Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 novembre 2011 6 05 /11 /novembre /2011 21:38

http://1.bp.blogspot.com/_VXNWSr1UpT4/S_PlmxSsKaI/AAAAAAAADXo/hntoNw211Mo/s1600/Der+Todesking+VHS+cover.jpg

 

Avec Der Todesking, Joerg Buttgereit s’attaque à un sujet de taille : la Mort. Son Nekromantik abordait déjà la question en restant sous un angle très métaphorique (notre héros jonglant avec des morceaux de corps dans une nature complice : la mort comme partie intégrante de la vie), mais ici, on se focalise vraiment sur le morbide dans une sorte de film à sketchs, sensé illustrer plusieurs visages de la mort, et de ceux qu’elle va frapper. N’ayant pour seule limite que son maigre budget, Der Todesking est une œuvre profondément trash, sorte d’album torturé des pensées de Joerg Buttgereit, qui aborde ses obsessions, tout en restant prompt à partir sur les sujets qui le mobilisent d’habitude (la violence, la vie, l’amour…).

L’histoire : Pendant une semaine, la caméra film la décomposition d’un corps, alors que chaque jour est illustré par une brève histoire-concept.

 

http://i23.photobucket.com/albums/b392/mikekitchell/der%20todesking/02.jpg


Joerg commence direct ses portraits morbides par un homme solitaire, la quarantaine, qui vit seul dans un minuscule appartement, dont le quotidien éprouvant va le pousser peu à peu au suicide. Joerg se montre d’une ingéniosité remarquable dans sa conception de l’histoire, cette dernière se résumant presque à un seul plan séquence : la caméra posée au centre de la pièce, tournant à une allure régulière et montrant plusieurs activités du célibataire (repas, ménage, loisir…) sans la moindre interruption et toujours à la même allure. Un cycle interminable qui le conduit finalement à ne plus rien attendre de la vie et à se pendre dans cette même pièce (entrainant à postériori la mort du seul être qui dépend de lui : un poisson rouge). A ce titre, il est intéressant de noter la redondance fréquente du thème du suicide dans cette œuvre, toujours vue sous l’angle d’une libération de l’individu. Au moins quatre jours de la semaine l’aborderont. Un autre jour, ce sera une femme seule qui constatera l’amour de ses voisins d’en face, avant de lire une lettre d’une secte prônant le suicide comme libération de l’âme, et de découvrir que le couple qu’elle observait a reçu lui aussi cette lettre et a décidé de se supprimer. Le film se permettra aussi un hommage aux suicidés assez intéressant, car il filme simplement un pont de béton tout ce qu’il y a de plus laid, en énumérant les noms, âges et professions de tous ceux qui s’en sont jetés. Aucun corps, mais une architecture massive et un silence religieux, qui crée peu à peu une dimension métaphysique, faisant de ce pont un arche funèbre, une porte vers l’au-delà que beaucoup ont pris (et cela quelque soit leur âge, leur nationalité ou leur profession). Cette généralisation du suicide doit être le trait le plus frappant de l’œuvre, tant il semble être objet de libération. Sur ce point, Joerg livre un film complètement amoral (immoral même, si on considère pour acquis que le suicide est mauvais), mais sa recherche de spiritualité dans le macabre parvient peu à peu à créer la dimension métaphysique qu’il recherchait, à savoir l’apparition de vie là où l’on ne voyait que la mort. Le plan séquence en accéléré du cadavre en putréfaction (un faux, rassurez-vous) est surtout là pour ça : d’un cadavre stérile, on passe peu à peu à une masse grouillante de vie, un mini-écosystème (belle appellation pour une charogne puante), humus nécessaire à la perpétuation de la vie. Une sorte de poésie macabre, résumée par un poème énoncé par un enfant (la vision des enfants en face de la mort est un point intéressant de l’œuvre, tous les adultes essayant de chasser ces pensées de la tête de leurs bambins dès qu’ils en parlent). Joerg s’attachera aussi à illustrer l’attirance des hommes pour la violence, avec une petite histoire où un gars loue un torture porn nazi dans un vidéo-club (la belle époque…), avant que sa femme ne débarque chez lui pour l’engueuler, et qu’il l’abatte d’une balle sans sommation. Deux images fortes s’imposent alors : ce type violant fixant un cadre vide sur l’immonde trace de sang maculant le mur, et la mise en abîme finale, où l’on se rend compte que le meurtre auquel on vient d’assister est une mise en scène qui passe à la télé, et que les télé spectateurs sont en train de se pendre face à ce spectacle. Encore une vision libératrice du suicide, seule réponse en face d’une société malade. L’œuvre s’intéressera aussi à ceux qui sont fascinés par la mort, sous l’angle d’une femme psychopathe qui se lancera dans une fusillade aveugle de citoyens allemands. Sans entrer dans les détails, l’œuvre de Buttgereit, pour peu qu’on supporte les films d’auteurs trashs, est assez développée pour nous faire entrevoir différents concepts philosophiques concernant la mort, positive selon lui (libératrice), et nous offrant plusieurs tableaux morbides, parfois dépressifs, mais dont les idées pourront toucher (ou pas) leur auditoire. Le film relevant du jamais vu, et d’une vision artistique totalement inédite au cinéma, sa vision relève beaucoup de l’anecdote, mais certaines de ses métaphores devraient marquer à jamais la perception du spectateur en face de tels thèmes. Immoral, peut être malsain sous certains angles, mais d’un sérieux remarquable et d’une originalité rare.

 

5/6

1989

de Jorg Buttgereit

 

http://content9.flixster.com/photo/13/70/62/13706215_gal.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

alice in oliver 07/11/2011 10:57


merci bcp pour le lieh !


voracinephile 07/11/2011 11:41



De rien ! J'espère qu'il sera suffisamment regardable pour te permettre de découvrir le film dans de bonnes conditions.



alice in oliver 06/11/2011 22:01


sinon, petite question: où trouves tu des films comme der todesking ?


voracinephile 06/11/2011 23:07



Ca dépend ce que tu entends par trouver... Je découvre les titres grâce à Wikipedia (et un contact critique de cinoche assez fan d'horreur), et pour les voir, ne jamais se décourager pour les
recherches de liens mégaupload : http://www.megaupload.com/?d=BN5HDQ2Q


Par contre, ne t'attends pas à le trouver dans une qualité meilleure qu'un VHSrip, et ils seront tous en VO sous titré anglais. Mais perso, ça ne me gêne pas beaucoup, j'espère que ça sera aussi
le cas pour toi.



alice in oliver 06/11/2011 15:45


oui, je me suis renseigné sur la suite qui semble également intéressante.


voracinephile 06/11/2011 21:28



Elle se répète un peu, mais les images macabres sont toujours là. En revanche, les ébats romantiques sont moins exposés (le choc n'étant plus nécessaire), ce sont plus les sentiments de nos
protagonistes qui prévalent.



alice in oliver 06/11/2011 14:43


oui, par contre, pour Nekromantik, je n'ai pas encore vu la suite


voracinephile 06/11/2011 15:43



^^ Buttgereit y développe son discours amoureux. Clairement, on sera moins surpris qu'avec le premier, mais ce Nekromantik 2 est une bonne suite nonobstant ^^



alice in oliver 06/11/2011 14:05


franchement, je ne connaissais pas ce film, mais j'ai eu l'occasion de voir Nekromantik récemment.


voracinephile 06/11/2011 14:18



Ca y est, tu es donc initié à Nekromantik ! J'attends ton avis avec impatience à son sujet (vu que j'ai de mon côté un avis extrêmement positif sur ce morceau de bravoure, immoral, un peu
brouillon mais bien plus réfléchi qu'il n'en a l'air !). Si l'expérience t'a intrigué, le cinéma de Buttgereit est fait pour toi (quoique Schramm est un peu différent, car traitant du quotidien
d'un psychopathe, d'une façon moins contemplative que ses prédécesseurs).



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche