Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 octobre 2015 7 25 /10 /octobre /2015 11:00
Terminator Genisys

De l'avis des détracteurs, le pire de la saga, et très peu d'avis vraiment favorables. Ce nouveau remoot (ou rebake, au choix) est mû par une formule rigolote qui de par son essence est vouée à s'aliéner les fans endurcis, puisqu'elle nie aussi les deux opus de Cameron. Elle leur roule dessus dèls le départ, malgré l'introduction très dark future, de très loin la plus fidèle de toutes les versions au matériau d'origine. Mais quand on voit commence les choses évoluent, difficile, en tant que gardien du temple Cameron, de croire que ce dernier ait validé le projet d'un "Vous allez aimer Terminator Genisys !"

L'histoire : Skynet est enfin vaincu, en ayant toutefois eu le temps d'envoyer plusieurs terminators dans le temps, John Connor envoie alors Kyle Reese pour rectifier le tir. Mais les choses ne se passent pas vraiment comme prévu...

Terminator Genisys

La formule en question est cohérente avec la logique d'évolution de la saga, et en rupture avec la représentation du temps initiée par Cameron. Chez ce dernier, les évènements étaient fatals, on pouvait les retarder, mais jamais être sûrs de leur disparition. Ici, on peut aller et venir dans le temps, et forcément, comme on joue avec le continuum espace-temps, le destin doit changer, et le futur change à vitesse géométrique. Les introductions des films de Cameron sont ultra plaisantes à ce niveau, et même la façon dont elles dégénèrent par l'intervention de nouveaux détails qui bouleversent le déroulement des évènements. Le retour du T-1000 est en tout cas un bonheur, et le vieux modèle se targuant d'un "daté, pas obsolète !", on tient là l'atout charme qui a ravit mon âme de cinéphile. L'usure de la moyenne vient davantage sur la longueur. L'intégralité des scènes d'action numériques échoue à créer les moments de tensions nécessaires au rythme. Si une séquence comme celle de l'hôpital arrive à peu près à faire un concept avec le scanner, celle du bus scolaire achève de rendre le spectacle artificiel et en surenchère. C'est à trop vouloir étaler le pognon qu'on crée un effet Marvel alors que ça fait des années qu'on n'a pas vu de Terminator (et encore, les scènes d'action numériques de Renaissance avaient un petit punch attachant, car oui, je trouve que Renaissance supplante très largement le 3 et ce Genisys). Cette monotonie tue le vent d'originalité qui agitait ce bon début. Les acteurs ne viennent alors guère changer la donne, complètement vérouillés dans leurs rôles, et surtout sans jamais nous redonner l'essence des personnages originals de la saga. Sarah Connor n'est plus Sarah, et pourquoi je pense toujours à Die Hard 5 quand je regarde le nouveau Reese ? En fait, ils ont inversé les rôles, Reese a des oeufs au plat et un gros fusil à lunette alors que Sarah s'assoit côté passagé et fait du concours de chargeur avec le joujou de service. Final un peu décevant pour ce blockbuster qui commençait gentiment et qui se vautre avec un manque d'immersion, ce Genisys sera surement vite oublié, et illustre une nouvelle fois ce qu'on peut appeler la "moyenne" dans le blockbuster, facile à digérer mais absolument non marquant (vous vous souvenez du hamburger que vous avez commandé l'en dernier ?)

5/10

Partager cet article

Repost 0

commentaires

alice in oliver 16/11/2015 19:48

Un nouvel épisode fort décevant et assez médiocre, il faut bien le dire. Décidément, après le 3e qui s'apparentait à un nanar, puis le 4e (peu éloquent), la saga continue de se vautrer lamentablement

princécranoir 06/11/2015 18:10

Finir avec "Chappie" et redémarrer avec "Genisys", ça a de quoi vous dégoutter de voir de films de SF. "I'll be back" qu'y disait. Certes, te voilà de retour cher James, mais en traînant cette vieille baudruche de Schwarzy qui n'en finit plus de desserrer les boulons depuis la retraite de gouverneur. Ajoutons "Ultron" à la collec des bécanes à mettre au rebus cette année et on flirte dangereusement avec la débilité pas du tout artificielle. Heureusement, "Ex_Machina" m'a depuis un peu réconcilié avec les robots.

Welcome back !

2flicsamiami 01/11/2015 20:30

Un grosse déception pour ma part, bien qu'au final, je ne m'attendais pas à ce que la saga renaisse de ses cendres avec cet opus. Une réalisation sans ampleur, un rendu graphique très laid, des acteurs sans charismes, et un running-gag crispant.

Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche