Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mai 2012 6 05 /05 /mai /2012 12:12

Chronicle-2012-Movie-Poster4.jpg

 

Les films de Super héros, ça court aujourd’hui les rues. Entre la dominance Marvel (qui par les block buster formatés qu’elle nous balance régulièrement, seuls Captain america et Avengers changent la donne) et les productions un peu moins thunées ou ambitieuses (L’incroyable Hulk), le public finit par s’habituer à la sauce, ce qui risque à la longue de lasser. Nouvelle solution pour relancer la recette ? La caméra subjective, bien sûr. Ayant déjà pollué le genre du zombie et du fantoche, et maintenant de la comédie, pourquoi ne pas la mettre au film de super-héro ? C’est dans le vent, alors essayons. Chronicles est surtout original avec ce postulat, sinon, pour le reste, c’est vogue la galère…

L’histoire : une bande de trois jeunes adultes découvre un artefact extra terrestre dans un champ. Ils se retrouvent alors avec des pouvoirs de télékinésie.

 

http://www.cinechronicle.com/wp-content/uploads/2012/01/Chronicle-film1.jpg

 

Bon, essayons d’être subjectifs. Si les bases plantent des clichés gros comme des maisons (un jeune adulte perturbé par son statut de victime, un autre qui parle peu mais qui est cool, et un black sympa qui tchatche un peu), l’ensemble est plutôt réalisé de manière compétente, l’action étant lisible malgré le concept de caméra portée (mais bientôt, la caméra se met à léviter, ce qui est sensé justifier des cadrages qui ne font plus un seul instant caméra subjective). D’ailleurs, le postulat ne tient pas vraiment. Pourquoi avoir voulu faire ce film en caméra subjective, sinon pour surfer sur la vague ? Si l’introduction place la caméra comme témoin de la vie des personnages, elle devient accessoire rapidement avec l’arrivée des super pouvoirs, et on frôle carrément le contre-sens quand dans le derniers acte des actions des héros sont filmées par des caméras dont les placements ne correspondent pas aux plans montrés. Parti pris technique alambiqué et inutile, mais bon, ça fait vendre. Au moins, les effets spéciaux sont largement à la hauteur, reflétant par moment l’approche démystifiée de l’usage d’un pouvoir dans notre société par des jeunes (on utiliserait probablement leurs pouvoirs comme eux) et se révélant plutôt impressionnants dans le dernier acte. Après, psychologiquement, le film se révèle ultra-prévisible. C’est de la bouillie psychologique de bas étage, de l’anti-subversion par excellence, qui place les victimes d’aujourd’hui comme les bourreaux de demain, une thématique vieille comme le monde. Encore une fois, le black ne sert à rien, tchatchant un bon coup avant d’être éliminé comme une merde. Si le film envoie le pâté avec un affrontement final à la hauteur de nos attentes, dur de trouver le film attachant pour ses protagonistes, crédibles sur les bords mais pas attachants pour deux sous (vous avez eu les mêmes dans votre classe, sauf qu’ils avaient de la conversation). Probable que le film va parler aux jeunes, va peut être même paraître réfléchi et réaliste. Mais sur les plans de l’originalité et de l’empathie, c’est le néant absolu. Toutefois, la facture technique bien-foutue et la mécanique de l’histoire fonctionnant, on donnera la moyenne au film, qui reste un gentil block buster étudiant suffisamment bon pour justifier une sortie ciné.

 

3/6

 

2012
de Josh Trank
avec Dane DeHaan, Alex Russell

 

http://bestmoviesevernews.com/wp-content/uploads/2012/02/Dane-DeHaan-and-Alex-Russell-in-Chronicle-2012-Movie-Image.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

borat8 16/07/2012 15:42

Notamment ses amis qui sont pourtant son réel appui dans son monde. Et puis après il nous fait son caca nerveux!lol

borat8 13/07/2012 17:45

Bah pas tellement compte tenu de la réalisation. Au niveau de l'histoire ça reste correct, le scénariste réussissant un minimum à rendre attachant les personnages même si c'est vrai que le méchant
a beaucoup trop d'emmerdes.

voracinephile 16/07/2012 13:24



Ou pas assez d'emmerdes. Il a déjà des potes, donc c'est pas si mal. Il a quelques moyens d'esquiver la souffrance (contrairement à d'autres films comme Willard ou Carrie, qui eux sont
pratiquement sans aucun appuis en face du monde), mais il préfère commencer à se venger...



borat8 11/07/2012 16:00

C'est clair que cela gâche tout et il n'y a qu'à voir le final: on part du téléphone de la copine, puis des jeunes dans la tour qui filment aux téléphones, puis on repart sur les téléphones en
possession d'Andrew, puis de caméras de la police, puis de surveillance, puis de badaux qui passent... Un beau bordel rien que de l'écrire. Vraiment un film gâché par sa mise en scène de merde.

voracinephile 13/07/2012 13:13



Cette narration bordélique empêche en effet d'apprécier pleinement le final. Mais après, je trouve la psychologie assez clichée aussi, le personnage de la victime tenant du vu et revu... Toi, tu
as bien aimé en revanche si je me fie à ta critique !



borat8 06/07/2012 22:10

Comme tu le dis, si au départ de found footage peut paraître crédible au début, il ne l'est plus du tout après. Et surtout il enlève de la lisibilité, de la crédibilité et le tout n'est plus
impressionnant une seconde. C'est le cas de la bataille finale où les vidéos se succèdent sans aucun sens et où l'action est hors champ. Complètement débile et tournant en défaveur du film. J'y
vois surtout la faignéantise de son réalisateur, pas foutu de prendre une vraie caméra (surtout que vu le budget il pouvait se payer une caméra correcte) pour filmer un film qui en aurait eu grand
besoin.

voracinephile 11/07/2012 11:45



Mad Movies avait bien tapé sur ce format aussi : c'est de l'opportunisme par excellence, qui surfe sur la vague des found footages en-veux-tu-en-voilà, sans s'intérroger une seconde sur le
bien-fondé de son parti-pris. Résultat, on n'en a plus besoin dès la moitié du film, mais c'est pas grave, le réal s'en fout... Rageant alorsq qu'il aurait pu nous faire un vrai film...



alice in oliver 05/05/2012 23:58

oui, je trouve que ce film a au moins le mérite de ne pas prendre son public pour un imbécile. Une leçon que devrait retenir Twilight

voracinephile 06/05/2012 11:16



Pas vu les derniers Twilight, il faudra que je me rattrape à ce niveau. Mais c'est clair qu'il n'y avait pas beaucoup de psychologie dans cette saga pour jeunes filles amoureuses de Pattinson...
Curieux de voir ce que Cosmopolis va donner... Va-t-il casser son image, le robert ?



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche