Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 septembre 2012 7 09 /09 /septembre /2012 20:57

Adam-Chaplin-poster11.jpg

 

Nouvelle virée dans le cinéma underground. En attendant qu’on nous adapte avec classe des travaux comme Gunnm ou Blame, on se contente des splatters qui nous arrivent du Japon (les perles TGP ou Meatball machine, et les sushi avariés que sont gothic lolita psycho ou Vampire girl vs Frankenstein girl). Voici donc l’occasion de découvrir un objet vraiment étrange, puisqu’il s’agit d’un splatter italien, qui donne dans des ambiances glauques des plus sympathiques.

L’histoire : Adam Chaplin est un beau mâle ténébreux italien, sanglé dans un blouson de cuir aux côtés de sa petite amie. Mais un jour, cette dernière est tuée par Denny, le chef de la mafia locale qui passe sont temps à essayer de prouver que Dieu n’existe pas en faisant le Mal. Sous le coup de l’émotion, Adam Chaplin invoque un démon qui le possède, et qui le lance sur la voie de la vengeance frénétique.

 

snapshot20120908120346.jpg

 

Niveau script, c’est on ne peut plus bateau et sommaire. Mais dans le style du Splatter, Adam Chaplin fait office de bouffée d’air frais après tous ces clichés asiatiques surfaits. Le héros est une véritable bête de muscles, une montagne au look typique underground, qui fait office de réincarnation de Ken le survivant quand on voit les mandales qu’il envoie à ses adversaires. C’est bien simple, en un coup de poing, il est capable d’arracher un bras. Alors quand il cogne à répétition à une vitesse cartoonesque, on vous laisse imaginer le résultat niveau gore. Le film est hélas très cheap, ça se sent beaucoup pendant tout le film, qui a notamment trop souvent recours au gros plan, nous empêchant d’apprécier le décor des pièces (enfin, ce sont souvent des pièces vides aux murs nus…). Mais ces fréquentes carences de budgets ne l’empêchent pas d’être plutôt ambitieux, en proposant véritablement des mises à mort de malade, où chaque coup de poing mériterait un cri de satisfaction. De remodelage facial dans les règles de l’art. Le héros est également charismatique pour sa possession, le démon s’étant incarné dans son épaule droite. Par conséquent, pendant tout le film, on verra une sorte de démon, agrippé à son épaule, qui lui parlera et lui confèrera sa force surhumaine. Après, ce qu’ils se diront reste assez sommaire, mais la mise en scène des apparitions du démon est très bien gérée, parvenant à instaurer une ambiance bizarre dès que le monstre pointe le bout de ses dents. Adam Chaplin, c’est aussi un méchant très drôle. Si l’introduction laisse clairement à désirer pour planter son personnage (ses interventions blasphématrices sont inoffensives, elles agaceront tout au plus les chrétiens), son design très punk (visage abîmé caché derrière un masque de hockey, assistance médicale installée sur le personnage pour le maintenir en vie…) fait en grande partie le boulot, lui assurant notre intérêt jusqu’à sa mort. En fait, il prend un peu d’étoffe quand il nous parle d’un sérum spécial qu’il s’injecte pour booster ses capacités physiques, et quand il nous raconte ce qui est arrivé à sa gueule. Mais tout ce ci reste du bavardage, Adam Chaplin intervenant fréquemment dans le récit pour accomplir sa vengeance et délivrer quelques pains dont il a le secret. A titre de comparaison nanarde, on n’a pas vu d’uppercut aussi destructeur depuis Story of Ricky. C’est dire l’importance capitale d’un tel objet. De façon prévisible, la fin sentimentale où le héros voit quelques instants l’âme de sa femme est un peu ratée. Mais les bains de sang largement délivrés par le film, et surtout son ambiance punk éloignée de ses homologues nippons, suffisent à rendre l’objet fréquentable. Une curiosité à découvrir…

 

4/6

 

de Emanuele De Santi
avec Emanuele De Santi, Valeria Sannino

 

snapshot20120908120640.jpg

Une mandale du feu de Dieu !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche