Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 décembre 2014 6 27 /12 /décembre /2014 14:14
Predestination

Prédestination est un petit film sorti sans prévenir cette année, avec globalement peu de promesses, sinon de se livrer à un jeu de boucle temporelle plus ou moins réussi, et qui n'a surtout pas grand chose d'original.

L'histoire : Une agence de contrôle de voyage temporel tente de retrouver l'identité d'un terroriste qui projette de réaliser un grand attentat dans le futur.

Predestination

Rien de nouveau, vraiment rien. Le problème de prédestination, c'est qu'il n'arrive pas à surprendre une minute. Il est un pur produit calibré au millimètre, pensé pour avoir tel effet, pour être classé immédiatement comme un petit budget intelligent. C'est un film prévu pour faire illusion, qui veut montrer qu'il est intelligent en glissant dans son script quelques rebondissements pour donner le change et refiler matière à agiter sa matière grise. Sauf que comme chez Looper, le film loupe le coche. Déjà en faisant ostensiblement du remplissage lassant et déjà vu (la vie de l'héroïne racontée accoudée à un bar (héroïne qui ne vaut d'ailleurs que pour son physique masculin sortant des clichés habituels)), avec des zones d'ombres immédiatement visibles qu'on sait déjà qu'elle vont servir à une révélation (l'identité du père de son enfant, voyez vous ça...). Puis le film, après nous avoir bien fait chier, se dit qu'il est temps de commencer et nous donne enfin ses règles temporelles. Voyage dans le temps inventé en 1994, on peut remonter jusqu'à 53 ans avant ou après. Pas d'interférences temporelles, et attention aux boucles. Et évidemment, notre héroïne, en plein recrutement, abandonne la mission et va rendre visite à son moi du passé. Prévisible ? Naaaaan ! Et le film enchaîne ainsi les règles convenues, et avance peu à peu ses éléments de boucles temporelles, aboutissant à des révélations artificiellement compliquées (un conseil, prenez des notes pour ne pas avoir à vous emmêler les pinceaux pour capter les interversions de rôles...). On va la faire plus simple (et sans spoilers) pour vous exposer la situation. Prédestination, c'est Timecop. Mais sans l'action, avec moins de clichés, moins de rythme, et beaucoup moins de charme. Car même en étant assez malin pour gérer à l'ancienne les voyages temporels (simple effet apparition disparition avec des ventilateurs puissants, et technique discrète tenant dans un étui à violon dont la date s'affiche sur les cadrans du verrou de sécurité), le matériau, déjà usé, laisse complètement indifférent. Alors peut être qu'on s'amusera un peu avec le système de boucle, en s'amusant à remettre en ordre les différents paradoxes pour s'amuser. Mais tout de même, que c'est lassant, de voir toujours les mêmes films. On n'est même pas méchant, juste pas surpris ni très complaisants. Avec un titre comme prédestination, n'essayez pas de nous faire croire qu'on joue encore la surprise, juste en changeant les subterfuges pour nous ressortir la même soupe.

2014
de Michael Spierig, Peter Spierig
avec Ethan Hawke, Sarah Snook

2/6

Predestination

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Seb 01/01/2015 18:03

Apparemment tu es passé à côté du film. Le dialogue du début est nécessaire pour la suite. Tout tourne autour ses boucles et des paradoxes. (d'ailleurs l'affiche et le résumé du film donne une fausse idée).
Moi je l'ai trouvé très bien ce film! C'est tordu et complexe, comme j'aime.

Voracinéphile 05/01/2015 11:00

Surement que je n'ai pas fait beaucoup d'efforts d'implication. Mais je commence à en avoir marre des films de boucles. Les voyages dans le temps ne semblent même plus prétexte à faire autre chose que des boucles de nos jours. Purée, qu'on parte dans un trip à la retour vers le futur en modifiant radicalement le passé, ou qu'on fasse un remake de A sound of thunder, mais qu'on essaye d'innover un peu ! Pourquoi personne n'a encore pensé à faire un film où grâce au voyage dans le temps, on assassinerait Hitler, et on regarderait comment le monde évolue ? A partir de maintenant, les films temporels qui se contentent de recettes toutes faites, je dis stop.
Tu fais donc parti du lot des défenseurs du film ^^ Je le comprends, j'ai vu en quoi il pouvait potentiellement séduire.

2flicsamiami 28/12/2014 12:20

En effet, ce film manque véritablement de surprise alors même qu'il en fait son cheval de bataille. Une Prédestination bien inoffensive, malheureusement.

Voracinéphile 29/12/2014 14:37

Un petit film taillé pour la surprise qui se fera surement un petit lot de défenseurs. On n'a rien contre lui, mais question suspense, c'est le flop... Passe de bonnes fêtes toi aussi, 2flics !

Princécranoir 28/12/2014 08:30

Je n'ai pas spécialement trouvé l'actrice, au demeurant pas mauvaise, très masculine, au contraire. Peut-être aurait-il justement fallu trouver une comédienne au physique plus androgyne, permettant au maquilleur de transformer avec plus de conviction cette femme en homme.

Voracinéphile 29/12/2014 14:35

Elle est le meilleur sosie de Léonardo Di Caprio que j'ai jamais vu. Enfin, dans le présent des années 70 en tout cas, accoudée à ce bar, car dans le futur des années 60, elle est effectivement très féminine. J'imagine que c'était pour brouiller les pistes du changement d'identité et souligner un peu plus l'intelligence d'écriture du script. Tu sembles avoir été plus clément que moi en tout cas.

Passe de bonnes fêtes, Prince ^^

Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche