Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 novembre 2012 3 14 /11 /novembre /2012 13:50

http://www.namesash.com/wp-content/uploads/2010/07/burger-kill-2.gif

 

 

 

Après Malick, oser balancer du Burgerkill, c’est déclarer qu’on fait régulièrement des fautes de goût. De la trempe d’un La main qui tue, Burgerkill est une bonne grosse série Z qui tâche, un truc tellement con et gratuit qu’on l’apprécie avec un plaisir non dissimulé, car quand on en arrive à un tel stade de médiocrité, c’est jubilatoire.

L’histoire : dans la petite ville de l’Orange County, Mackenzie se prépare à fêter son 18èmeanniversaire. Mais des meurtres sanguinaires perpétrés par un mystérieux individu déguisé en Horny le clown (la mascotte locale), viennent perturber les choses…

 

http://cdn-premiere.ladmedia.fr/var/premiere/storage/images/cinema/photos-film/photos-acteur/images/burger-kill-drive-thru-2007/17453480-1-fre-FR/BURGER-KILL-DRIVE-THRU-2007_portrait_w858.jpg

 

Tout d’abord, je tiens à féliciter toute l’équipe française qui a conçu le dvd, d’une médiocrité sans nom ! Quand on le met dans le lecteur, on a droit à deux bandes annonces de Z si pourris qu’on en éclate immédiatement de rire (Le crépuscule des Morts avec Armand Assante… mais qu’est ce que c’est moche et cliché « Un passé dont il ignore tout… Un père qu’il n’a jamais connu… Il va devoir… survivre… au crépuscule… des morts! Le crépuscule des morts ! Attention aux morsures !»). Bref, on est déjà dans le dixième degré et le film n’a pas encore commencé. Alors, avant de mettre le film, j’impose le choix de la langue : le français. L’équipe de doublage francophone a accomplie un boulot tellement efficace qu’il serait insultant de passer à côté. Quand un personnage balance un « Yo ! Mate le panneau, yo ! » et que son pote lui répond « T’as vu c’t’enfoiré, on va lui commander un burgueur ! », on sait qu’on a affaire à des professionnels, qui vous transforme de la merde en antimatière neuronale. C’est tout simplement un festival de vulgarité gratuite (Horny qui sort de derrière un coin de mur en disant « Qui m’a traité de pédale ? »), que les excès Z (Horny sort de derrière un mur, se déplace à l’aide d’effets clippesques, manipule un hachoir en plastique qui coupe les gens en 2…) rendent immédiatement attachant. Quand on voit le discours politique débile du film (les anciens hippies gauchistes qui sont devenus républicains suite à un mystérieux événement) et ses vagues effets spéciaux, on sait qu’il a été taillé sur mesure pour les nanardeurs endurcis, ceux qui sont à même d’apprécier ce genre de truculence référentielle (les clins d’oeils sont nombreux, du monstrueusement beauf version Shining (« Petits cochons ! Petits cochons ! Je suis le grand méchant loup ! ») à Elvira Mistress of the Dark). Car malgré ce troisième degré constant nécessaire quand même pour supporter la durée du film (une heure trente, faut quand même les tenir), ce dernier réserve régulièrement des moments de bravoure. Toujours lors des meurtres avec Horny, qui se fend à chaque fois d’une punch line qui n’est jamais drôle (mais sincèrement, il n’y a aucun rapport avec la mort, c’est du niveau « Ha ha ha, je t’ai bien niqué mon salaud ! »), lorsque les flics mènent l’enquête, et toujours quand des jeunes font preuves de comportements anti-sociaux (ils adorent saccager des trucs ou tenir leur flingue sur le côté, comme dans les films). Monstrueux d’un bout à l’autre, Burger Kill est une zèderie tellement outrancière qu’elle réussit à donner le spectacle qu’elle espérait : un film d’horreur d’une lourdeur telle qu’elle en devient attachante, tout en restant originale (car il y a lourd comme Burger Kill, et monstrueux comme Disaster movie (la dernière fois que je l’ai vu, une crise d’épilepsie m’a clouée au sol jusqu’à la fin du film)). Un film copieusement indigeste qui s’apprécie bien pour ce qu’il est.



0/6 mais un correct 14/20 nanar

 


2007
de Brendan Cowles, Shane Kuhn
avec Leighton Meester, Nicholas D'agosto

 

http://img8.imageshack.us/img8/425/vlcsnapgunputevp0.png

Partager cet article

Repost 0
Published by voracinephile - dans Nanar (modeste)
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche