Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juillet 2011 3 20 /07 /juillet /2011 06:48

http://media.zoom-cinema.fr/photos/11219/fatal-affiche.jpg

 

Michaël Youn doit son succès avant tout à l’émission controversée Morning Live (née le 3 juillet 2000, décédée le 1er mars 2002 et déprogrammée le 27 juin 2003), qui a animée les mâtinées parisiennes pendant quelques temps. Se sont ensuivies de régulières contributions au septième art dans des œuvres plus ou moins recommandables (la beuze, Iznogoud, Incontrôlable, sans oublier Les 11 commandements, sorte de Jackass Morninglivien). Cependant, l’acteur finit un peu par s’émanciper et surprend (ou pas) son public en proposant dernièrement Fatal, le film sur son groupe de rap savoyard. Analyse d’un phénomène controversé lui aussi.

L’histoire : Fatal a vendu des millions d’albums et est devenu une star bling bling de l’industrie du rap. Cependant, l’arrivée de Chris Prolls et de son électro-pop ne tarde pas à mettre en péril ses talents de chanteur…

 

http://s.excessif.com/mmdia/i/31/7/fatal-de-michael-youn-4510317uslpj_1731.jpg?v=3


Qu’on le dise tout de suite : le film de Michaël Youn est lourd à dessin. C’est une comédie ultra lourde, qui tente quand même de faire de nombreux gags dont la plupart sont juste vulgaires et ne déclencheront pas l’hilarité. La moitié des gags du masseur par exemple, on n’en a rien à foutre, on ne rit même pas et ça en devient même gênant par moments. Mais c’est pas grave, on continue sans s’arrêter à ce détail près. Si Michael utilise un tel registre humoristique, c’est qu’il veut s’adonner à de la parodie, en se moquant d’ailleurs surtout de lui-même. Une entreprise sympathique qui évite de se prendre au sérieux comme le médiocre biopic sur Notorious BIG, et qui s’affirme plaisamment comme un méchant brûlot sur l’industrie de la chanson. C’est à vrai dire surtout pour ça qu’il est intéressant. La plupart des gags qu’il nous sert sont recyclés d’autres comédies françaises (le coup de la télé, Brice de Nice nous l’a déjà fait longtemps auparavant), donc la comédie n’est pas le premier argument qui doit motiver un visionnage. C’est le côté politiquement incorrect et perturbateur de Michael qui intéresse (il dissertera même sur son cas dans un final en face de la France entière), et là il envoie la sauce. On ne remerciera jamais assez Stéphane Rousseau de s’être donné à fond dans son rôle, en nous offrant dans la personne de Chris Prolls une parodie hyper acide de la tendance électro qui sévit de nos jours, et des paroles plus stupides les unes que les autres sur des mélodies qui pourraient réellement être commercialisées. Des titres comme « Je suis Muzik ! » ou « Fuck you » font littéralement éclater de rire tant leur bêtise est mise en avant, et nous ramène en flèche vers le rap de Michael qui est bien moins désagréable au vu de son chanteur principal. Allant loin dans la surenchère et les démarches des artistes faisant bonne figure (l’enfant malade à l’hôpital), Fatal raye la peinture de beaucoup de choses dans le monde de la musique, en illustrant notamment sa brutale descente aux enfers suite à un dérapage. Qui lui permettra par la suite de faire son comme back en étant apprécié par l’ensemble du public. En bref, Fatal est une comédie ratée, qui vaut surtout pour son mauvais goût revendiqué (la fontaine de champagne reste un grand moment), mais un brûlot vibrant contre divers visages de la Chanson (le passage des Musik Awards de la Musique est particulièrement assassin). A défaut de nous faire rire sur la longueur, on aura droit à de vrais moments de rire au milieu de l’humour gras commun avec de nombreuses comédies françaises et les délires de Michaël Youn, qui en fait quand même beaucoup à sa tête. Moi, je ne m’attendais pas à ça, et le film m’est devenu légèrement sympathique.

 

4/6

 

de Michaël Youn
avec Michaël Youn, Stéphane Rousseau

 

http://data0.eklablog.com/doudou-et-willou/mod_article2844887_1.jpg?3611

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Alice In Oliver 20/07/2011 12:36


j'avoue que l'univers de Youn et tout ce qui tourne autour me laisse un peu indifférent


voracinephile 20/07/2011 13:10



Il a un style encore moins fin que Jean Marie Biggar, mais il possède une vraie verve satyrique qui donne du punch à certains de ses sketchs, et à son film. Comme on tape sur les tendances
muscales de nos jours, ça se révèle quand même attachant.



Alice In Oliver 20/07/2011 11:20


pas vu et pas envie de le voir. Toutefois, j'avais lu quelques critiques assez élogieuses, visiblement surprises de ce cru de M. Youn. Mais bon, comme je déteste cet acteur, je m'en dispenserai


voracinephile 20/07/2011 11:38



^^ Michaël Youn, c'est un provocateur qu'on aime ou qu'on déteste. Le concernant, je suis mitigé (je vomis sur les 11 commandements, mais j'aime bien Fatal). Disons qu'il a d'excellentes idées de
parodies, mais que son humour graveleux ne plaira pas à tout le monde. C'est parfois tellement lourd ue moi aussi, il me saoule. Mais il y a vraiment des idées sympa dans son Fatal, les fans du
groupe n'ont pas dû être déçu. Un conseil, cherche juste les clips de Chris Prolls, l'ennemi de Fatal, et écoute les, je pense que ça pourrait te faire rire...



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche