Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 novembre 2015 2 10 /11 /novembre /2015 17:40
Sinister 2

Sinister 2 allait prévisiblement se faire défoncer par les cinéphiles (car les collégiens ne sont pas des cinéphiles, il faut avoir vu au moins un film des années 70 pour prétendre à ce titre). Et il ramasse finalement une bonne petite moyenne, avec de nombreux écarts entre les avis. Suite commerciale, concepts développés, personnages ridicules... Il y a un peu de tout dans cette suite dirigée par le réalisateur de Citadel, qui tente donc de se faire un peu de brousoufs et de réputation avec une commande pas trop dégueulasse qu'il faut donc honorer.

L'histoire : poursuivie par son ex mari violent, une femme et ses deux enfants trouvent refuge dans une vieille maison abandonnée où il semble y avoir eu un meurtre étrange...

Je tournais moi aussi des films amateurs quand j'étais jeune ^^

Je tournais moi aussi des films amateurs quand j'étais jeune ^^

Le pitch est plutôt simple, et son efficacité fonctionne (c'est là l'essentiel, d'où sa moyenne). Sa forme contient toutefois plusieurs problèmes, notamment avec ses personnages, qui sont beaucoup moins attachants et fouillés que dans son prédécesseur. C'était là son gros point fort, qui devient ici point faible quand il s'agit de mettre en scène l'inévitable romance entre notre détective anti-paranormal et la mère de famille au prise avec son passé (le père, auquel je réserve un paragraphe entier). La psychologie y est ici laborieuse, surtout au niveau des enfants, qui sont les principales cibles du boogeyman. Il était intéressant de développer le complexe d'infériorité, mais de là à sauter des étapes pour en arriver à l'homicide familial, il faut y aller vraiment fort. C'est d'autant plus regrettable que les enfants ne jouent pas mal (même le petit frère turbulant qui trolle sans arrêt son aîné, avec parfois une cruauté palpable). Quant à l'horreur en elle-même, elle ne sera jamais vraiment efficace, partagée entre quelques bonnes idées et d'autres qui ne fonctionnent pas (cette radio à la con qui ne sert à rien du tout).

On en arrive au cas du père, qui est un point de rupture pour beaucoup de cinéphile. Ce personnage est nanar, il faut le reconnaître. La scène du "Moi ch'uis en danger ?" où il tabasse la personne venu le prévenir (amusez vous à lui demander une clope dans la rue, on vous retrouve à l'hosto), l'hilarant passage du dîner ("passe moi la purée !" "Mange !"), Sinister 2 vire complètement dans le ridicule avec cette caricature du mari violent (et paysan arriéré en plus !) qui enlève toute subtilité à son fonctionnement (il est voué de toute façon à mourir). Personnellement, je trouve le personnage fonctionnel dans ses actes, et le ridicule de son interprétation renforce un petit côté sympathie que j'éprouve pour ce film bancal.

On en arrive alors aux bons points, à savoir les snuffs familiaux et la fin du film, intéressante pour son originalité. Si les films 8 mm du premier sinister conservaient une certaine optique de réalisme qui leur donnait une réelle efficacité, ce film prend nettement plus de liberté dans les préparatifs des exécutions (les enfants peuvent prendre toute leur famille par les pieds à un arbre sans qu'on nous montre de treuil ou autre chose...). Et ça marche. Ces petits films sont meilleurs que ceux du premier, toujours originaux dans leur mise en scène atmosphérique (celle de la neige est la meilleure), et cette complaisance totale dans le rendu des mises à mort (à l'exception du dernier film très gore qu'on ne voit presque pas, aucune suggestion) donne un côté exploitation glauque inattendu qui trouve une certaine efficacité. Le final m'a plu pour son côté démons du maïs, ici aidé par une horde de fantômes qui l'aident constamment dans sa traque meurtrière, idée plutôt intéressante quoique moyennement bien exploitée (les fantômes qui jouent aux poltergeists, comme ça n'apparaissait dans aucun des films, c'est un peu facile et illogique).

Hélas, Sinister 2 nous quitte sur une scène nulle et plate suivie d'un jump scare complètement attendu. De quoi en conforter certains dans leur opinion défavorable. Sinister 2 reste toutefois une suite qui essaye de développer quelques idées, et qui veut faire des efforts pour étendre son univers. Malgré les défauts, il fait un boulot correct et mérite une petite indulgence.

5/10

Partager cet article

Repost 0
Published by voracinephile - dans Epouvante ( qui stresse)
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche