Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 août 2013 7 11 /08 /août /2013 12:47

Dominion-Movie-Poster.jpg

 

La saga l’Exorciste n’aurait jamais dû exister, c’est une évidence. Malgré ses idées barrées, le 2 n’évite pas le ridicule, et le préquel de Renny Harlin se révèle… plutôt mal-aimé. Malgré le vent de putréfaction qui souffle sur ces terres, Paul Schrader a néanmoins essayé de se frotter à l’entreprise. Un pari aussi casse cou qu’audacieux, ses travaux sur Auto Focus et La Féline garantissant des qualités du bonhomme Et ce scénariste réalisateur ne nous avait jamais déçu. Il faut bien un début à tout.

L’histoire : pendant la seconde guerre mondiale, le père Lancaster Merrin se voit contraint par un officier SS de désigner les victimes en représailles d’un attentat. Des années plus tard, alors qu’il aide dans une mission en Afrique, un antique temple est exhumé à proximité de leur installation.

 

dominion1x.jpg

 

Vraiment, on pouvait nourrir quelques espoirs dans le fait de voir Paul Schrader s’attaquer à un aussi gros morceau que la genèse de l’univers de l’exorciste. Oubliant le travail qui avait été fait jusqu’à lors (pas de démons vomissant des insultes…), il tente de planter une nouvelle mythologie, tournant notamment autour du vaudou africain et de signes précurseurs troublants. Tout à son honneur, le film évite de faire dans le ridicule. L’introduction est géniale, plongeant le prêtre dans un dilemme moral étourdissant, où le prêtre se voit contraint de désigner dix hommes dans la population d’un village pour éviter un massacre aveugle de la population. Tous les recours lui sont enlevés, aucun échappatoire, et le tout dans un réalisme qui augure du meilleur dans la présentation des personnages. Hélas, cela se gâte un peu quand nous partons en Afrique. Ce n’est pas que le projet en lui-même devienne ridicule (on digère l’apparition de hyènes numériques ou de vaches carnivores), mais que la présentation et l’évolution des personnages demeure très télévisuelle. Il n’y a pas vraiment d’ampleur qui se dégage de la trame, même quand cette dernière ose du jamais-vu (mise au monde d’un enfant dévoré par des asticots, massacre d’enfants dans l’école de la mission, voilà qui aurait pu donner un sévère coup de fouet à la franchise, hélas, ces démonstrations apparaissent ici un peu vaines, car traitées comme des détails, à égal niveau avec l’apparition du possédé nanar. Car il y a bien un possédé, et hélas pour nous, chacune de ses interventions vire au ridicule. Dardant ses yeux rouges sur les prêtres qui le soignent, ses coups de gueules avec une voix grave brisent complètement le sérieux de l’affaire. Un prêtre lui touche le front avec un crucifix, BOUM, coup de poing dans ta face et menaces. Normalement, on donne l’alerte dans ces cas là. Mais non, le jeune prêtre décide de le baptiser… Faut-il être têtu… Bref, nouvelle manifestation jusqu’à ce que le possédé se libère enfin pour retourner dans son temple, avant le duel final pour renvoyer Papuzu dans les flammes de l’enfer. Le possédé prend entre temps un design de Bouddha, qui pourrait passer si on faisait un effort d’immersion, mais non, nous ne sommes pas prêts à faire cet effort. Bien dommage donc au vu de l’honnêteté des intentions initiales, mais c’est rapé.

 

1,2/6


2005
de Paul Schrader
avec Stellan Skarsgård, Gabriel Mann

Partager cet article

Repost 0
Published by voracinephile - dans Epouvante ( qui stresse)
commenter cet article

commentaires

2flicsamiami 15/08/2013 17:57

Bon, à ce que je vois, la version de Paul Schrader ne fait pas mieux que celle de Renny Harlin. Dommage, surtout que voir Billy Crawford en démon Pazuzu, ça doit valoir son pesant de cacahouète.

voracinephile 15/08/2013 18:20



Celle de Paul Schrader a quand même des ambitions, mais clairement le budget ne suit pas, et à moins de s'écarter de l'original (comme essayait de le faire le 2), c'est peine perdue. Et un
possédé aux yeux rouges, ça ne convaincra plus personne aujourd'hui... Ah, c'est Billy qui interprète le démon ? Je ne l'avais pas reconnu sous son maquillage simiesque...



alice in oliver 12/08/2013 10:29

jamais vu cet épisode réalisé par Paul Schrader, mais je ne suis pas surpris de lire cette chronique très mitigée. Finalement, la saga aurait dû s'arrêter au 1er opus

voracinephile 12/08/2013 13:57



Ca commençait très bien, puis ça se rammollit au fur et à mesure, jusqu'à un affrontement final ridicule avec un bouddhiste aux yeux rouges sensé être le démon... Bien dommage que le génial
Schrader se soit compromis dans ce petit nanar...



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche