Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mars 2012 3 21 /03 /mars /2012 14:57

http://media.paperblog.fr/i/259/2598076/top-film-n7-2019-chute-new-york-L-1.jpeg

 

Avec 2019, la chute de New York, les italiens pensaient définitivement enterrer Mad Max sous les décombres de la guerre atomique et à nous envoyer dans la face un univers haut en couleurs, riche de détails et à la gloire de la violence humaine, tant pour survivre que pour le plaisir de faire pisser l’hémoglobine. Toutefois, avec un budget faible et un scénario pareil, l’objet place le spectateur dans un état de confusion, les ingrédients étant certes jouissifs, mais souvent si maladroitement exploités qu’on en vient à regretter avec nostalgie Mad max III. Plongée au cœur d’un film furieusement nanar, mais parfois vraiment attachant.

L’histoire : la guerre nucléaire a déchiré le monde, qui survit maintenant en étant sous la coupe de gouvernements dictateurs qui se font la guéguèrre entre eux. Toutefois, la totalité des habitants ayant été irradiés, les femmes ne sont plus fertiles, et des mutations apparaîssent dans la population. Un commando de 3 guerriers est alors mendaté par une puissance pour aller piquer à la puissance d’à côté une femme génétiquement modifiée pouvant avoir des grossesses.

 

http://www.hallucinations-collectives.com/wp-content/uploads/2011/03/2019_apres_la_chute_de_new_york-05-1024x791.jpg

 

Waow ! Un mélange sous acide des Fils de l’homme avec Mad Max, La planète des singes et La guerre des étoiles, mais à la sauce Les rats de Manhattan ! Jubilatoire ! Comment se pourrait-il que tous les fans de bons films le rejettent ? Et une fois le film envoyé : Ah, c’est cheap. Ce qui ruine quasiment d’entrée de jeu la fresque barbare de 2019, après la chute de New York, c’est sa facture au rabais, qui nous montre tout de suite que le film a été tourné dans la décharge du coin façon Creepozoids, ou dans une casse de bus, et cela avec les mêmes accessoires pour tous les figurants. Ainsi, ceux qui ont l’œil attentif verront les mêmes armes défiler pendant tout le film (ce qui en fait presque des personnages à part entière, car on imagine fort bien que les armes étant rares, elles ont été ramassées par les nouvelles personnes qui les brandissent). Sinon, on a aussi dans 2019 des courses de bagnoles. Et ça, c’est jouissif. Sauf que les conducteurs s’habillent avec des armures qui rendent la conduite absolument impossible, et qui équipent leur bagnole de tout un tas de gadgets en plastique qui ne font pas un seul instant illusion, mais bon, on essaye un peu d’y croire quand même, parce que c’est cool, un bazooka sur le toit d’une caisse, même si il ressemble à un tuyau de PVC peint en blanc. Et on se rabat maintenant vers nos héros, qui vont accomplir un parcours du combattant pour aller quérir la demoiselle, et botter les culs des gardes des dictateurs , mais aussi de chasseurs de rats (un grand moment de nanardise, ces derniers étant de vrais bêtes sauvages, probablement à force de manger des rongeurs radio-actifs aux yeux rouges qui se nourrissent de chair humaine). Nous avons un héros charismatique (un gladiateur des temps modernes), et deux sous fifres, dont un avec une pince en métal qui lui sert à crever quelques yeux pendant le film. Et enfin, nous aurons le peuple d’homme singe, qui nous permet de rallier les fans de la planète des singes en nous foutant des hommes en pleine inversion d’évolution, qui retournent vers l’état animal, mais qui sont les rares à conserver des traces d’humanité. Touchant, si les maquillages n’étaient pas aussi lourds, et les acteurs un peu moins poilus. Mais qu’on se rassurent, nos casse cous du futur finiront par retrouver la belle, tendrement endormie dans un sarcophage de place à côté d’un laboratoire, façon Blanche Neige de SF. Ah d’accord, ce film était un conte depuis le départ, il fallait le pendre comme un voyage initiatique… Avec une fin qui essaye d’exploser le tout alors qu’il n’y a plus beaucoup de budget, 2019 se révèle néanmoins très sympathique pour son public, car si il enfile les incohérences comme des perles à un immense collier (les armes lasers, sorties d’on ne sait trop où), on ne s’ennuie véritablement jamais, l’action avançant sans cesse et nous proposant de nouvelles thématiques qui pourraient être passionnantes si elles n’étaient pas simplement évoquées, ou expédiées à la va-vite. On aimera aussi beaucoup les maladresses énormes du script pour le discours métaphorique qu’il tente d’avoir, comme cette femme (très belle) capable d’ovuler 500 fois, avec laquelle il ne faut rater aucune occasion donc, le futur de la planète étant en jeu. Si 2019 est en effet un aboutissement du nanar post-apo pour sa boulimie thématique, je tendrais plus à le rapprocher du z rital attachant, qui derrière la volonté d’exploiter économiquement le filon tente d’en donner à son public…

 

1/6  mais un recommandable 16/20 nanar

 

1983
de Sergio Martino
avec Michael Sopkiw, Valentine Monnier

 

http://3.bp.blogspot.com/-oDt5-S9aT1U/Tq76sCkhmLI/AAAAAAAABkc/VFix1Xl_Qpc/s1600/2019af4.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by voracinephile - dans Nanar (modeste)
commenter cet article

commentaires

alice in oliver 22/03/2012 08:06

pourtant, le film multiplie les hostilités: une opération à oeil ouvert sur un mannequin en mousse, des rats, des hommes singes, un héros qui se nomme parsifal, un cyborg... Bref, la liste est
longue et je te trouve bien sévère pour ce sommet du post apocalyptique définitivement au dessus du lot

voracinephile 22/03/2012 20:22



Sans doute ai-je été trop sévère... Après, je vais rechercher un sous titre en français parce que leur anglais, ça ne m'a pas vraiment aidé, mais c'est clair que le film n'est pas en reste de
mauvais goût (l'esclave sexuel trans...).



alice in oliver 21/03/2012 17:29

perso, j'aurais mis beaucoup plus en note nanardeuse, ce film étant un véritable sommet de médiocrité involontaire. Un film pos-apocalyptique très généreux qui ne se refuse aucune excentricité.

voracinephile 21/03/2012 20:18



Oui, je m'en doute, vu que tu présentes le film comme un sommet du nanar post apo. Mais après, la générosité du film est telle que j'ai presque réussi à être diverti, la constante évolution du
script parvenant à rompre l'ennui des comédiens paresseux...



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche