Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 novembre 2013 1 04 /11 /novembre /2013 11:47

Au-dela-de-nos-reves-affiche.jpg

 

Un coup de foudre au cinéma est toujours quelque chose d’appréciable. Tous les adjectifs mélioratifs s’y appliquent, et quant aux défauts, on les aime quand même, car ils cadrent tout à fait avec l’optique de l’œuvre, ses obsessions et le parcours qu’il veut tracer. The Lovely Bones, malgré sa beauté, ne parvenait pas pleinement à prendre son envol, car, tout en s’évertuant à garder le lien entre le fantôme de la gamine et sa famille, une moitié du film restait consacrée à la traque du psychopathe. Du suspense qui déplaçait l’intérêt de l’intrigue. Avec Au-delà de nos rêves, on a Lovelly Bones… puissance 10. Une synthèse incroyable avec un univers à la Terry Gilliam qui va transcender une génération de fans de kitsch.

L’histoire : En Suisse, Chris et Annie se rencontrent, et décident de fonder une famille. Quatorze ans plus tard, leurs enfants meurent dans un accident de voiture. Après quatre années de deuil et de reprise en main de leur vie, Chris est percuté par une voiture et meurt à l’hôpital. Son âme erre alors parmi ses anciennes connaissances, avant d’explorer l’autre monde…

 

271553_large.jpg

 

Avant tout, Au-delà de nos rêves est un choc visuel kitsch. Peut être pas à l’égal de la transe d’un Enter the Void, mais d’un épanouissement total et d’une générosité sans borne dans le kitsch, qui repousse les limites de son univers à chaque minute qui passent. Il règne dans ce film le plus grand vent d’imagination et de grandiloquence qu’il m’ait été donné d’apprécier, depuis le Baron de Munchausen découvert quand j’avais 13 ans. Ce film est un des plus ambitieux dans son domaine (rendez vous compte que plus des 2/3 du film se passent dans l’autre monde), et il ne s’y attaque pas en voulant donner une cohérence à sa vision. Des films comme L’échelle de Jacob ou Enter the Void, donnant une vision de la mort, ont une idée en tête, suivent un plan de route, et se veulent vécus comme une authentique expérience. Au-delà de nos rêves n’est pas dans cette optique. Il traite le monde des morts comme un territoire vierge à explorer, où l’imaginaire de son créateur se trouve affranchi de toute contrainte (comme le dit le compagnon de route de Chris, « La pensée est réelle, le physique n’est qu’illusion. »). Ce qui en fait la boîte à imagination la plus incroyable jamais réalisée. Un univers en perpétuelle mutation, au potentiel infini, dont les décors somptueux ne cessent de changer, d’offrir un horizon encore plus lointain… Hélas, sur le plan des effets spéciaux, une telle ambition a des limites. Ainsi, certaines incrustations sont parfois réalisées à la va-vite, et on devine facilement le fond vert derrière les acteurs. Mais une telle générosité, une telle soif d’imaginaire (et une telle générosité dans le domaine) mérite déjà de donner au film une note maximale. D’ailleurs, le film a l’audace également de se créer des enfers pour les suicidés et les psychotiques, soit les gens qui se torturent moralement pendant leur vie, et après leur mort, sans pour autant virer sur le glauquissime d’une Echelle de Jacob (le film reste tout public, mais parvient, par l’intermédiaire de symboles bien choisis, à laisser entrevoir un côté sombre bien présent). Epoustouflant et éblouissant sont les adjectifs qui, techniquement, désignent le film.

 

185d3c01-841d-45e0-b2b8-06fa900a1e97.jpg


Vient maintenant le registre sentimental. Le parti-pris du film est sa principale faiblesse, celle qui revient dans presque toutes les critiques mitigées qui l’ont jugé durement. Je pense que l’approche des sentiments et émotions éprouvées par les personnages n’ont pas été crées pour servir un but, un message. On pourrait croire qu’au-delà de nos rêves cherche à donner un message positif sur la vie, la mort, la famille… Mais non. A la manière des flashs back de la vie de famille qui mettent en valeur telle ou telle émotion, Au-delà de nos rêves se vit simplement comme un grand huit émotionnel. Un manège qui varie régulièrement les états de ses personnages, passant de désespoir à joie, de bonté à désespoir, de rage à mélancolie, sans chercher à donner un sens à tout cela. A tel moment, le film a envie de vivre telle émotion, et choisit de l’illustrer comme il le veut (ce qui explique le côté décousu et bordélique de sa trame et de son montage). Mais ce n’est pas un film schizophrène ou psychopathe pour autant. Car si Au-delà de nos rêves vire à la cacophonie d’émotions, il les vit toutes avec une spontanéité, une sincérité, une sensibilité pensée pour laisser le spectateur frémissant, plongé dans le maelstrom de ces âmes sœurs éloignées, mais proches de cœurs, dont tous les reliefs émotionnels sont retranscrits avec une affinité rare. Alors soit, il passe par des états dépressifs pour terminer sur un happy end irréaliste (un échappatoire par la réincarnation complètement hors de propos), le mélange sentimental est telle qu’il peut être catalogué comme une bouillie naïve, mais quiconque aura envie de vivre le film le fera avec d’autant plus d’intensité que la ballade émotionnelle fera de détours, dans une intrigue tout bonnement imprévisible.

 

97216.jpg


Ce qui nous amène à l’ultime paragraphe de ma chronique, peut être le véritable moteur du coup de foudre : Robin Williams. De tous les acteurs de mon enfance, Robin a été celui qui m’aura le plus marqué et influencé, de toute ma jeunesse. Fan inflexible de Jumanji, et l’ayant apprécié dans plusieurs films familiaux, Robin a été un véritable référent dans mon système de valeur de jeunesse. Et avec le temps, j’avais pris de la distance, m’étais éloigné de ce Robin aux vannes lourdes, et pas toujours employé dans de bons films. Flubber et Camping Car m’avaient définitivement convaincu de tourner la page, en gardant un petit souvenir nostalgique pour le Robin de mon enfance, capable de jouer bien, et de prendre de la profondeur dans le drame (le classique Cercle des poètes disparus). Insomnia avait beau être prometteur, les récents Nuits aux musées et leurs facéties numériques m’avaient définitivement fait oublier les surprises. Et avec Au-delà des rêves, l’ancien Robin, le grand Robin, la bonté incarnée dont chaque intervention est une bouffée de châleur humaine, est revenu pendant deux heures. Un bonheur inespéré, pour l’une de ses meilleures performances en prime, où il laisse éclater sa palette émotionnelles dans des scènes dont l’intensité varie entre le bouleversement total et l’euphorie jubilatoire. Le come back, disparu depuis mes 10 ans, qui vient frapper sans prévenir et qui a gardé le meilleur après toutes ces années. La présence qui a immédiatement amorcé le bouleversement, et qui fait basculer en un visionnage Au-delà des rêves dans la catégorie des films les plus précieux de ma collection.

 

6/6


1998
de Vincent Ward
avec Robin Williams, Max von Sydow

 

au-dela-de-nos-reves-98-09-g.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

borat8 11/11/2013 13:51

Ça m'avait sauté aux yeux. Pour Labyrinth de Jim Henson elle était déjà plus âgée. C'est clair qu'avec l'Aronofsky elle s'est donnée corps et âme. D'ailleurs depuis Un homme d'exception, on l'a un
peu perdu de vue.

borat8 10/11/2013 17:06

Et il y a eu aussi Sergio Leone sur Il était une fois en Amérique. Encore un réalisateur italien! On ne peut pas dire que la miss a commencé mal sa carrière.

voracinephile 11/11/2013 10:36



Oh oui, c'est vrai ! Je l'avais reconnue en plus, pendant les scènes d'enfance ! Vraiment, commencer sa carrière avec des réals pareils, tu as des opportunités fantastiques ! Il semble que
Requiem for a dream reste sa performance la plus marquante.



borat8 09/11/2013 00:10

Oui Phénomena n'a pas une grande réputation ou tout du moins a le mérite de diviser. Reste que c'est l'un ou le premier film de Jennifer Connelly. Je pense que je prendrais Inferno en premier lieu.
C'est celui qui me vient en tête en premier. Merci pour le lien!

voracinephile 10/11/2013 16:23



Il fallait bien commencer avec quelque chose, et c'est plutôt flatteur pour Connelly, un film d'horreur un peu artistique, avec un directeur qui utilisait de très belles actrices pour ses rôles
principaux... Inferno, c'est prolonger le plaisir de Suspiria ^^



borat8 08/11/2013 20:56

Je ne le savais pas avant de voir une pub la veille sur Ecran Large. Je savais que Santa Sangre sortait en BR, mais pas que les deux autres auraient droit au DVD Collector qui plus est avec Fando
et Lis en bonus.
J'aime bien les BO des films d'Argento même si sur certains BR (et c'était le cas sur Suspiria), la musique et le son n'allaient pas ensemble. La musique était trop forte et le son trop bas en VF.
Ce qui est un peu chiant. Mais j'ai hâte de voir pour d'autres films d'Argento de sa période pré-Ténèbres, d'autant que dorénavant la Fnac est à côté de mon univ! ;) Il me reste Quatre mouches de
velours gris, Phenomena (mais pas en BR), L'oiseau au plumage de cristal (idem) et Inferno (idem).

voracinephile 08/11/2013 21:38



Phénomena divise, mais sa bande originale défonce tout (c'est d'ailleurs le thème des Goblins le plus connu, avec celui de Suspiria). L'oiseau au plumage de cristal est un très beau giallo avec
les bases de son univers, et Inferno est probablement son meilleur film, le plus flamboyant en tout cas, avec des incursions dans le fantastique merveilleuses. Je te conseille d'écouter la
playlist suivante, c'est un groupe de métal qui a repris pas mal de thèmes de films d'horreur italiens en les boostant un peu :
http://www.youtube.com/watch?v=I041I_9iUnQ&list=PLE55A2FFE4B190B6F


enjoy !!



alice in oliver 08/11/2013 10:24

une bouserie sentimentaliste et guimauve qui joue la carte de la philosophie et de l'ésotérisme afin de se faire passer pour un film intelligent. Bref, en un mot: berk !

voracinephile 08/11/2013 21:33



^^ Pas surpris, je sais que ce film donne des boutons à beaucoup de monde (Borat aussi). Mais je ne vois pas en quoi le film essaye d'avoir l'air intelligent. Sa conception de la vie après la
mort est absurde et sans fondement, au contraire, c'est plutôt un affranchissement total, qui laisse le personnage (et le spectateur avec) bâtir son propre monde ! Les beaux sentiments sont là
aussi pour faire jolis (pour les moments où on veut rire, où on veut déprimer, où on veut être mélancolique...). Aucune logique, sinon celle d'un absolu imaginaire majestueux !



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche