Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 novembre 2011 6 05 /11 /novembre /2011 19:50

http://frenchtouchrecords.fr/boutons%20francois%20b/images/visuels-artistes_03.gif

 

Nicolas Alberny est un jeune espoir pour le cinéma français (son premier film est sorti en salles l’an dernier, et il vient tout juste de sortir en dvd : l’inespéré 8th Wonderland), de qui on peut attendre beaucoup de choses. Indéniablement, le bonhomme a du talent, est capable de mélanger les genres comme un maître, et déborde d’idées à exploiter, comme en témoigne son premier moyen métrage : 100 précédents. Un film ultra amateur dans sa forme (budget : zéro !), mais qui malgré ce lourd handicap parvient à créer tout un univers et à jouer avec ses codes. Du jamais vu pour ce format de film, qu’il devient dès lors passionnant d’étudier.

L’histoire : Michalon, la trentaine, va passer pour la première fois son test de détermination de réincarnation.

La situation initiale du film est assez maline, puisqu’elle pose les bases de l’univers du film sous forme d’article de presse vus par la population lambda (un couple dans sa chambre). Le postulat est de lancer l’idée que chaque personne sur terre est la réincarnation d’une autre, et que le gouvernement pourrait s’intéresser à cette théorie, pouvant du premier coup ficher ses citoyens en connaissant leurs antécédents. Une idée couillue, que le film va exploiter à merveille, en faisant un bon de quelques années. Le test de réincarnation s’est démocratisé, il est maintenant faisable dans n’importe quel hôpital, et Michalon, un jeune homme lambda (aucun don particulier), va y faire son test. Rapidement, le film commence à faire rire avec son concept, dans le bon sens du terme. Les réincarnations de personnalités célèbres y passent, mais cassent toutes les mythes de leurs prédécesseurs. Jusqu’à ce qu’on obtienne les résultats de Michalon, révélé comme la première personne au monde sans réincarnation précédentes. Le sujet Original, quoi. Et là, le film prend sa vitesse de croisière, passant d’une idée à l’autre avec un rythme inébranlable, toujours sous un angle humoristique et assez critique (TF1 en prend pour son grade). Le gouvernement commence à s’intéresser à lui, il abuse de sa popularité, puis il se lance dans la quête de son passé, à l’aide d’un journaliste doué pour l’hypnose. Et le film nous emmène de surprises en surprises, jusqu’à un dénouement référentiel parfait (« J’ai niqué ta porte ! ») virant pendant quelques minutes dans l’horreur. Avec une fin assez inattendue, mais totalement en accord avec l’univers des réincarnations (ce qui montre une nouvelle fois l’incroyable foisonnement de Nicolas Alberny qui relance son histoire là où on la croyait finie), 100 précédents conclut en beauté, se permettant au cours du générique un hommage à JCVD des plus amusants. Le gros handicap du film restera toujours cette facture très amateur, les effets spéciaux étant réalisés avec des bouts de ficelles (pas mal de gifs animés), mais malgré cette tare, le film réussira toujours à remporter notre sympathie, avec un humour frais et omni-présent qui contribue largement à faire passer le morceau. Incroyablement attachant pour un coup d’essai.

 

4.5/6

2006

de Nicolas Alberny

Avec : Julien Urrutia Fred Noguer Lou Chauvain

 

Vidéo consultable ici !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche