Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 septembre 2012 6 29 /09 /septembre /2012 16:02

http://imworld.aufeminin.com/cinema/dead-end-3666_L.jpg

 

Dead end est un petit film qu'on pourrait qualifier de fauché, à en juger par la maigreur de ses effets et son casting plus ou moins connus. Mais il s'agit là d'une oeuvre potentiellement culte, et clairement apte à divertir à condition de bien comprendre à quel voyage nous sommes convié.

L'histoire : en pleine nuit de noël, une famille sur la route de la maison de grand mère est témoins d'étranges évènements...

 

http://www.top10films.co.uk/img/Dead-End.jpg

 

Tel est le pitch minimaliste de ce road movie métaphorique que n'aurait pas renié David Lynch. C'est simple, le film commence simplement comme un film culte, misant tout sur des personnages dont on saisit tout de suite l'essence, qui à l'aide de dialogues savoureux deviennent vite nos compagnons de traversée. C'est assez enthousiasmant de voir qu'on se met tout de suite sur la même longueur d'onde qu'eux, entre un père très masculin, une mère vivace, un petit frère gothique rebelle, une soeur blonde psychologue et un petit ami sportif. Vraiment, l'étude de caractère, trempant dans le cliché, nous comble avec un humour bienvenu jusqu'à ce que les premiers incidents arrivent. Après un accident manqué de peu, notre famille commence à voir une mystérieuse femme blanche rôder autour de leur voiture. Mais qui est cette mystérieuse femme ? On pense d'abord à une équipe de serial killer (une mystérieuse voiture funèbre passe avec toujours un membre de la famille gesticulant dans le coffre), avant de se rendre compte que c'est plus compliqué que cela. Ou plutôt plus simple. En effet, pour ceux qui savent reconnaître ce genre de film, Dead end est une sorte d'épisode étendu de la 4ème dimension. Un trip lynchien qui évoque un traumatisme par des biais métaphoriques qui s'étendent sur toute la pellicule. En cela, le film ne recèle aucune surprise (j'ai éventé le phénomène 15 minutes après le début du film). Mais le traitement des personnage tout au long de l'aventure, le côté trash et traumatisant de cette dernière (les morts, bien que suggérées, sont gerbantes), nanti d'une ambiance flippante (la radio d'où sortent des cris de bébé sur fond de litanie morbide) qui provoque clairement le malaise par moment. Le script est également assez intelligent pour conserver les caractères les plus sympathiques le plus longtemps possible, nous développant une relation père fille vraiment touchante, supportée par de sublimes acteurs. Malgré un faible budget, le film ne semble jamais cheap (il n'a pas besoin d'avoir recours à l'esbrouffe), et ses acteurs sont suffisamment investis pour rendre le spectacle très vivant (Ray Wise est d'un charisme rare). Relance oblige, le dénouement laisse une petite trace fantastique pour brouiller les pistes, mais nous ne sommes pas dupes, nous venons bel et bien de suivre un coma d'accident de la route tout ce qu'il y a de plus Lynchien. Au final, Dead end réussit clairement à planter une ambiance et à faire un road movie métaphorique  intéressant, et bien plus intéressant que Reeker. Et ça, on aime.

 

4.5/6

 

2003
de Jean-Baptiste Andrea, Fabrice Canepa
avec Mick Cain, Ray Wise

 

http://www.cinemotions.com/scripts/slider/image_sorties_id.php?id_image=25345

Partager cet article

Repost 0
Published by voracinephile - dans OFNI (m'as tu vu )
commenter cet article

commentaires

Zogarok 08/10/2012 20:49

Vu et adoré. Même note que toi. La fin est un peu comme celle de Haute Tension : correcte, élégante et pas insensée à sa façon, mais sacrément frustrante et limitative.

voracinephile 08/10/2012 21:04



Content qu'il t'ait plu ^^. Un film culte en somme bien mené, mais l'explication réduit tout (même si on le petit élément juste là pour faire l'ambiguité, mais on n'est pas dupe). Je me rappelle
avoir fait la comparaison avec les nanars qui tentent de faire réenvisager leur bêtise avec une fin bidon dans ce style. Choix logique (il correspond à une règle du genre "onirique"), mais
réducteur. Tout, ça, c'est le complot extra-terrestre !



Zogarok 02/10/2012 22:42

Tu viens de me révéler "le truc" du coup, nan ?
En fait, Wise n'est pas tellement "charismatique", mais il est magnétique, il a une présence étrange (plus que forte), donc ça pigmente même un film fade.

voracinephile 02/10/2012 23:00



Pas vraiment. A moins que ce type de cinéma (fantasmé, onirique) te soit étranger et que tu ne te rappelles plus à partir de quel moment l'histoire part en sucette (ce qui est important pour le
final), ça ne t'échappera pas, et 30 minutes après le début du film, tu sauras déjà dans quoi tu t'es embarqué. Mais si c'est relativement sans grosses surprises (mais avec de vrais moments
d'angoisse, ce road movie métaphorique est parfois vraiment flippant), les acteurs sont bons et le scénario tire un net avantage de son modeste budget.



Zogarok 02/10/2012 21:22

Il est souvent cité en bien... Pourtant le postulat parait basique. Peut-être ce côté "lynchien" que tu évoque. Ray Wise a une aura très particulière, mais il est tellement brillant qu'on ne peut
le dissocier de ses plus grands rôles et en particulier de celui du père de Laura Palmer.

voracinephile 02/10/2012 21:46



J'ai découvert ce film par un ami, c'est clairement une bonne surprise. Même si tu grilles "le truc" très rapidement (des détails reviennent en boucle, des éléments bizarres comme des cris de
bébé t'agressent les tympans...), les dialogues sont excellents ("Marylin Manson, c'est un mec ?... Dans quelle époque on vit...") et les acteurs attachants (Ray Wise a un charisme comme tu le
dis, il parvient sans peine à nous émouvoir). La comparaison avec Lynch s'impose d'elle même, mais le film ne transgresse pas vraiment ce côté onirique (il contient des éléments qui "font bien"
pour montrer que c'est un traumatisme subi après un accident de bagnole).



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche