeant et parfois sexy des deux premiers épisodes est complétement absent et surtout l'ambiance ne prend jamais, là où le second opus réservait quelques purs moments de terreur. Sans oublier la photographie trop propre en désaccord total avec les V/H/S 1&2 à l'image sale et granuleuse propre à nos bonnes vielles cassettes vidéos. Par contre je suis curieux de savoir comment tu a pu voir les quatre segments, je n'en ai vu que trois personnellement, les trois dont tu parles dans ta critique. Le quatrième ayant était supprimé peu avant la sortie du film d'après le wikipedia américain http://en.wikipedia.org/wiki/V/H/S:_Viral .Ce qui rend d'ailleurs le film ridiculement court (peut-être sa plus grande qualité au final).

Voracinéphile 17/11/2014 08:55

Effectivement, je viens de vérifier sur wiki, le segment gorgeous vortex a été coupé au montage.Le film que j'ai vu fais bien une heure 20, j'ai vu la version censurée, mais le montage du film a dû m'induire en erreur. J'ai pris la partie avec le barbecue mexicain pour un segment à part entière, peut être.
C'est en tout cas dommage d'avoir coupé tout un segment, parce qu'on n'a vraiment pas l'impression qu'ils nous aient laissé les meilleurs.

Vince12 11/11/2014 19:58

Je crois que je ne connaissais même pas cette série. Mais visiblement seul le second opus serait intéressant.

Voracinéphile 17/11/2014 08:46

Pour le coup, il faut vraiment être amateur d'horreur pour y accorder de l'intérêt, car elle ne possède rien en dehors du divertissement. Néanmoins, le second trouvait davantage d'énergie dans ses différentes histoires, et en devenait du coup plus immersif

Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche