Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mai 2013 2 07 /05 /mai /2013 15:18

dark-skies-poster.jpg

 

Après le nullissime Paranormal Activity 4 et le sympathique Sinister, le nouveau film de maison hantée qui se prépare à débouler sur nos écrans, et financé par les producteurs des précédentes références, porte le nom de Dark Skies. Ce n’est pourtant pas un film de maison hanté (trop cliché maintenant !), mais il en recycle tous les gimmicks, et cela avec un manque d’ambition qui laisse le spectateur sur sa faim, lui donnant juste les éléments dont il a besoin pour comprendre l’histoire. Hélas, il n’est pas le premier à se lancer dans le sujet, et c’est d’autant plus dommageable que ses modèles sont plus réussis.

L’histoire : une famille vient juste de déménager dans une nouvelle maison. Mais rapidement, une présence vient rôder à l’intérieur, se contrefichant des alarmes et des portes fermées. Poltergeist revanchard ? Non, plus simple !

 

Dark-Skies-03.jpg

 

On sait déjà que la Weinstein company a acheté le film pour la distribution aux USA, on verra qui aura le marché pour l'Europe. C'est une honnête tentative pour venir braconner sur les terres d’Insidious et des paranormal activity, avec même une partie avec des caméras dans la maison pour bien qu’on ne soit pas dépaysé (et comme d’habitude, il y a des parasites quand l’entité apparaît, mais on a du pot, on la voit partiellement sur une image). Nous avons donc un père qui tente de faire figure d’autorité mais qui est une tafiole, une mère forte qui cherche des prétextes pour lui reprocher ce manque de combattivité, et les deux fils, qui font des trucs de leur âge. Et rapidement, les phénomènes étranges se succèdent, allant d’un frigo saccagé à des empilements de mobiliers, jusqu’à déclencher les 8 capteurs de l’alarme familiale. Et bientôt, ce phénomène étrange commence à plonger les occupants de la maison dans des états de somnabulisme où les personnes errent la bouche ouverte. Ce sont les seules séquences efficaces du film, où comme on ne comprend pas ce qu’il se passe, on stresse un peu. Mais plutôt que de faire virer tout ça en trip parano à base hallucination ou de possédés qui attaquent comme des brutasses en mode Evil Dead, le scénariste choisit… de les faire marcher un peu, puis ils se réveillent en disant « merde, c’est étrange ». Malgré les gentilles tentatives que fait le film pour qu’on se sente proche des personnages (difficultés du père à trouver un travail, mère surmenée, premiers émois sentimentaux pour le premier fils…), les situations que traversent nos personnages sont soit clichées (le petit qui se met à faire des dessins bizarres, mais merde !), soit inoffensives (une crise d’épilepsie en forêt, maman je suis effroi !), et cela jusqu’à la révélation après une heure de film (qu’après 40 minutes la mère a exactement les doutes appropriés, en faisant une recherche sur internet qui l’aiguille avec une logique implacable, passant de « phénomène magnétique » à « théories de complots » en deux clics, et à la cause enfin révélée en 3). A partir de là, impossible d’en dire plus sans spoiler le film. Disons, pour faire simple même si ça spoile un grand coup, qu’on a affaire à un mix de Phénomènes paranormaux et de Signes de Shyalaman. Le premier pour l’ensemble du film, et le second pour la fin familiale où toute la famille se serre les coudes pour résister à la fameuse menace, dont le design numérique ne se révèle pas très convaincant. Il est surtout rageant de constater que la principale bonne idée du script a été conservée comme rebondissement ultime alors qu’elle nous envoyait sur une piste nouvelle, et qu’à la manière d’Insidious, le film aurait pu se révéler plus marquant. Au final, il n’en est rien, Dark Skies est d’une banalité assommante, servi par des acteurs qui jouent leur rôle avec un minimum d’implication, illustrant un phénomène que vous avez déjà vu en mieux et qui ne fait pas très peur à moins d’y croire dur comme fer. C’est mieux que les paranormal activity, c’est sûr, mais aussi réjouissant qu’un plateau repas à réchauffer au micro onde.

 

 

1,5/6


2013
de Scott Charles Stewart
avec Keri Russell, Josh Hamilton

 

Dark-Skies.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by voracinephile - dans Epouvante ( qui stresse)
commenter cet article

commentaires

borat8 13/05/2013 19:27

Oui mais bon, c'est quand même un peu grossier. En d'autres termes les capitalistes bushien sont dans les sommets et les autres bouffent les restes. Bof bof!

voracinephile 14/05/2013 13:36



Caricatural en effet. Mais les trajectoires des personnages sont sympathiques, et la mécanique du film est plutôt fonctionnelle. Pas hyper réfléchi, mais fonctionnelle, et divertissante en tout
cas



borat8 12/05/2013 22:49

Pourtant le film est loin d'être un mauvais film. Intrigue intéressante? A la limite pour le zombie pensant mais pour le reste...

voracinephile 12/05/2013 23:24



Oh, le côté politique faisant une mise en abîme avec la politique des USA n'est pas mauvaise.



borat8 12/05/2013 22:40

Et encore pour moi c'est vraiment Le jour des morts vivants. Déjà dans Land of the dead on sent le radotage ambiant.

voracinephile 12/05/2013 22:43



Ah, mais le jour des morts vivants est un monument du bis pour moi. J'ai juste mal fait de le voir avec des nanardeurs, qui n'ont pas pris ce film sérieusement... Radotage pour Land of the dead,
mais joli cadre et intrigue intéressante



borat8 12/05/2013 21:14

Surtout ce n'est qu'un banal found footage qui ne fait que ressembler aux autres oeuvres du maître. Land of the dead est tout de même un blockbuster et c'est ce qui déplu dans un certain sens à
Romero, plus habitué aux petites productions.

voracinephile 12/05/2013 22:04



Le résultat est quand même parlant : Land of the dead est le dernier opus valable de ses travaux zombiesques.



borat8 11/05/2013 17:58

Surtout que dans le remake, Bay et sa bande en font ni plus, ni moins qu'un pédophile. Donc niveau violence atténuée, bonjour l'humour! Il y a plein de détails étranges dans ce remake de Evil dead.
L'ami qui était avec moi a remarqué qu'une fois ressuscité, la langue de la droguée était totalement normale. Pourtant comme tu le sais, elle a été coupé au milieu, donc ne pourrait plus parler à
part pour faire des grognements! ;) Pareil pour la tronçonneuse, notre coco l'a prend mais la laisse pour que sa soeur puisse ensuite la prendre dans la réserve. WTF?! Relancé je ne dirais pas
tellement puisqu'il s'est surtout enfoncé dans son propre mythe le père Roméro. Il n'y a qu'à voir le film suivant.

voracinephile 12/05/2013 19:55



Oui, on est d'accord que Diary of the dead sombre un peu dans la redite, et surtout dans la mollesse de rythme. Mais je crois que Land of the Dead n'a pu être lancé que sur les recettes de
l'Armée des morts...



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche