Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juillet 2013 6 13 /07 /juillet /2013 15:29

picture_2012_05_10_17_51_10.jpeg

 

Arac Attack est sans doute le meilleur film d’araignées géantes jamais proposé au public, ce qui rend d’autant plus injuste son oubli dans les promos dvd à 5 euros. Conscient de la débilité du concept, le film profite des progrès technologiques pour nous offrir une série B hommage aux nanars horrifiques des années 50, avec le charme des productions Amblin en prime (ces derniers sont quand même ceux qui ont produits le bon Arachnophobie). Un divertissement aussi bon enfant que jubilatoire, en surenchère constante dans les interventions de ses arachnides chéris, toujours plus impressionnantes.

L’histoire : Alors que la ville de Prosperity dépérit, un camion libère par mégarde un conteneur de produit chimique qui va s’échouer dans une mare. Un collectionneur nourrit alors ses araignées avec des criquets capturés à proximité de la mare, qui grandissent rapidement. Bientôt, elles sortent des vivarium pour s’aventurer dans les mines circulant sous Prosperity…

 

ph7.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

 

Ce qui est parfait avec Arac Attack, c’est le parfait équilibre entre nanar et authentique divertissement. Les scénaristes ont parfaitement compris la vanité de chercher à faire une histoire sérieuse, alors ils ne cessent de s’amuser avec l’incohérence de leur concept (personne ne croit nos héros quand ils donnent l’alerte, pas même le black parano dénonçant les complots du gouvernement), prétexte à de nombreux gags aussi grotesques que réussis. C’est un film qui respire la bonne humeur, dans lequel tout le monde s’amuse, à commencer par le public, qui constate bien vite qu’il en a pour son argent. Si la première moitié recycle beaucoup les codes de la série B en cachant au maximum ses créatures (en s’autorisant quelques gags politiquement incorrects comme un décalquage de chat sur un mur en plâtre), la seconde explose les quotas, nous offrant l’invasion d’araignées géantes la plus impressionnante jamais osée. Les araignées foncent, bondissent, arrachent des portes, s’attaquent aux mômes… Et le tout avec autant de malice que s’il s’agissait d’une bande de gremlins fou furieux (pour en témoigner, les bruitages prêtés aux araignées, qui varient entre les cris surexcités de singes ou les grondements de fauves…). Et comme nous sommes venus uniquement pour les araignées de l’affiche, les personnages humains sont donc des stéréotypes qui cabotinent à qui mieux-mieux, à l’image de ce maire éleveur d’autruche ou l’excellent black de service dont le leitmotiv consiste à parler de sonde anale posée par les extra terrestres (inutile de préciser qu’il se suicide pour sauver le genre humain, dans une scène aussi hystérique que drôlissime). On ne dira jamais assez de biens des qualités d’un tel spectacle, aussi dynamique dans ses attaques d’arachnides que délirant dans ses surenchères. On relèvera notamment l’impressionnante séquence de course entre moto cross et araignées sauteuses, moment de bravoure à lui tout seul, qui résume parfaitement l’équilibre du film, entre ridicule, épatant et sincèrement drôle. Se ménageant un petit boss finale (la reine pondeuse) tout en brossant son public dans le sens du poil, Arac Attack conclut en beauté, sans jamais se prendre au sérieux ni nous prendre pour des imbéciles. J’ai oublié de mentionner l’atout charme du film : un geek à lunettes de 10 ans tenant une place très importante dans le récit, caractéristique des productions Amblin, et qui ici remplit son office avec une jubilation qui rappellera à tous les spectateurs le gamin facétieux qu’ils ont pu être à une époque. Dans sa catégorie, Arac Attack aurait pu être l’œuvre de Joe Dante, et il s’élève dans les mêmes cimes. Un bonheur de tous les instants !

 

5/6


2001
de Ellory Elkayem
avec David Arquette, Kari Wuhrer

 

MovieCovers-64074-126249-ARAC-ATTACK.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by voracinephile - dans Nanar (modeste)
commenter cet article

commentaires

Scion 15/03/2014 15:33

j'ai une amie qui a peur des araignée et c'est le seul film qu'elle a pus voir sans avoir peur. En même temps vu le film tu peu pas avoir peur, rien qu'a l'affiche ça ce vois ( regarder moi la
belle tête de c..... vainqueur de David Arquette ). Franchement si le film avait autre but que nous faire rire c'est louper. Bon ok la premierre parti n'est pas vraiment drole, mais des que les
araignée sorte c'est la folie.

Ca me fait penser a "Une nuit en enfer". Pareille, au debut c'est calme , il y a de la tension car il sont poursuivie par les flic, mais une fois qu'il y a les " Vampire" ça deviens n'importe quoi
et on a l'impression d'avoir changer de film.

voracinephile 16/03/2014 20:18



Content de voir que l'esprit nanar de Arac Attack a emporté ton adhésion. Pour ma part, je rigole toujours beaucoup de tous ces clichés de série B, avec tout le monde qui cabotine et des
araignées numériques complètement folles (presque des gremlins !).


 


Intéressant, d'avoir cité une nuit en enfer. J'apprécie le côté nawak du film, et effectivement, il a ce qui s'appelle un twist (le problème, c'est qu'il est impossible aujourd'hui d'être
surpris, puisque tout le monde en parle XD)



2flicsamiami 17/07/2013 12:08

Effectivement, le film ne se prend pas au sérieux sans foncé tête baissé dans la parodie qui tâche. Comme tu le soulignes, le mélange est parfait et le film assez spectaculaire. Un très bon
souvenir.

voracinephile 17/07/2013 20:44



Je suis content qu'il remporte les adhésions des blogueurs, ce film est clairement mésestimé pour son côté nanar assumé. Qui n'enlève rien aux impressionnants arachnides de service. C'est rare de
trouver un film où on s'amuse à ce point.



borat8 14/07/2013 18:23

Comme quoi parfois! Mais il est quand même très amusant que le grand public semble avoir oublié que la Scarlett n'a pas commencé sa carrière avec Lost in translation! ;)

borat8 14/07/2013 00:01

La première fois je m'attendais à un film sérieux, donc je ne m'attendais pas à voir une parodie. Néanmoins, avec mon paternel qu'est-ce qu'on avait rit! Mais pour les visions suivantes, impossible
de ne pas y voir un nanar volontaire tellement c'est bon! En sachant que Scarlett était encore très loin des paillettes. Déjà qu'elle s'était fourrée dans Maman je m'occupe des méchants...
D'ailleurs le gamin est aussi celui de Daredevil.

voracinephile 14/07/2013 15:29



Arac Attack réunit tout un tas d'acteurs hétérogènes ! Kari Whurer était plutôt une habituée des productionsfauchées, bis, parfois érotiques, et pour Arquette... ben c'est bancal comme
carrière... Mais voir tout le monde réuni pour dégommer de l'arachnide par paquet de douze, ça fait plaisir. Bien vu pour le gamin, c'est en effet lui dans daredevil, et il n'a rien tourné de
très important depuis...



borat8 13/07/2013 17:57

Quel plaisir ce film! Bon les acteurs sont vraiment mauvais comme cochon (la palme à David Arquette qui joue toujours aussi bien), mais le reste est un nanar volontaire d'une saveur incroyable. La
parodie de Zombie est excellente mais l'extrait le plus drôle est la baston entre le chat et l'araignée! C'est tellement con que cela en devient délirant. Pareil pour les autruches quel beau
moment!

voracinephile 13/07/2013 19:14



Ah, content de lire un tel enthousiasme ! Vraiment, un nanar pour le coup volontaire que j'affectionne beaucoup. Et pour une fois, le black qui tchatche est vraiment drôle ! Ca nous change ! Et
puis, tous ces moments de bravoure (les autruches, oui ^^), c'est vraiment de la générosité totale. J'adore le gamin geek, qui part combattre les araignées avec du parfum ! Longue vie aux geeks
de 10 ans !



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche