Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 septembre 2013 2 03 /09 /septembre /2013 11:19

beethoven-2.jpg

 

On le sait, le rayon des films animaliers est surtout prisé par les enfants, moins regardant sur la qualité du scénario que sur le capital cucul des icônes qui leur sont proposées. A ce jeu, Beethoven est une icône d’enfance des plus prisées (allociné le note toutefois en dessous de la moyenne, une petite surprise), ayant tout de même réussi à s’imposer dans de nombreux foyers pendant les années 90 (tous ceux qui ont aujourd’hui la vingtaine sont tombés dessus). Dans la même veine que Sauvez Willie, nous avons donc des personnages humains lambda, dont leur famille s’élargie de façon inattendue avec un molosse baveux gentil comme un chamallow.

L’histoire : durant le cambriolage d’un vendeur d’animaux, un chiot saint bernard s’échappe et échoue dans une paisible maison de banlieue, égaillée par la présence de 3 enfants. Mais le père, d’un tempérament casanier et râleur, rechigne beaucoup à l’accepter.

 

29558088-29558091-large.jpg

 

Divertissement familial dans toute sa moiteur collante, Beethoven  est un petit navet des familles, caricaturant volontiers tout ce qu’il décrit, en instaurant toutefois une préférence dans ses clichés. En effet, ses personnages principaux incarnent la famille « idéale » dans sa plus grande banalité. Classe moyenne, un pavillon de banlieue avec barbecue et jardinet délimité par une haie, le cadre typique. Le père est un homme, il est donc bougon, très attaché au caractère pratique et au quotidien prévisible, bref, le gentil américain qui reste à sa place tout en rêvant d’améliorer sa condition, et que les futures exactions de Beethoven vont mettre à rude épreuve. La mère est quant à elle un modèle d’insipidité, que le film érige en icône de tempérance et de sagesse. Un peu comme quand vous prenez une boîte de conserve dont la date de péremption a disparue, que vous tapotez un peu le couvercle avant de dire « pour être sûr, il faudrait l’ouvrir. » C’est ce qu’a fait cette mère pendant toute sa vie, et les femmes comme ça, ce sont les bonnes femmes, m’voyez ? Les enfants sont également les clichés de leur âge, avec la grande sœur préoccupée par ses premiers rencards, le frère un peu geek de science à lunettes persécuté par les racailles du collège et la petite dernière trop mimi qui s’émerveille de tout. Ce n’est pas pour rien que Beethoven la chouchoute en premier, comment voulez-vous dire non à une petite frimousse pareille ? Bref, la famille, c’est la vie, et cette façade ne sera jamais ternie par Beethoven, qui se consacre d’ailleurs corps et âme à sa mission d’ange gardien. Afin de justifier sa présence et les nombreux dégâts matériels qu’il fait subir à son propriétaire, il se révèle être le garde du corps de la cadette (il l’accompagne à l’école, il la sauve de la noyade), l’argument d’autorité du moyen frère (il grogne devant ces sales collégiens qui le provoquent) et l’atout charme de la grande sœur (grâce à lui, elle décroche son premier rancard, première étape vers la création d’une honnête famille). Mais attention, un vil vétérinaire payé par la NRA pour tester des munitions explosives convoite le bel animal. Autant dire que c’est le principal adversaire du film (mais pas l’unique), et il prend son rôle très au sérieux. Toutefois, qu’on se rassure, il sera bien puni au cours d’un happy end où il se fait mordre les bouboules avant de se récolter une quinzaine de seringues dans le bide. Le flash info final tout à la gloire de nos amis les animaux est un pot pourri de bons sentiments, une vraie conclusion pour la famille modèle. On ne peut zapper l’apparition du sympathique Duchovni, qui ici cachetonne dans le rôle d’un investisseur verreux venu prendre un barbecue (avec un dédain assez magnifique genre « un… Barbecue ?... Avec des saucisses ? ») afin de conclure un contrat frauduleux avec le père. Malgré la mère qui sent mal cet investisseur et sa compagne, le père n’y voit que du feu, heureusement que Beethoven veille, en donnant à ces lascards une leçon de ballade qu’ils ne sont pas prêt d’oublier. Quel redresseur de torts cabotin, ce Beethoven ! Le message sur la famille (qui s’unit au final pour sauver Beethoven qui est devenu un membre de la communauté) se trouve un peu renforcé avec le couple des investisseurs, qui déclarent sans honte : « Des enfants ? Pfff ! Nous avons d’autres ambitions ! », suivi par le départ des enfants qui les regardent bien de travers pour nous faire comprendre que les couples stériles, faut les brûler. Pas très novateur dans sa propagande familiale et volontiers caricatural pour les autres personnages (la motarde qui se fait pisser dessus par le chiot, vous aurez compris que porter le cuir, c’est pas très bien), Beethoven est donc le petit navet familial de milieu de journée qui sert surtout à occuper un peu les enfants histoire de pouvoir respirer pendant quelques minutes sur la pelouse de sa maison de banlieue. Evidemment, il faut prévoir des réclamations de chien par la suite, et histoire de ne pas passer pour le père casanier, on vous conseille de répondre : « Oui, si tu as 15 de moyenne générale ce trimestre ! ». Et pour faire des économies sur les jouets, on vous conseille de laisser traîner Chucky la poupée de sang près de la télé à l’approche des fêtes, histoire que pour changer, les gosses vous demandent des livres. Qu’il est bon de défendre la culture de notre jeunesse !

 

0/6


1991
de Brian Levant
avec O-Lan Jones, Nancy Fish

 

beethoven_1991_portrait_w858.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

tatyana 24/10/2014 13:26

il et trop marent votre chien bisous

Voracinéphile 26/10/2014 22:55

Heu... de rien :)

tatyana 24/10/2014 13:26

lololololololol merci cenmeme

tatyana 24/10/2014 13:25

coyucou

Zogarok 11/09/2013 16:51

Je redoute au contraire d'être bien plus mesuré que tu ne l'as été ; et même laconique. Il faudrait que je m'y re-penche, ça ne sera pas rien.. C'est un cas que je me vois plutôt résumer
qu'explorer, maintenant.

voracinephile 11/09/2013 20:01



Oui, justement, en le revoyant, je ne me formalise pas tant que ça. Peut être que ce côté conditionnement léger à préférer des clichés à d'autres t'avait particulièrement hérissé à l'époque... En
l'état, il n'y a que ça, c'est la quintessence du film. Famille martelé à tout bout de champ, sinon, c'est médiocrement mauvais, sans avoir relativement d'effet. Le 2 est pire en revanche, je
t'invite à lire la chronique, si ce n'est déjà fait... Au moins pour en rire.



Zogarok 11/09/2013 15:29

Effectivement il était urgent que je passe ! Un zéro bien mérité. J'avais oublié l'anecdote de la motarde.

voracinephile 11/09/2013 15:48



Oh, cette motarde ! Elle louche à moitié avec une gueule de mongoloïde qui a mal tourné... La vilaine porte du cuir, hou hou ! Huez la les enfants ! C'est bien ! Et maintenant, regardez la se
prendre sa leçon par le petit chien chien ^^. Maintenant, j'attends ta chronique enflammée. Je sais qu'elle ne viendra probablement jamais, mais la relation épidermique entre toi et cet objet
m'intéresse au plus haut point. Curieux de lire jusqu'où tu iras avec lui... A noter qu'il y a plusieurs suite, là aussi, tu jubileras...



borat8 05/09/2013 21:16

Ou alors ils échangent les jaquettes des films! J'adorerais voir la réaction ce serait drôle!

voracinephile 06/09/2013 19:24



Ca s'appelle des expériences sociologiques ^^. Le problème, c'est que tu vas en prison si tu te fais chopper pour maltraitance sur mineur...



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche