Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 octobre 2011 4 13 /10 /octobre /2011 13:27

El-Topo.jpg

 

Encore un Jodorowsky au compteur, avec aujourd’hui le mythique El topo. Un cinéaste aussi généreux que Jodorowsky qui s’essaye au western, cela offre un mélange des genres totalement novateur, prêt à nous offrir une nouvelle leçon de cinéma. En route pour un voyage fantastique au cœur du désert, avec la poésie que nous reconnaissons à ce réalisateur de talent.

L’histoire : l’errance d’un cow boy dans un désert infini.

 

http://s1.lemde.fr/image/2006/06/19/600x300/785579_3_b290_une-scene-extraite-du-film-el-topo-presentee.jpg


Si le cinéma de Jodorowsky est toujours un grand bol d’air quand on le voit (j’ai vu trois de ses films, dont les histoires sont toutes éloignées), on y retrouve certains éléments chers au réalisateur. Comme par exemple ce petit garçon nu qui le suivra partout pendant la première partie du film, symbolisant son « innocence », sa part de pureté qu’il conserve encore dans ses périples, et qu’il n’abandonnera que lorsqu’il rencontrera une femme à son goût (cet enfant qui grandira auprès d'une communauté de moines et qui reviendra par la suite réclamer justice face à cet abandon). Symboliser l’état d’esprit du héros par un être qui le suit partout : voilà un classique dans le cinéma de Jodorowsky. Ce dernier utilisera nombre d’éléments empruntés à la bible, notamment lors de ses traversées de désert (le coup du rocher et de la source qui en jaillit), et se permettra de pures séquences poétiques au milieu de ces paysages désertiques. Il reste cependant très déstabilisant, les péripéties s’enchaînant dans un rythme plutôt rapide, et dans une logique très différente des films qu’on a l’habitude de voir. On y verra surtout une quête métaphysique d'un homme qui cherhce à donner un but à sa vie, et qui pensera d'abord y arriver en affrontant les maîtres qui ont acquis le Savoir, avant de se rendre compte de ses erreurs. Si La montagne sacrée était complètement métaphysique et Santa sangre un drame particulièrement touchant, El Topo relève plus de l’OFNI d’aventure, où les missions sont totalement imprévisibles et l’univers aux antipodes des clichés que nous connaissons (ou plutôt, qui part de clichés que nous connaissons pour nous perdre dans son récit). Un exemple parmi tant d’autres : la majorité des couples dans ce western sont homosexuels. Le shérif sort avec ses prisonniers. Et ce sont des centaines d’autres subtilités de ce genre qui font d’El Topo un cinéma de pur fantasme, cherchant à dépeindre un monde que seul le réalisateur connaît. Le lot de sentiments est à nouveau au rendez-vous, Jodorowsky détournant les codes du western tout en conservant leur impact. Un duel se lance en gonflant un ballon de baudruche, dont le cri mourant donnera le signal de départ. Telle une troupe d’indien, un groupe de miséreux sera exécuté sommairement par la noblesse d’un village. Des images d’une force incroyable au vu de l’étrangeté développée devant nous, et qui marqueront fortement l’imaginaire du spectateur. Le film en profitera pour parler d’esclavage, en osant toujours exposer des situations folles (la scène où les riches vieilles femmes blanches se jettent littéralement sur un esclave noir pour assouvir leurs fantasmes). Impossible à ranger dans une case, contenant un registre sentimental et graphique particulièrement fort, El Topo fait partie de ces OFNI indispensables, et pourtant relativement peu connus, du monde du cinéma. Un pur trip, comme disent les junkies.

 

5/6

 

1970
de Alejandro Jodorowsky
avec Alejandro Jodorowsky, Mara Lorenzio

 

http://andrewsidea.files.wordpress.com/2010/03/eltopo2.png

Partager cet article

Repost 0
Published by voracinephile - dans OFNI (m'as tu vu )
commenter cet article

commentaires

Vince12 15/04/2012 19:12

Mon préféré Jodo, violent, gore, jouissif (bien que hard des fois) mais aussi brillant par son fond, à la fois mystique et satirique.

voracinephile 15/04/2012 21:04



Aha ! Fan du cinéma de Jodorowsky ? Un film magnifique, c'est clair, un western métaphysique surprenant et beau, que Blueberry tentera d'imiter par la suite. C'est magnifique quand on s'aperçoit
à quel point Jodo a détourné les codes du western pour en faire un univers personnel, fantasmé et étrange (avec notamment de fréquentes relations homosexuelles chez les personnages secondaires,
ou cette omniprésence des symboles religieux...). Pas du tout pour le grand public, mais quelle baffe !



Alice In Oliver 14/10/2011 14:22


essaie également de voir Fando et Lis


voracinephile 16/10/2011 22:28



Il est sur ma liste depuis quelques temps !



Alice In Oliver 14/10/2011 11:12


un western initiatique, en sachant qu'une suite est prévue, à savoir King Shot, tjs réalisé par Jodo. El Topo reste mon troisième film préféré de cet artiste de génie.


voracinephile 14/10/2011 13:33



^^ Les jodorowski m'auront vraiment chamboulé dans mon parcours cinématographique ! Un film magnifique parfait pour vivre une expérience. Je sais quel est ton préféré Jodo en tout cas ! J'attends
maintenant ce nouveau Jodorowski avec impatience, merci pour la nouvelle.



Ze Ring 13/10/2011 21:21


Un chef d'oeuvre... A voir absolument.
Maintenant il ne te reste plus qu'a voir Fando y Lis!


voracinephile 14/10/2011 13:16



Oui, maintenant, je suis en train de le rechercher activement, ce prometteur Fando y Lis. Sinon, El topo est quand même dernier parmis les trois jodo que j'ai vu (je lui préfère nettement le
métaphysique La montagne sacrée). Un western qui nous en met plein les mirettes. Maintenant, j'envisage de chroniquer Bleuberry, et j'ai vu qu'il était loin d'avoir une bonne réputation auprès
des cinéphiles.



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche