Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mars 2014 2 11 /03 /mars /2014 15:23

Cold-fish-2.jpg

 

Le cinéma de Sono Sion est soutenu par une solide réputation, qui ne cesse de grandir à chacun de ses projets. N’ayant jusqu’ici jamais visionné un seul de ses travaux, il fallait trouver un point de départ, qui s’est révélé être Cold Fish. Arborant une affiche digne des Chiens de Paille, le projet se révèle être une sacré claque, non dénuée d’humour, mais féroce dans ses saillies d’ultra-violence…

L’histoire : un vendeur de poissons d’aquarium vit dans une famille banale. Quand sa fille vole dans un grand magasin, un riche éleveur de poisson prend sa défense, et l’invite à devenir son partenaire commercial sur une affaire d’importation d’une espèce rare.

 

photo.jpg

 

Cold Fish, avec son postulat on ne peut plus banal, est passionnant à bien des niveaux. Parvenant à trouver une esthétique magnifique au milieu des aquariums qui font toujours rêver quand on passe dans les rayons, trouvant un petit parallèle social au cours des séquences d’alimentation des bestioles, Cold Fish est un film féroce sur les relations sociales à plusieurs niveaux, essentiellement dans le cadre de la famille et du travail. En façonnant un protagoniste banal et sans consistance, le film parvient à capter toutes les concessions qu’il fait devant la générosité obscène de son bienfaiteur, chef d’entreprise agressif et extraverti qui ne renonce jamais à ses objectifs. En parvenant à fixer la honte de recevoir une aide évidente et peu discrète, puis le renoncement personnel à ses propres principes pour « honorer la dette », le film parvient intelligemment à parler d’exploitation sociale. C’est alors que le film bascule dans l’ultra-violence, lors de l’exécution d’un des investisseurs dans l’importation d’un poisson exotique rare. Avec une scène de débitage du cadavre suffisamment démonstrative, on commence à comprendre dans quoi on a mis les pieds. Le film prend alors une tournure bien sombre, puisque la passivité de notre héros entraîne des réactions de plus en plus agressives de la part de son employeur. C’est un film de pétage de câble à retardement, typique des Chiens de Paille donc, en suivant toutefois un parcours différent. A ce jeu, le film s’offre plusieurs séquences de cinéma, comme un tabassage de notre personnage principale avec remise en cause de virilité, les conversations cyniques du patron et de sa femme pendant qu’ils débitent les corps… Un menu costaud qui culmine en apothéose de violence comme on n’en attendait pas. Par rapport au modèle de Peckinpah, on peut toutefois noter l’usage d’un humour discret qui sert remarquablement bien la narration, en rajoutant une petite dose de cruauté dans les séquences où il apparaît (c’est souvent au cours des séquences violentes, où l’excès de la mise en scène vient introduire un décalage comique qui tranche avec le sérieux radical de la situation). Hors de question de spoiler la fin, elle conclut avec sérieux ce solide projet cinématographique. En y rajoutant une ambiance glauque à souhait (un quotidien constamment étouffant) et une photographie éblouissante (bon sang, tous ces poissons…), Cold Fish a tous les arguments pour convaincre les cinéphiles de bon goût, et se range dans une catégorie entre l’œuvre de Peckinpah et Visitor Q (j’insiste, Mike pétait un câble, mais ne faisait que développer à l’excès les relations à la violence de ses protagonistes). Une sacrée claque qui donne envie d’en découvrir bien davantage dans le cinéma de Sono Sion.

 

5/6


2010
de Sion Sono
avec Mitsuru Fukikoshi, Denden

 

Cold_Fish_1.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

princécranoir 13/03/2014 17:43

"Suicide club 0" se fait aussi appeler Noriko's dinner table, un film fait après le succès de "suicide club". Je l'ai en DVD mais pas vu encore.

voracinephile 16/03/2014 18:36



Ah, alors voilà ! Merci Prince, c'est celui ci que j'ai vu (il avait une idée intéressante d'ailleurs, mais est beaucoup trop long à mon goût).



Vince12 13/03/2014 15:31

Je prend bonne note

voracinephile 16/03/2014 18:35



Un cru édifiant, Sono Sion m'a vraiment convaincu.



alice in oliver 13/03/2014 12:26

non, c'est suicide club (tout court)

alice in oliver 12/03/2014 10:54

pas vu mais Sono Sion est à surveiller de très près: probablement le ou l'un des meilleurs cinéastes de ces dernières années. Je recommande vivement le superbe suicide club

voracinephile 13/03/2014 11:43



J'ai vu Suicide club 0, mais je ne sais pas si c'est le bon film, ou si c'est un autre... C'était inattendu en tout cas, javais bien aimé. Dernièrement, j'ai vu Love Exposure, intéressant et
cinéphile (ah, Sashori...), mais trop long (4h00).



princécranoir 11/03/2014 22:06

Belle entrée dans l'univers frappadingue de Sono Sion. C'est un cinéaste proche de la veine arty japonaise, c'est un performer, voire un poète, plus qu'un cinéaste. Tu le rapproches de Peckinpah,
mais je le trouve plus proche de Wakamatsu, ou Miike en effet (il a lui-aussi une production pléthorique). Je ne connais ce "cold fish" que de réputation (de plus en plus alléchante en te lisant),
mais je ne puis que t'encourager à découvrir son dérangé "suicide club" qui navigue d'un genre à l'autre, se joue des attentes du spectateur avec une insolence formidable. Très bientôt, tu pourras
lire tout le bien que je pense aussi de son récent "guilty of romance".

voracinephile 13/03/2014 11:50



Ah, Wakamatsu manque à ma culture alors. Je n'ai pu m'empêcher de penser à Peckinpah pour plusieurs séquences clefs comme le pétage de câble du héros, le viol de sa femme... Les codes
psychologiques sont très différents évidemment (on est en Asie), mais les objectifs sont similaires.


Je réagirai à Guilty of Romance, j'en ai entendu du bien... Quant à Suicide club... Il faudra que je le recherche. J'en ai vu un, mais j'ai l'impression qu'il y en a eu plusieurs... A revoir pour
confirmer.



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche