Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juillet 2013 2 02 /07 /juillet /2013 11:03

46.jpg

 

Le film qui a consacré Ridley Scott, peut être davantage qu’Alien, est indéniablement Gladiator. Véritable fresque de deux heures et demie, aussi généreuse que fantasmée, Gladiator embarque son public dans le vrai grand péplum, si intense, si trippant qu’il parvient à faire oublier les fréquents viols historiques qu’il s’autorise. Scott fidèle à lui-même donc, pour le meilleur ici.

L’histoire : En 150 av JC (glasp !), Maximus, le général de Marc Aurèle, est désigné par ce dernier comme héritier du Trône. Commode, son fils légitime, assassine sur le champ son père afin de récupérer l’héritage qui lui échappe. Commandant l’exécution de Maximus, c’est un duel viril qui débute…

 

gladiator-scott.jpg

 

J’avais toujours conservé quelques réserves des nombreux visionnages que j’avais eu pendant mon adolescence une impression de surcharge, de bourrinage frontal et assez mal à propos pour une fresque « historique » (pour faire une comparaison injuste, type Jeanne D’Arc à la Luc Besson). Il convient aussi de rendre hommage à feu Madame Roubain, ma prof de latin au collège, qui refusait de nous diffuser le méfait de sieur Scott au vu du manque de rigueur historique. Elle le méprisait du regard derrière les hublots qui lui servaient de lunettes, fulminant à l’idée de remettre le petit monsieur Scott à sa place d’amuseur grand-public… Malheureusement, si il convient de prendre l’avis de la vieille école, je ne serai pas réactionnaire en face de l’éblouissant travail qui a été accompli sur ce projet, qui correspond tout à fait au visionnage sur grand écran. Gladiator est un spectacle ample, fonctionnel, qui malgré sa propention à plier l’histoire aux thématiques qu’il veut aborder (une vision de l’ordre ici, celle de Marc Aurèle qui souhaite endiguer la décadence de Rome en plaçant à sa tête un empereur puissant et capable de repousser la corruption du sénat. Maximus semble donc désigné d’office pour remplir ce rôle délicat, malgré la lourde responsabilité qui lui incombe (la première étant de briser la longue chaîne héréditaire des empereurs). Comode, le fils tardif, toujours resté dans l’ombre de son père, apprend la nouvelle, et sentant sa destinée lui échapper, décide passer à l’offensive avant que l’affaire ne soit officialisée, en commençant par évincer le père idéaliste puis son héritier spirituel. Véritable roman sur pellicule, animé de multiples rebondissements, de portraits soignés (l’excellent dresseur de gladiateurs interprété par Oliver Reed) et de scènes grandioses (chaque affrontement dans l’arène est une tuerie), Gladiator prend son temps (deux heures et demie) pour dresser l’une des visions de Rome les plus spectaculaires de l’histoire du cinéma. Jouant avec les codes de l’époque (la popularité des jeux et leur signification politique) pour ménager un duel Esclave vs Empereur aussi surréaliste que galvanisant, on peut voir en Gladiator un pic dans la carrière de Ridley Scott, qui signe là, en plus d’un hommage respectueux aux péplums d’antan, une véritable fresque épique qui culmine dans des cimes qu’on atteint rarement (Braveheart, Apocalypto…). Excessif, le film s’autorise fréquemment des écarts assez impardonnables (le corps du gladiateur porté en triomphe alors que celui de l’empereur est laissé dans le caniveau comme un vulgaire étron) car il part dans une vision fantasmée de l’antiquité (une vision libérale en fait, très américaine dans le sens où le héros plus bas que terre parvient à briller et à rester dans les mémoires). Spectacle grandeur nature à prendre avec beaucoup de recul pour la validité historique, Gladiator reste toujours le chef d’œuvre qu’il a été, continuant à provoquer la fascination de son public. Une valeur sûre…

 

5/6


2000
de Ridley Scott
avec Russell Crowe, Joaquin Phoenix

 

gladiator.jpeg

Partager cet article

Repost 0
Published by voracinephile - dans Aventure (la mine d'or)
commenter cet article

commentaires

bond123 24/09/2013 10:04

L'un des plus grand chef d'oeuvre de ridley scott!

Mouhahahaha ! Entendez moi me gausser grasXelloss 12/07/2013 00:04

Vive Michel & Michel !

Mouhahahaha ! Entendez moi me gausser grasXelloss 08/07/2013 17:16

Ce péplum est un petit bonheur qui se savoure d'autant plus au second visionnage...
Juste après s'être fait le Faux Raccord N°1 ;)

voracinephile 09/07/2013 20:58



Ah oui, le faux raccord ^^. Il y en avait de beaux sur Gladiator en effet... Voilà un psychopathe cinématographique qui sacrifie sa vie pour nous divertir gentiment. Un hommage est nécessaire
pour ce genre de personnes !



borat8 06/07/2013 17:28

Yes mais pas que! ;)

borat8 05/07/2013 21:51

J'aime beaucoup Spartacus non seulement parce que Kubrick réussi à réaliser un peplum épique, mais aussi Kirk Douglas magnifique au possible.

voracinephile 06/07/2013 13:39



Oh, Borat ! Tu aimes les films sur les gladiateurs ?



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche