Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 17:28

hardware1.jpg

 

Dès qu’on se met à parler de robots tueurs à des fans de SF horreur, ils se mettent à vous parler de terminator (logique, c’est le plus populaire d’entre eux). Peu aborderont Virus (et on les comprend), et encore moins Saturn 3 ou Hardware. C’est de ce dernier dont il est question aujourd’hui, une magnifique petite série B, quasiment en huis clos, où une ménagère artiste trash est victime des assauts d’un robot tueur Mac-13, la pire des saloperies robotiques (les hurleurs de Planète Hurlante, c’est de la gnognotte à côté).

L’histoire : Un voyageur itinérant découvre dans un désert radio actif les restes d’un robot de combat, qu’il revend à un fournisseur de pièces détachées. Ce dernier revend la tête à l’une de ses connaissances, qui l’offre à sa femme artiste pour son anniversaire (encore un qui avait oublié la date avant l’échéance !).

 

http://3.bp.blogspot.com/_-BaZqeExj_g/S7KvrA22PFI/AAAAAAAAAWA/1u1-OxBUIeA/s1600/Hardware_17.jpg


Si Hardware manie essentiellement des thématiques bien connues, le cocktail qu’il propose a tout pour flatter la mémoire des amateurs de bonnes séries B des années 80. Un pitch bancal, une esthétique travaillée malgré la modestie du budget (les designs des personnages sont particulièrement bien étudiés, et notre ménagère artiste est en fait une rousse volcanique plutôt mignonne qui va se retrouver en plein enfer. Car une fois les circuits du robot réenclenchés automatiquement (probablement une détection de chaleur au moment de l’orgasme de notre couple qu’il regarde tel un voyeur). D’ailleurs, on aura aussi affaire à un personnage de voyeur qui prend son pied à photographier notre rousse pendant ses ébats et qui s’est fait au fil des années une fixette sur cette femme. Mais le Mac-13 va changer tout ça. Attirant ou étendant des câbles électriques à la Tetsuo, il va pomper de l’énergie dans les prises alentours, il commence à se ressouder un corps pendant la nuit, et alors que le mari se casse, appelé par son revendeur pour des infos sur le robot en question, il commence sa traque de tous les êtres vivants dans l’appartement. Certaines scènes ont alors un design un peu clippesque (notamment pendant les scènes stroboscopiques qui ne permettent pas vraiment d’apprécier la situation), mais le côté huis clos parvient à tenir bon, l’action ne cessant jamais vraiment quand le robot est en marche. Ainsi, différents personnages vont tenter de venir en aide à la jeune femme (dont notre vicelard de voisin, on sait déjà comment il va finir), croyant à chaque fois détruire le robot pour que ce dernier revienne mieux à la charge. Vraiment tenace, la machine attaque de front, fait des embuscades, contrôle l’électro-ménager de l’appartement… Les concepts ludiques de manquent pas, et la très belle photographie de l’œuvre ne gâche rien, nous offrant un spectacle agréable à voir, jusqu’au dénouement final qui s’achève dans une douche (avec un hommage inversé à Psychose). Si le film n’a pas vraiment constitué un choc quand je l’ai découvert, il demeure une alternative sympathique au film de Cameron (ce dernier l'ayant littéralement écrasé lors de sa sortie), assumant un design plus cyber punk que ce dernier (le futur ravagé par des températures extrêmes, des radiations et une pollution de l’air au dernier degré) et une plus large propension à la violence, malgré son ton aujourd'hui daté (on sent le le poid des années). Joli et bien foutu.

 

4/6

 


 

http://www.cyberpunkreview.com/images/hardware11.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

alice in oliver 08/02/2012 11:17

oui, je sais qu'il y a des fans (soit 3 personnes dans le monde) qui défendent ce film et crient même au chef d'oeuvre. Je préfère ne pas imaginer ce qu'ils ont pensé du premier Terminator, tourné
avec un petit budget également, réalisé 7 ans avant, et qui vient foutre une trempe à ce pétard mouillé et à sa boîte de conserve ambulante.

voracinephile 08/02/2012 21:51



^^ Des passionnés, voilà tout. Le film se lance dans tellement de trucs qu'il en deviendrait attachant, mais on est bien d'accord qu'il n'y a pas de quoi concurrencer Terminator 1 (en effet pas
très gourmand en budget, et bien plus efficace en termes d'action). Hardware reste un peu trop ambitieux pour son budget, mais c'est un petit plaisir que je ne me refuse pas de temps à autres...



alice in oliver 08/02/2012 10:26

ouais, pas grand chose à retenir de ce film de SF sorti trop tardivement, la même année que Terminator 2 et plutôt longuet au passage

voracinephile 08/02/2012 11:11



^^ Après, le film n'innove pas du tout et il prend carrément son temps pour introduire le sujet. Mais je lui trouve un petit charme quand il commence à lancer son robot contre tous les êtres
vivants dans l'appart. J'apprécie bien son design, la facture technique est très correcte, mais ça s'arrête là. Après, il y a ce débat avec ceux qui y voient un chef d'oeuvre ignoré par le
public, mais je ne suis pas trop convaincu...



Zogarok 07/02/2012 19:14

Ca, ça m'a tout l'air du plaisir coupable par excellence !

voracinephile 07/02/2012 20:35



Disons que le film a "ce qu'il faut" pour appâter son public, et qu'il jouit d'une facture technique plutôt sympa. Après, je joue plus la carte du plaisir coupable, mais il y a un vrai débat
autour de ce film, défendus par des cinéphages qui y voient un chef d'oeuvre inconnu et d'autres une série B à peine convenable qui traîne des pieds pour délivrer la marchandise promise. Un petit
film finalement attachant, bien qu'asez daté maintenant...



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche