Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 décembre 2011 7 04 /12 /décembre /2011 17:58

http://www.imagesetmots.fr/images/darkman.jpg

 

Si Evil Dead a beaucoup contribué à la popularité de Sam Raimi, c’est Spiderman qui l’a propulsé dans les sphères du divertissement grand public, dont il sortira à peine avec le moins sage Jusqu’en enfer. Sam Raimi a toujours été fasciné par l’essence du super héros, en comics plus particulièrement, et dans leur mythologie si particulière. C’est la souffrance d’un super-héros qui le rend attachant, et c’est sur ces bases qu’il s’attaque poiur la première fois au façonnement d’un mythe : Darkman. Un brouillon qui lui permet de tester beaucoup de procédés (il en appliquera certains à sa vision de Spiderman) et qui montrent déjà la passion du bonhomme pour des personnages hauts en couleurs et profondément humains.

L’histoire : Peyton est un scientifique travaillant sur la peau de synthèse, qui reste relativement peu stable une fois créée. Alors qu’il progresse dans ses recherches, sa femme se lance dans l’attaque d’un promoteur immobilier qui fricotte avec la maffia locale. Ces derniers récupèrent un document compromettant et brûlent le scientifique dans son laboratoire.

 

http://pixhost.me/avaxhome/eb/e8/0011e8eb_medium.png

 

L’histoire de Darkman est déjà particulièrement intéressante dans sa forme, car si Sam Raimi a assurément conscience de faire du cinéma divertissant (et par conséquent excessif), il prend toujours soin de justifier (avec plus ou moins de logique) les aptitudes de son super-héros : c’est un grand brûlé sur 70% de son corps (par conséquent non identifiable par les autorités) dont les nerfs ont été déconnectés pour soulager sa douleur physique (ce qui entraîne une résistance totale à la douleur et une prolongation des efforts physiques au-delà de la normale. Le gars morfle comme une personne normale, mais il ne s’en rend tout simplement pas compte. Mais avec cela, il souffre aussi d’un trouble des sentiments, qu’il devient incapable de contrôler (d’où des sautes d’humeur particulièrement destructrices qui l’handicaperont lourdement pour ses tentatives de retour à une vie normale. Pour une genèse de super-héros, la formule est tout simplement magnifiquement payante, l’ambiguité du personnage étant tout le temps présente (c’est au final un type qui cherche à se venger, et pour une fois, le final l’opposant au promoteur immobilier où ce dernier l’accuse de ne pas valoir mieux que lui (car lui détruit pour construire) prend une ampleur rarement vue qui fait vraiment plaisir. Est-il besoin de préciser l'hommage magnifique à l'Homme invisible de James Whale ? Même soin apporté aux méchants, qui agissent avec une logique exemplaire, en s’autorisant toutefois des gags à la Raimi toujours cartoonesques, mais qui n’oublient jamais de rester sérieux quand le drame est de mise (les hommes de mains sont sans pitié, et leur cruauté frappe parfois durement le spectateur). C’est bien là ce qui f ait la force et la faiblesse du film : il va toujours à fond dans ses idées, et si beaucoup sont excellentes, certaines sont carrément too much, préférant s’aventurer dans le domaine du grand spectacle plutôt que de rester sur le plan de l’intensité tragique. On se souviendra de cette scène de cascade où notre héros accroché au câble d’un hélico traverse un building, s’excuse du dérangement auprès des employés avant de retourner sous le feu ennemi. Une scène d’action qui annonce déjà certains plans de Spiderman, mais qui préfère laisser de côté toute cohérence pour nous offrir du spectacle. Avec Darkman, Raimi montre déjà qu’il veut cerner ses personnages au niveau du cœur, plus préoccupé par leurs sentiments que par leur intellect (le héros est un scientifique, mais en dehors d’un jargon à peine plus recherché que la moyenne, rien de vraiment réaliste ne sera proposé à ce sujet). Toutefois, les bases du héros de Raimi sont bien là, et la qualité du spectacle est trop rare pour être boudée. De nos jours où les héros sont des vikings imbus d’eux-mêmes ou des gars en armures qui se pissent dessus, Darkman est un héros infiniment plus attachant que les nouvelles productions Marvel, et devrait obtenir gain de cause auprès des fans de vrais super-héros. Très estimable au vu de ses modestes prétentions.

 

5/6

 

1990
de Sam Raimi
avec Liam Neeson, Frances McDormand

 

http://www.rotaryaction.com/images/darkman.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

borat8 11/07/2012 17:34

Depuis que je suis passé au BR, j'oublie vraiment le DVD. En sachant que quand c'est du bon, c'est du lourd. Il n'y a qu'à voir les éditions d'Avatar ou du 13ème guerrier pour s'en convaincre.

borat8 07/07/2012 01:45

La séquence de la fête forraine est une vraie folie furieuse de première. Et puis il ne faut pas oublié que c'est un film plus ou moins fauché et les effets kitschs semblent voulus. C'est
d'ailleurs ça qui lui donne un vrai charme. D'ailleurs Darkman est devenu un comic-book il y a quelques années. Preuve du réel potentiel de son héros.
Dark City je l'ai acheté en BR director's cut après un mois et demi de recherches intensives en magasin.

voracinephile 11/07/2012 17:26



Je savais le film fauché, mais quand même, les hallucinations du héros avec ces boules de feu et ces visions surréalistes, ça a très mal vieillis, alors que les accélérés très nombreux
parviennent encore à faire illusion... Inégal techniquement, mais Raimi fait preuve d'une inventivité remarquable ! Je suis au courant pour le comic book, même si jamais lu.


Magnifique film que Dark city, mais je ne l'ai qu'en dvd (pas encore eu le courage de passer au blu ray...)



borat8 06/07/2012 22:21

Mon préféré de Raimi. On entrevoit le futur Spider man avec un héros tourmenté et auquel les proches ne vont cesser d'être mis en danger à cause de lui. Neeson impressionne bien avant Schindler
dans ce rôle de héros croyant à l'apparence et tombant peu à peu dans la folie meurtrière (la séquence de la fête forraine oh purée! Presque un prélude à la séquence de l'hôpital dans Spidey 2).
D'ailleurs j'ai bataillé pour le trouver en DVD au point de devoir aller sur internet (pour une fois mes parents m'ont autorisé) l'acheter. Depuis je le bichonne! Certes l'ensemble a vieillit mais
cela renforce l'aspect grand guignolesque cher à Raimi.

voracinephile 06/07/2012 23:31



Moi aussi, c'est un cru de Raimi que j'adore. Liam m'a vraiment plu, et la séquence de la fête forraine est en effet sacrément énervée (voir un héros faire ça, bon sang ! ). Après, les séquences
de folie ont mal vieillies, mais le tout passe bien, et les séquences d'action réussissent encore aujourd'hui à marcher... Je l'avais trouvé dans un marché aux puces en croyant acheter Dark City,
je n'ai pas vraiment perdu au change. Excellent cru, un beau héros créé de toutes pièces !



2flicsamiami 06/12/2011 15:20

J'ai pas vu ce film (mais je le connais par le biais de Oliver à qui j'ai promis de le voir). En tout cas, dans la façon dont tu décris le film, on arrive parfaitement à voir la patte de Raimi et
son goût pour le spectacle grand-guignolesque.

voracinephile 07/12/2011 18:40



Si tu as aimé les Spiderman, je te conseille de le découvrir, il est vraiment excellent. Après, les effets spéciaux sont loin de vraiment convaincre (petit budget), mais le résultat est déjà
enthousiasmant.



alice in oliver 05/12/2011 22:01

enfin bien... Elle reste regardable et rattrape la médiocrité du 2 mais elle est nettement inférieure au 1er

voracinephile 05/12/2011 22:33



Evidemment, toutes proportions gardées !



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche