Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 octobre 2012 4 04 /10 /octobre /2012 17:37

http://gorextreme.g.o.pic.centerblog.net/o/b490ab16.jpg

 

Schnaas est un petit goreux sympathique, qui a passé la totalité de sa filmographie à nous inonder de pellicules gores, malsaines et fauchées, plutôt attachantes car foncièrement généreuse dans leurs fréquentes plongées dans le gore gerbant (viscères, yeux, membres, cervelle... un vrai cours d'anatomie). Alors, quand il se propose de faire le remake du film culte de D'Amato, Anthropophagous, on ne peut qu'imaginer sa joie en se mettant à l'oeuvre...

L'histoire : un groupe de 5 amis part en camping car sur les routes d'Allemagne pour passer un week end ensemble. Mais ils crèvent un pneu et cherche du secours dans un village médiéval, apparemment désert...

 

http://www.scifi-universe.com/upload/galeries/images_film/7323/anthopophagous_2000_02.jpg

 

Schnaas, comme je le disais, fait des films sympathiques pour ceux qui tolèrent bien le gore extrême. C'est bien simple, la psychologie de ses personnages confine irrémédiablement au nanar tant les caractères sont brouillons ou inexistants (je pense par exemple à ce couple peu crédible qui se fait salement tuer dès le début du film, où nous voyons un métalleux et une chinoise aux cheveux rouges baiser en gardant leurs maillots de bain, et allant immédiatement après chercher du bois dans la forêt (ou plutôt dans un pré à au moins 100 mètres des arbres, où on trouve de belles branches)). Impossible d'y croire une seconde et on en rigole pas mal du coup (surtout que Schnaas ne se gêne pas pour filmer du téton sous tous les angles). Après, notre histoire commence enfin. Nos amis partent tous ensemble, mais tombent en panne dans ce petit village médiéval. On sent qu'il y a là une tentative d'ambiance qui est essayée, puisque ce dernier est désert et que tous ses habitants semblent avoir été massacrés (on l'apprendra par la découverte d'un article de presse, ce qui est très drôle car les journalistes, voyant qu'un fou dangereux massacrait tous les habitants, sont quand même restés pour pondre un article et le publier, parce qu'il faut bien récupérer encore de l'argent). A partir de là, le film passe par quelques longueurs; le tueur se faisant attendre (enfin, pour faire illusion, on aura le meurtre de deux campeurs). Mais on aura une survivante qui se suicide devant notre groupe (un moment très drôle, vu qu'elle pourrait très bien s'enfuir sans risques). Et là, c'est la panique ! Ils se précipitent dans un maison remplie de cadavres et décident d'attendre les secours. Et c'est enfin que le tueur apparaît, et se livre à un festival de gore. Si l'original délivrait la marchandise, ce remake l'étale complaisamment, ne ratant jamais une occasion de faire cracher du sang par hectolitres (les victimes ont tous un coeur d'enfer et une excellente pression sanguine) et de filmer des détails salaces, comme cette éventration de campeur juste immonde ou une césarienne suivie de bouffage de foetus filmée en full frontal, effet garanti. Conscient de la nanardise de son projet, Schnaas donne dans la surenchère totale, l'overdose d'hémoglobine. Pour refaire la scène culte des intestins mangés, il n'hésite à montrer son personnage s'éventrer pour aller les chercher, et nous avons un plan au ralenti de plusieurs minutes de machouillage d'intestins de porc où l'acteur donne tout ce qu'il a pour résister à la révulsion et où le réal nous fait bien comprendre qu'il est en train de refaire une scène culte. La fin est juste incompréhensible (pas dans les faits, mais dans la logique), mais on rigole devant le dernier effet gore que Schnaas nous offre. Un tel renoncement à toute qualité artistique pour donner dans la générosité débordante, c'est assez touchant d'un côté (d'un mauvais côté on vous l'accorde, mais c'est un côté quand même). On sera donc indulgent avec cette péloche qui ne prend pas la tête et qui fait d'ailleurs souvent éclater de rire (on pense notamment à la scène de coucherie en plein milieu du film, grand moment de rigolade tant les acteurs d'une cinquantaine d'année surjoue le plaisir).

 

3/6

 

1999

de Andreas Schaas

avec Achim Kohlhase, Andre Sobottka, Dirk Thies

 

http://cdn103.iofferphoto.com/img/item/117/994/575/ocFQtJLPT0yVGFP.jpg

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Vince12 08/10/2012 21:52

Oui après c'est sur que je ne pense pas en faire une priorité mais sait on jamais si l'occasion se présente.

Vince12 08/10/2012 21:37

Alors je tenterai de voir ce remake.

voracinephile 08/10/2012 21:45



Espérons que tu arrives à le trouver, je crois qu'il est rare (impossible à trouver en VF, seule la VOST est commercialisée). Après, c'est le style Schnaas niveau horreur nanar, mais si tu le
prends sur la bonne longueur d'onde, ce film passe tout seul !



Vince12 08/10/2012 21:19

Disons qu'il a réussi à devenir culte auprès de certains mais clairement on est loin d'un bon film. Après oui on a vu plus gore mais bon.

voracinephile 08/10/2012 21:30



Certes, on voit quand même un foetus se faire boulotter, c'est pas rien. Je pense d'ailleurs que je préfère ce remake nanar impossible à prendre au sérieux.



Vince12 08/10/2012 20:59

L'original est déjà débile mais je lui reconnais un statut quand même trash, le foetus et le mec qui de bouffe. Ce n'est clairement pas le summum du réalisme mais j'avoue que ça m'avait pas laissé
indifférent.

voracinephile 08/10/2012 21:17



Je peine à reconnaître l'original comme un "film culte". C'est un film gore qui ne montre pas beaucoup de gore, mais qui fait un peu de provoc avec cette fameuse scène du foetus et le
cannibalisme intestinal. Mais on ne voyait pas grand chose dans l'original, alors que dans ce remake, c'est un festival !



Vince12 08/10/2012 18:54

Je connais juste Antropophagous de d'Amato version 1980.

voracinephile 08/10/2012 20:26



C'est en effet l'original qui est culte ^^. Je le reverrai à l'occasion pour faire écho à cette chronique. Mais ce remake est un objet assez divertissant pour ceux qui connaissent le style de
Schnaas (les Violent shit, Nikos the impaler, et autres joyeusetés). Je l'ai découvert avec un fan des uncut movies, et dans ce cadre, le résultat atteint son but (ça oscille entre gore et
nanar). Si on le prend à la légère, il y a de quoi voir et rire (on a par exemple un suicide complètement inutile, des réactions illogiques de nos héros...), mais sinon, c'est affligeant de
débilité. Toutefois, il offre beaucoup plus que l'original en termes de gore, mais l'ambiance est moins envoutante (on est beaucoup moins dans le gothique).



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche