Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 février 2012 3 15 /02 /février /2012 20:15

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41HiohPIf1L._SS500_.jpg

 

http://www.films-horreur.com/wp-content/uploads/2010/06/the-reef.jpg

 

Aujourd’hui, présentation des meilleurs films de bestioles tournés ces dernières années. En eau douce ou en eau salée, il ne fait pas bon se promener ces temps ci, car les bestiaux agressifs rôdent et que la situation de nos protagonistes les oblige à s’aventurer en terrain hostile. Pleins feux sur le crocodile de Rogue (aka Solitaire aka En eaux troubles) et sur le requin de The Reef, deux bestioles plutôt réalistes et sacrément teigneuses.

 

http://media.paperblog.fr/i/207/2079626/solitaire-rogue-L-1.jpeg

 

Rogue : On préfèrera largement le nom d’origine de cette petite péloche nerveuse que les vagues tentatives de traduction utilisées pour l’exploitation en salles (quasi inexistante) puis l’exploitation dvd (nettement plus rentable). Dans Rogue, c’est simple : il y a à peu près tout ce qu’on aime, et en bien fait. Déjà, Greg Mclean aime l’Australie et ça se sent. Les paysages naturels sont juste merveilleux, le cadre exotique et la virée touristique plutôt sympathique. Notamment parce que la personnalité de nos touristes est plutôt finement mise en scène (passant par des détails qui en disent un peu plus sur certains de nos personnages), et que nos deux personnages principaux sont assez charismatiques (leur histoire d’amour ne fait certes pas dans l’innovation, mais elle est suffisamment présente pour justifier la fin impressionnante de cette série B plutôt bien tenue). L’action met du temps à se mettre en place (au moins pour caser quelques trucs sur les crocos), mais une fois que ça démarre, on sent le bon film de bestiole. L’attraction principale du film, un crocodile maousse, est quant à lui plutôt bien exploité, le film se montrant réaliste sur ses techniques de chasse et retardant jusqu’au milieu du film son apparition. Mais dès qu’il disparaît sous l’eau, la peur est de retour, et le simple enjeu de survie de nos protagonistes est carrément réussi à ce niveau là. En misant sobrement sur un contexte de marée qui va peu à peu rapprocher nos touristes du niveau de l’eau (ces derniers se sont échoués sur un îlot), le huis clos s’assure un certain rythme qui ne faiblira pas (ou à peine, le temps de quelques conversations). Et cela jusqu’au final attendu dans la tanière du bestiau, carrément impressionnant quand il commence à s’énerver. Rien de plus à ajouter. Même si ça craint de rédiger une chronique aussi courte pour un film aussi sympathique, le résultat tient clairement du divertissement assumé et réussi, le réalisme du bestiau emportant carrément le morceau avec un final qui sacrifie un peu le réalisme au combat tribal, mais jouissif. Un vrai petit morceau de bravoure qui a bien compris comment nous faire plaisir, et qui prend le genre au sérieux (ce qui n’est pas le cas de Lake Placid).

 

4.5/6

 

2007
de Greg McLean
avec Michael Vartan, Radha Mitchell

 

http://www.dreadcentral.com/img/reviews/roguedvd1b.jpg

 

The reef : Depuis les Dents de la mer, il est pratiquement impossible de suivre un récit « classique » mettant en scène un requin sans passer pour un vil plagiat (à moins de s’appeler Les dents de la mer 2). Plusieurs s’y sont essayer et s’y sont cassé les dents. C’est dans le réalisme que les requins ont maintenant leur chance. Inutile de les sacraliser comme l’animal de Jaws (comparable à Moby Dick dans une première version du script), ce sont des créatures instinctives, prudentes, mais affamées. Si Open Water voulait faire office de renouveau, il réussissait surtout à faire chier son spectateur, en ne s’aventurant pratiquement jamais sous l’eau pour filmer les requins, de vagues tâches qui venaient frôler de temps à autre notre couple transis de froid. Le postulat de The reef est lui aussi simple : à une vingtaine de kilomètres d’un récif, un bateau transportant quelques adultes heurte une masse et se retourne. Sans moyen de communication, les occupants décident de tenter leur chance à la nage et de rejoindre la terre, pratiquement en vue. Ils se jettent alors à l’eau et évoluent en groupe, en surveillant régulièrement l’eau qui les entoure. Jusqu’à ce qu’un squale pointe le bout de son mufle et commence à leur tourner autour. Nos adultes sont évidemment stressés, ils paniquent un peu, mais ils continuent à nager. Et c’est bien ça qui fait le suspense de The Reef : le squale disparaît régulièrement du champ de vision de nos personnages pour mieux les faire sursauter en revenant rapidement à la charge, et parfois en en emportant un avec lui. Ultra réaliste, le film est particulièrement impressionnant quand le squale évolue à proximité du groupe, où on a réellement l’impression qu’ils nagent avec un requin de quatre mètres de long à quelques mètres d’eux. Des effets spéciaux magnifiques qui sont pour beaucoup dans la réussite du film. Après, tout est dit, la formule continue jusqu’à l’arrivée à l’atoll visé par nos adultes, rejoints (ou pas) par nos protagonistes. Rien de plus à ajouter, c’est le meilleur film de requins depuis Jaws, qui épure son histoire de tout enjeux inutiles.

 

4.5/6

 

2009
de Andrew Traucki
avec Adrienne Pickering, Zoe Naylor

 

http://platform-online.net/wp-content/uploads/2010/11/the-reef.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by voracinephile - dans Epouvante ( qui stresse)
commenter cet article

commentaires

Vince12 16/06/2013 08:54

J'ai vu la pub à la télé, tu sais avec cette voix off hyper grave "BAIT LE THRILLER CHOC DE L'ANNEE ! MAINTENANT DVD, BLUE RAY ET 3D"

voracinephile 16/06/2013 11:37



Définitivement, il faut le voir !



Vince12 15/06/2013 21:25

je sais pas si tu as entendu parlé du dernier gros film de requin en date "Bait" ça a l'air d'être un mix entre Peur Bleue et Malibu Shark attack. Doit y'avoir matière à un gros nanar jouissif

voracinephile 16/06/2013 00:07



Oh si, je suis au courant ! Je le guette même depuis un certain temps, mais je ne trouve pas le moyen de me le procurer. Ca pue vraiment le nanar, mais j'ose pas acheter...



Vince12 26/02/2013 10:16

Ah oui ce Peur Bleue. Moi perso j'ai beaucouip d'affection pour LL Cool J dans ce film: il est encerclé de requins tueurs et il prend tout à la pignolade. Il indique la voie à suivre au spectateur,
"ne prenait pas ce film au sérieux" puis avec son humour lourdo à deux balles il m'est sympathique.
Pour Harlin je ne savais pas qu'il avait un tel sens de l'humour ce mec! Moi je sais pas trop mais je suis au moins sur que les squales qui font marche arrière sont des images de vrais requins.
Et en plus ils ont tous le même desingn, le requin tigre qui a un museau carré se retrouve avec le bec pointu du Mako la star du film. D'ailleurs il faut que les scientifiques m’explique comment
ils ont fait grandir cette espèce de cette façon. Avec un grand blanc ça peut passer mais un mako. C&a doit être la ligue du racisme des requins qui a exiger une discrimination positive en
bannissant les grands blancs habituelles stars des films de requins pour mettre des makos à la place.
Un mix entre Les dents de la mer, Alien et jurassic park ça aurait pu donner un bon survival, au final c'est un bon nanar à consommer sans modération.

voracinephile 26/02/2013 15:45



LL Cool J est justement le personnage qui n'est pas sérieux et qui s'en amuse. Il n'est pas crédible mais il survit parce qu'il est drôle. Même si je fais pareil dans Attack of the Killer Weed
(pour exaspérer le spectateur justement), je n'aime pas ce genre de perso qui attaque immédiatement la crédibilité de l'oeuvre. Pas besoin d'alourdir à ce point, surtout au niveau des scènes de
remplissage. Mais bon, quand il y a de la nanardise, je rigole, ça c'est clair...


Pour Harlin, c'est un bisseux, certes, mais il n'est pas imperméable au navet, hélas... Profession Profiler est un navet de première dans le genre, et Freddy 4 est l'un des plus mauvais Freddy
avec le 6.


Tous les requin avec la même gueule, c'est en effet très drôle. Une vraie partouse zoolique qui aboutit à un seul requin numérique multiplié et avec des textures grises un peu différentes pour
qu'on se repère un peu... Prions pour qu'un réal ait l'audace d'aller voirt Corman avec un script tel que tu l'écris (quoique Shark attack 3, c'est Jurassik park et Les dents de la mer : le
mégalodon...)



Vince12 25/02/2013 23:17

Oui je connaissais Lake Placid, c'est du lourd. Pour eaux troubles je pense que je finirai par l'acheter.
Content de voir que tu partage le même goût que moi pour ce genre de film.
Pour peur Bleue j'adore, du gros nanar (déjà rien que le début le requin qui confond le sang et le pinard, tordant). Mais qu'est ce qu'on s'amuse on ne s'ennuie jamais. Pour tout t'avouer j'hésite
même à l'acheter en DVD car à chaque diffusion à la télé (même à minuit) je ne le manque jamais, Sam Jackson qui se fait bouffer après un beau discours à l'américaine c'est juste énorme. Voilà un
nanar jouissif et énorme.

voracinephile 26/02/2013 08:13



" Vous vous rappellez de mon accident avec l'avalanche ? Nous étions 8 survivants, et seulement 5 ont été récupérés par les secours... La neige est dangereuse, mais la nature humaine l'est encore
plus ! Alors, nous n'allons plus jamais nous battre ! Premièrement, nous allons isoler tous les..." GRROOOAAAARRRR !


Ah, Peur Bleue, on ne s'en lasse jamais ! Rien que la base des scientifiques qui a coûté on ne sait pas combien de millions de dollars pour les rénovations, le tout juste pour bosser sur un seul
médicment (sans grosses garanties de succès), c'est du bon ! Et la scientifique qui se fait bouffer comme une merde pour attirer le requin, du bon aussi. La seule erreur du film, c'est de faire
survivre LL Cool J, l'acteur de sidekick le plus agaçant de la décennie 2000 (il alourdit des tonnes de film, comme l'excellent Halloween 7). Tu n'as toujours pas acheté le dvd ? Moi, je le
revois de temps en temps, et aussi les bonus avec Renny Harlin qui nous met au défi de retrouver les requins numériques dans son film, bonne blague ça aussi... En tout cas, c'est clairement mieux
que cette merde de Shark Night 3D juste naveteuse au possible et même pas fun... En même temps, j'ai Anaconda aussi en dvd, et je te recommande Mutations (avec des limaces carnivores, sans rire,
c'est de la bonne série B)



Vince12 24/02/2013 22:41

J'aimerai vraiment voir Solitaire (aussi appellé Eaux troubles) car pour l'instant le seul bon film de croco que j'ai vu c'est Black Water de Traucki.
Ce même Traucki du Reef évoqué sur cet article, un super shark-survival, vraiment stressant.
il est vrai qu'il y'a beaucoup de nanar dans ses genres mais perso j'affectionne vraiment des films comme Peur Bleue, Shark in Venice, les Shark Attack.

voracinephile 25/02/2013 20:33



Solitaire est le meilleur dans le genre pour moi, un excellent film de croco qui gère très bien le bestiau, avec un final impressionnant. Une excellente série B. Tout l'inverse de Crocodile en
fait, un vrai nanar de Tobe Hooper. A voir aussi Lake Placid, mais c'est plus une comédie avec un gros croco (quoique l'animal fait parfois d'impressionnantes apparitions).


J'ai moi aussi une grande affection pour les séries B à base d'animaux dangereux... Qu'ils soient nanars, mauvais ou bons, je m'éclate toujours devant ce genre de spectacle boudé du grand public
avec nos protagonistes qui s'attaquent à un gros monstre (probablement parce que j'ai entamé ma culture cinéphile avec cet angle de vue, ce qui m'a amené très tôt à découvrir Predator puis Alien
(en commençant par le film de Jean Pierre Jeunet d'ailleurs, j'aime beaucoup ce film au grand désespoirs des fans du Retour...) et à diversifier mes goûts. Mais j'ai commencé avec Shark Attack et
Spiders (j'enregistrais les nanars sur VHS en me levant à 22h45 pour les enregistrer à l'insu de mes parents, quel garnement !). Peur bleue est un plaisir coupable pour moi d'ailleurs, et Shark
Attack 3 culmine assez haut dans ma collection de nanars.



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche