Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 novembre 2011 6 12 /11 /novembre /2011 14:19

http://images.fan-de-cinema.com/affiches/comedie/disco,1.jpg

 

Franck Dubosc est un humoriste qui a obtenu un certain succès avec ses one-man show (Pour toi public notamment). Ainsi, à l’image d’un Biggar ou d’un Elmaleh, il s’est lui aussi essayé dans le monde du cinéma français, et s’y sent depuis comme un poisson dans l’eau. Passant de comédie en comédie, on le verra cabotiner dans Asterix 3, mais aussi dans Camping (son sketch de 15 minutes dilué en 1h30) et 2 (on l’on prend le un que l’on redilue 1h30) ou dans l’inestimable Cinéman (qui réussit à s’aliéner les fans de tous les genres cinématographiques en un film !). Alors, dans ces conditions, Disco n’est qu’une étape, un nom de plus à ajouter à la filmographie de l’humoriste dans une carrière qui est bien partie pour être longue tant le cinéma français peine à évoluer ses recettes (et à trouver de vrais talents pour cet art).

Disco : Didier Travolta, un ex-danseur de disco revient chez sa mère pour rechercher un travail, mais se retrouve confronté aux démons de son passé flashy et décide de faire un come back.

 

http://www.mymetz.fr/img/out/cinema/i7-disco.jpg


Disco, ou comment ringardiser un milieu de danse nostalgique et ultra-flashie ! Dubosc fait sa rock star sur pratiquement tous les plans, luttant de toutes ses forces pour nous faire réévaluer notre position sur le disco, un style vraiment très années 80 qu’on ne retrouve que très rarement aujourd’hui. Et c’est sous l’angle de la comédie qu’on décide de l’exhumer. Pourquoi pas, ça pourrait être un sujet comme un autre. Mais régulièrement, le script se vautre dans une beaufitude crasse, du genre de celle qu’on donne à la ménagère dans une série sentimentale. Ici, la seule personne qui n’aime pas le disco est un bourgeois prétentieux, vaniteux, hypocrite, mauvais perdant, qui, ô miracle, réévaluera totalement sa position en 5 minutes. C’est lui, mon vecteur d’identification si j’aime pas le disco ? Car tout le reste de la production semble aimer les paillettes et les couleurs saturées. A commencer par Depardieu, seul personnage authentique dans la production, dont le physique ventripotent et la gloire passée vont particulièrement bien au personnage de Jackson, ex-danseur lui aussi maintenant reconverti dans la gestion d’un club. Avec ses tirades qui claquent et sa beaufitude complète, il sonne vraiment juste et c’est bien le seul acteur qui réussit à faire un minimum son boulot, en cabotinant authentique (contrairement à Dubosc qui peinera considérablement pour nous faire rire). Seul regret dans ce film : voir la belle Emmanuelle Béart se compromettre dans le rôle d’une prof de danse tombant amoureuse de la star du danse-floor (mais en période de vaches maigres, les films alimentaires sont de rigueur). Enfin, dernier détail qui fait littéralement hurler de rire, c’est le caméo de Francis Lalane, invité pour le final du concours de danse (et je ne reviendrai pas dessus), que Depardieu vire sans ménagement, et Francis répond par un discours qu’on résume par un « je ne suis personne ! Merci de m’avoir mis un vent, adieu, je débite des trucs à la JCVD ! ». En gros, si Le nom des gens permettait à Jospin d’adopter un visage plus personnel, on se fout ouvertement de la gueule de Francis, et maintenant c’est dans un film. Brillant, mais je ne vois ni l’utilité d’un tel « gag », ni de justifications à sa présence. On passera sur les prétendues opinions politiques du film complètement esquivées (les ouvriers du port en grève) et sur les messages bateau qui sonnent bien (« Le disco, c’est comme une philosophie… »), pour en retenir surtout ceci : il y en aura d’autres comme lui, aucun doute là-dessus. Et tant qu’on ira les voir au cinéma, la tendance ne s’inversera pas, les scripts seront toujours de la même trempe. Une comédie parmis tant d’autres qui se complaît dans son monde et qui ne semble pas prêt d’en sortir. Juste regrettable.

 

0.5/6

 

2008
de Fabien Onteniente
avec Franck Dubosc, Emmanuelle Béart

 

http://www.moviecritic.com.au/images/disco-gerard-depardieu-french-film1.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by voracinephile - dans Navet (prétentieux)
commenter cet article

commentaires

alice in oliver 13/11/2011 08:18


Une comédie insupportable: en même temps, c'est Onteniente derrière la caméra.


voracinephile 13/11/2011 15:17



Pas surpris par le film en tout cas, l'affiche résume très bien le concept : je suis beauf, disco et je vous emmerde ! Le passage avec Julien Courbet est juste hilarant d'inutilité, et le passage
avec Lalane... Bref, on l'aura oublié d'ici quelques années, dont inutile de s'attarder sur son cas. Quoiqu'Onteniente va récidiver l'an prochain avec Turf... Mais Chabat ayant un peu plus de
charisme que Dubosc, on ne dis rien pour l'instant.



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche