Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 août 2013 4 15 /08 /août /2013 10:16

ELYSIUM-superbes-affiches-pour-le-film-de-SF-avec-Jodie-Fos.jpg

 

Après un District 9 dantesque, Neill Blomkamp remet en couvert dans le registre qui a fait sa gloire, à savoir la SF sociale. Avec Elysium, il persévère dans sa vision d'un futur plutôt sombre, remplis de ghettos plutôt que de voitures volantes et bâtiments construits en hauteur. Un contexte riche mis au service d'un script qui traite finalement d'immigration pour squatter le système médical, et qui finalement utilise des arguments... pas loin d'un Banlieue 13... Une orientation politique beaucoup moins subtile que prévu.

L'histoire : Max, qui a toujours grandi dans les ghettos terrestres, a fini par trouver un boulot dans une industrie. Après une erreur de manipulation, il se trouve condamné à mort en moins d'une semaine. Prêt à tout pour ne pas mourir, il accepte alors de faire une délicate mission pour avoir un billet clandestin pour Elysium, cité de bourrés de frics en orbite où la technologie médicale peut soigner absolument tout...

 

le-film-promet-de-belles-scenes-d-action.jpg

 

ATTENTION, CETTE CHRONIQUE CONTIENT DES SPOILERS SUR L'INTRIGUE.

 

Cette situation est créée ici pour rappeler l'immigration visant les pays développés pour bénéficier de soins médicaux. C'est bien là qu'est le caractère social du nouvel effort de Neill Blomkamp, et on peut saluer l'initiative d'aller sur un terrain quasiment vierge de tout précédent effort (de la SF médicale, reconnaissons lui au moins l'originalité du sujet). C'est un terrain tout à fait propice à un grand film de SF, mais la façon dont le traite Neill est tout simplement... réductrice, à la limite du caricatural. Déjà, d'emblée, le propos est politiquement orienté. C'est un côté de District 9 assez visible, mais qui était finement pensé, car il diversifiait les enjeux des différents camps (et par ailleurs, le méchant militaire était le seul gros cliché de l'histoire). Le reste donc pouvait passer, et l'action transcendait le tout. Ici, l'univers que filme Neill est encore plus beau que sur District 9, le résultat est une merveille d'un point de vue technique (c'est en grande partie ce qui fait remonter sa note). Mais les personnages stéréotypés sont déjà plus nombreux. Jodie Foster, qu'on nous annonce comme une dame de fer impliable qui n'hésite pas à ouvrir le feu sur des vaisseaux clandestins qui foncent sur eux en violant leur territoire aérien, est à la frontière entre le personnage authentiquement inflexible et le cliché authoritaire de la méchante aux inspirations dictatoriales vivaces (au passage, sa sortie de scène est une insulte à la carrure de son personnage). Elle prépare son petit coup d'état en ne s'appuyant que sur un homme, un gros richard travaillant sur terre, qui semble être le clone des riches de Yamakasis (il dit aux gens qui l'entourent de ne pas lui respirer dessus, il écoute de la musique classique, il méprise la condition humaine... et allez !). Il est donc chargé de rédiger un programme pour relancer le système informatique d'Elysium (qui contrôle tous les robots policiers sur la station et sur Terre) et mettre  la ministre Rhodes à la tête du pouvoir. Mais voilà, entre temps, Max (Matt Damon) a son accident de travail (dans la même entreprise que celle de Total Recall 2012) et est condamné à mourir. Ne voulant pas crever, avec son lourd passé de criminel, il se rend chez  le maffieux du coin qui se trouve être une sorte de résistant parce qu'il prépare les voyages clandestins vers Elysium moyennant finance. Le passeur fait dans le grand banditisme également, et monte Max sur le coup d'un vol de données cérébrales sur un gros riche, en l'occurrence son ancien patron. Pas de problème, un petit exo squelette en refort pour donner à Matt un peu de punch, et ça repart. Seulement, une fois arrêté, le cerveau du richard contient le programme de relance des ordinateurs d'Elysium. Et là, on vire sur Johnny Mnemonic.

 

Alors que Matt essaye de trouver quelqu'un pour extraire les données, un barbu se met à le traquer avec quelques mercenaires pour le compte de la ministre. Et le barbu est d'ailleurs interprété par l'ancien héros de District 9 : Sharlto Copley. Délivrant une performance à l'opposé de son ancien rôle, il insulte, cabotine, se donne des airs méchants pendant qu'il envoie des gifles à la copine de Max sous les yeux de sa fille. Il a envie d'être menaçant sans vraiment parvenir à la carrure qu'il recherche. De toute façon, il est complètement insignifiant au niveau politique, et pourtant, il squatte continuellement le film, prenant même une importance déterminante dans la dernière partie qui mise sur les affrontements à coups d'exo squelette plutôt que sur une conclusion sociale "impartiale" (certes, les combats nous divertissent, mais de la part d'un film de SF social, on pouvait attendre mieux que quelques uppercut mécaniquement assistés...). Car après que nos héros aient subis les vexations de ces richards du futur, disons le, de droite dans leur politique d'immigration), ils font péter le système, donnent la citoyenneté d'Elysium à tous les terriens et font descendre des tas de machines curatives pour soigner tout le monde gratis. C'est-y pas beau ? Quand on a une technologie de médecine qui ne coûte rien et une prise de courant (cette technologie reste accessible, car tous les riches en ont un dans leur maison), on se demande pourquoi Elysium n'en a pas fourni quelques unes sur terre... Oh, mais parce qu'ils sont de droite et sans coeur... L'immigration médicale, c'est donc oui, et massivement ! Et si les Elysiens sont trop lâches pour laisser entrer les immigrés chez eux, ils n'ont qu'à leur envoyer des med-podes gratis... Mais tout ceci est malhonnête, la moitié des vrais problèmes sont avortés pour ne laisser que le schéma simplifié d'une droite radine en face d'une planète de nécessiteux qui veulent tous grimper sur la Cipango du futur... Combien coûte cette technologie médicale ? Comment fonctionne-t-elle ? Comment se fait-il qu'à leur arrivée, ces ressources fondamentales ne soient pas immédiatement spoliées par les gangs locaux (vu que les héros sont un gang ça me semblerait logique... ah, mais ce sont des robins des bois, pardon...) ? Et pourquoi la Terre entière continue de se soumettre à la dictature d'Elysium alors qui suffirait d'abattre les quelques vaisseaux qui font la navette et de couper simplement les liaisons radios ? Ah, ben non, dommage, on ne parle pas de ça. En revanche, pour montrer un mercenaire au service des riches qui tase une réfugiée qui lui demande de l'aide (voir sa mine déconfite pendant le tasage, genre elle ne s'y attendait pas, ils n'ont donc vraiment pas de coeur, ces richards), y a du monde... Film finalement trop simplifié dans son contexte politique, mais aux décors très convaincants, cet Elysium déçoit en partie, car ne parvenant pas à retrouver la "sobriété" d'un District 9. Blomkamp peine à faire de la SF subtile qui cerne complètement les enjeux sans s'alourdir dans la partialité (mais sans pour autant nier les sentiments de ses protagonistes). Ici, il y a bien des sentiments, mais leur utilisation cherche légèrement à leurrer le public sans prendre la distance nécessaire sur de gros points idéologiques sensibles. On peut faire de la SF de gauche sans pour autant caricaturer ses adversaires à ce point et surtout répondre à un problème sans verser dans l'utopie... Reste la richesse enivrante d'un futur gentiment réaliste et tous les ingrédients d'un bon film de science fiction (on retrouve même les détails gores qui faisaient le petit plus de D-9).

 

2/6


2013
de Neill Blomkamp
avec Matt Damon, Jodie Foster

 

Elysium-Movie-2.jpg

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

OmniTechSupport Scam 09/09/2014 14:43

Elysium was a terrific concept that was visualized and directed really god but was not any where on par with the director Niel Blompkamp’s first ground breaking movie Distrct 9. The performance from the duo Sharleto Copley and Jodie Foster as the antagonist along with the lead Matt Damon were awesome though.

2flicsamiami 23/08/2013 15:06

Pour ce qui est de la politique française, je ne vais ma m'étendre sur ce sujet car c'est sans fin, je dirais simplement que l'on peu remercier le président actuel d'offrir une magnifique estrade
aux deux extrêmes.

Pour ce qui est du film, il est très politisé, c'est vrai, et c'est sur ce terrain que les spectateurs vont s'échapper. Moi, j'ai adoré le contexte parce que c'est réaliste, que les héros sont très
loin d'être des modèles (Matt Damon refuse quand même d'emmener la gosse avec elle), et que la fin, comme l'avais souligné Princécranoir sur son blog, laisse le champ libre à la vision de l'après
souveraineté des citoyens d'Elysium. Rien ne nous dit que les gangs ne vont pas prendre en main l'exploitation des med-pods.

voracinephile 24/08/2013 10:41



Effetivement, Marine & Mélanchon n'ont jamais été aussi haut que maintenant... La prochaine élection aura-t-elle des airs de 2002 ?


Oh, c'est moins l'orientation politique qui me choque que certains outils grossiers que le film manipule par endroits. Sur un sujet comme l'immigration clandestine médicale, cet angle est tout à
fait adapté (l'angle de droite serait plus... polémique). Ah, oui, on ne peut pas savoir ce qui se passera après le générique... Moi, je pense que les Bisounours vont arriver dans un vaisseau
spacial au dessus de Los Angeles, et qu'ils vont débarquer. Et que très vite, ils seront pleinement intégrés dans la vie active et au sein de la population, au point d'abandonner les réparations
de leur vaisseau pour s'établir définitivement ici bas...



borat8 23/08/2013 14:23

Le pire c'est que les gens ne comprennent pas cela et croient surtout que cela se réglera au petit bonheur la chance. Les piques les plus drôles viennent bien entendu de l'UMP, qui croit avoir eu
un bilan exemplaire avant de partir du pouvoir.

borat8 23/08/2013 12:37

Le problème de la gauche c'est qu'ils ont récolté la merde des précédants présidents et qu'elle n'arrive pas à s'imposer.

voracinephile 23/08/2013 13:30



Le bilan de la première année n'est pas flambant. J'ai lu un petit livret gratuit édité par le PS qui faisait le bilan de cette première année, il faudra qu'on en reparle. Ils héritent d'un poste
en temps de crise, donc oui, c'est dur, et on verra finalement le bilan à la fin de leur quinquennat. Le principal risque pour eux, c'est que le mécontantement global devienne tel que François
Hollande soit poussé à démissionner. On n'y est pas encore, mais les pronostics dans ce genre fleurissent à tout va... Il va falloir prendre une décision forte pour rallier l'opinion publique, et
là, conserver une politique de "gauche" sera sans doute compliqué (car des promesses ne pourront être tenues). Une situation assez extrême. La France souhaitait chercher le changement en 2012, et
si les deux clans principaux déçoivent, vers où va-t-elle aller ?



borat8 23/08/2013 00:22

Pas sûr que la Gauche ferait ça mais là l'UMP a vraiment fait dans le panar! Faut vraiment oser comme on dit!

voracinephile 23/08/2013 12:03



Autant pour moi pour la Gauche. On leur reproche davantage de faire leur beurre sur la taxation des riches alors que pas mal de leurs ministres mènent un beau train de vie. Pour l'UMP,
effectivement, ils tirent sur la corde. Je ne sais pas de combien ont baissé leurs subvensions depuis la passation de pouvoir, ce serait une info intéressante à retrouver...



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche