Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 septembre 2012 7 09 /09 /septembre /2012 20:51

http://www.md78.com/wp-content/uploads/2012/02/ScreenShot002.jpg

Oui, oserez vous ?

 

The Devil inside, on n’en a jamais dit beaucoup de bien. Mais était-ce vraiment l’un des films les plus nuls de cette année 2012 ? Je pense pour ma part que non, même si ce pseudo-documenteur accumule les partis pris agaçants ou les choix maladroits, pompant à droite et à gauche ses idées.

L’histoire : en 1989 (soit l’année de ma naissance, ce maléfice m’a probablement éclaboussé), une femme est arrêtée pour le meurtre de 3 membres du clergé dans sa demeure. Une vingtaine d’années plus tard (en 2009), sa fille prend sa caméra pour tenter de recoller les morceaux.

 

http://www.onrembobine.fr/wp-content/uploads/2012/02/DevilInside-Isabella.jpg

 

Clairement, le prétexte utilisé pour tourner ce film en caméra vérité (un procédé qui n’impressionne clairement plus de nos jours) commence à être usé jusqu’à la corde, aussi ce premier poncif a tendance à agacer dès les 10 premières minutes (« Pourquoi tu fais ce film ? » « Parce que… j’ai besoin de comprendre… » Ben comprend et fais ton film après !). L’innovation du film est essentiellement dans la nature de la possession, puisqu’il s’agit d’une possession démoniaque multiple (on s’en doute dès que notre héroïne rentre dans la salle de classe du Vatican, le cours porte justement là-dessus). 4 démons pour le prix d’un en somme, et ça tombe bien, car nos personnages principaux sont au nombre de 4… Vous sentez venir le truc ? Pourtant, malgré cette façade documentaire très chiante (on se tape un découpage amateur et quelques bugs d’image complètement artificiels), the Devil Inside pouvait apporter un petit plus dans son illustration des jeunes prêtres en thèse au Vatican, leurs motivations semblant ici logiques et bien adaptées à l’époque. Si la bizarre alliance science-religion est aussi intéressante que bancale (appliquer la religion là où la science s’arrête, certes, mais comme le dit le film, qui peut dire où s’arrête l’une pour laisser commencer l’autre ?), le film en revient au bon gros catholicisme putassier après quelques exorcismes pratiqués sans le consentement du Vatican (le Vatican veut enterrer le cas d’une personne manifestement possédée, comme ça, violemment…). Le doute commence à envahir nos jeunes prêtres (qui ne se doutaient pas vraiment que faire des exorcismes tous seuls dans des caves, ça pouvait être un peu dangereux), et peu à peu, ils deviennent bizarres. L’un d’eux finit carrément par être possédé (avec quelques effets de trouille surfaits), mais ayant encore suffisamment conscience de son état, il en profite pour se faire sauter le caisson (en ayant eu toutefois le temps de noyer un bébé pendant un baptême, comme dans La malédiction finale). Niveau effets spéciaux, The Devil Inside reste regardable au niveau des scènes de possession. Aucune révolution dans le genre, mais quelques gymnastes assez soupe pour se désarticuler dans diverses positions inconfortables qui payent à l’écran. Toutefois, le rythme de la narration est lent et peine clairement à planter une ambiance séduisante, se contentant souvent de deux prêtres et d’une fille devant un écran tentant de donner un sens aux images. Et surtout, l’actrice principale est d’une inexpressivité rare. Ayant l’air aussi intéressée par sa quête de vérité que par le prochain numéro de Figaro Madame, elle marche dans les rues de Rome en nous parlant de sa jeunesse et de sa vie dont on se moque, elle pousse un cri ou deux devant sa mère possédée, puis ça sera le minimum syndical jusqu’à ce qu’elle soit enfin possédée. Pour finir, Devil Inside scelle définitivement son sort avec sa fin, le genre d’échappatoire de scénariste qui en a vraiment marre et qui veut passer à autre chose. Sincèrement, une fin aussi pourrie et aussi frustrante, c’est rare. Ce qui confirme bien ce qu’on pensait : Devil Inside est un film aussi inutile que pesant, dont les rares bonnes idées sont gâchées par des clichés monumentaux ou par des choix malheureux.

 

1/6

 

2012
de William Brent Bell
avec Fernanda Andrade, Simon Quarterman

 

http://www.hollywoodreporter.com/sites/default/files/2012/01/the_devil_inside_a_l.jpg

Cheveux, à l'attaque !

Partager cet article

Repost 0
Published by voracinephile - dans Epouvante ( qui stresse)
commenter cet article

commentaires

borat8 14/09/2012 18:39

Je ne pense pas. A vrai dire avec le numérique, ils mettent juste un Cd et hop le tour est dans le sac.

borat8 13/09/2012 17:22

Et puis franchement Miley Cyrus n'a plus rien d'une lycéenne et Demi Moore en mère j'y crois une seconde. Je ne sais plus ce que c'était comme Ba mais je me souviens que c'était assez violent.
J'avais même dit à mon père qui était avec moi "mais attends ils sont sérieux de montrer ça devant des gosses?"

voracinephile 13/09/2012 21:38



Clairement, le projectionniste a dû se faire remonter les bretelles... Ca leur apprendra à aller voir Alvin et les Chipmunks 3 !



borat8 12/09/2012 22:58

Oui ce genre de technique est assez drôle. Je me souviens que pour un dessin-animé, mon cinéma avait mis si je me souviens un trailer de films d'horreur! Moi je m'en foutais mais les marmots pas du
tout! Pour LOL USA, j'imagine que tu étais très MDR! Déjà que sur le net, c'est affligeant.

voracinephile 13/09/2012 14:09



Fort ça ! Les mômes qui viennent voir Cars 2, on leur colle le trailer de A l'intérieur... Il devait y avoir un génie subversif dans la salle de projection qui se prenait pour Tyler Dordon
(tentant de marquer un peu l'esprit des gosses). Pour LOL USA, on peut dire qu'on était PTDR. Purée, voir une ado américaine qui nous parle de string sur grand écran... "Mais tu as lu mon journal
intime ? C'est pas cooool !"



borat8 12/09/2012 13:32

Tu n'imagine même pas comme je m'amuse quand elles passent au cinéma. Une vraie pignolade. "oh un fantôme! Oh! Ah! Joli! Oulala! J'ai peur!"

voracinephile 12/09/2012 20:48



Oui, j'imagine ton hilarité. Moi, j'ai beaucoup ri en allant voir The secret, parce qu'à une salle de cinéphile plutôt mâture (surtout des adultes), ils nous ont mis en bande annonce Lol USA...
Qu'est ce qu'on a ri...



borat8 11/09/2012 19:28

Bah c'est ce qu'ose montré la bande-annonce du 4. Après je ne sais pas si ils vont oser faire ça durant tout le film, mais bonjour la visibilité. Déjà que dès que t'as un fantôme dans une chambre,
t'as la lumière qui s'éteint et la webcam qui se brouille...

voracinephile 12/09/2012 13:09



Pratique ! Même pas d'effets spéciaux ! Et quand on a une image, on se tape du kikoo jtb ++... Lol !



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche