Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 janvier 2013 2 01 /01 /janvier /2013 09:03

http://www.sevensept.com/sites/sevensept.com/files/imagecache/gallery/uploads/images/films/city_of_crime_dvd_3d.jpg

 

Polar pur sang avec City of Crime, qui réunit Stephen Dorff mais surtout Harvey Keithel pour une histoire tarantinienne dans l’esprit, sans le second degré de la violence jubilatoire. Du film à l’ancienne, avec de vrais durs et une intrigue qui n’épargne personne. Du interdit aux moins de 12 ans qui sent la sueur.

L’histoire : Quatre gangsters se préparent à faire un casse dans un dépôt de bijoux. Si l’entreprise se passe bien, l’un deux tente de liquider ses camarades pour garder le magot. Seul un parvient à s’échapper, et recherche la brebis galeuse pour réclamer réparation.

 

http://photo.parismatch.com/media/photos2/3.-photos-culture/cinema/il-etait-une-fois-stephen-dorff/city-of-crime-1997-05-g/2336119-1-fre-FR/city-of-crime-1997-05-g_galleryphoto_paysage_std.jpg

 

Un récit de vengeance sobre et efficace en somme. Ce qui fait immédiatement plaisir, c’est la réalisation très professionnelle, qui ne cherche pas à nous faire sympathiser avec nos personnages. Ce sont des pros, c’est aussi simple que ça. La sobriété du traitement et l’efficacité des comédiens (Harvey Keithel est connu, certes, mais les autres font bonne figure à côté), respectueux des codes classiques du genre, parlent d’eux même. Le suspense s’installe tout seul, et difficile de dire comment l’histoire va aboutir. On sympathise avec le personnage joué par Harvey essentiellement après la trahison, vrai coup de poignard dans le dos. Pas besoin de parole pour décrire son état, une gueule sombre, un défonçage de meuble, et on sent que notre bonhomme est prêt pour une vengeance sanglante. Et le film se lance alors dans une traque sans merci, et évidemment avec des moyens différents (le pognon du méchant lui assurant bien plus de contact que notre hargneux trahi). La vrais surprise du film, ce n’est pas Harvey (ce dernier assure comme une bête, c’est pour ça qu’on l’aime), mais plutôt Famke Janssen, qui tient là tout simplement un de ses meilleurs rôles. Son interprétation d’une femme de criminel, catholique et mère de deux enfants, est d’une troublante efficacité, et c’est avec une justesse inattendue qu’elle prend part à la traque. Faisant d’elle une cible collatérale possible. City of Crime est d’un classicisme attendu, et jamais il ne cède à la facilité. Si l’issue reste un peu prévisible, l’efficacité du film est totale, excluant tout simplement la police de l’équation (c’est un règlement de compte entre malfrats, point). Tirant parti à la fois de son casting et de son modeste budget, City of Crime se permet d’être même parfois audacieux dans sa facture technique. Quelques plans séquences, un passage quasi expérimental lors du trajet final à l’hôpital (j’utilise une idée similaire dans Cloaque), pas loin de rappeler l’ouverture de L’impasse de DePalma. Bref, pas grand-chose à ajouter, City of crime, c’est du travail bien fait, accompli avec la conviction de tout le monde. Très recommandable.

 

4.5/6

 

1997
de John Irvin
avec Harvey Keitel, Famke Janssen

 

http://cdn-premiere.ladmedia.fr/var/premiere/storage/images/photos/diaporama/city-of-crime/city-of-crime-city-of-industry-1996__3/4324899-1-fre-FR/city_of_crime_city_of_industry_1996_portrait_w858.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

titi70 01/01/2013 19:49

Vu il y a plusieurs mois en VHS et presque totalement oublié depuis. C'est dire que le film ne m'a guère marqué.

voracinephile 02/01/2013 16:56



Le film n'a rien de marquant, mais il n'a aussi rien de mauvais. C'est du film de gangster honnête, une bonne soirée, mais c'est vrai qu'on l'oublie vite. Un film qu'on redécouvre avec sympathie
en tout cas.



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche