Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 novembre 2012 5 23 /11 /novembre /2012 19:29

http://www.thehouseofhorror.tv/wp-content/uploads/2011/08/heartless-550x362.jpg

 

Une légende urbaine à base de goule, un pacte avec le Diable, une reprise du goût à la vie, un récit de vengeance sans concessions… il y a un peu de tout ça dans le foutraque Heartless, qui veut bouffer à tous les râteliers, quitte à mettre de côté la cohérence pour tourner de pures scènes-fantasmes qui emmènent le public dans toutes les directions en même temps. Si le résultat manque de concentration, la fraîcheur de son ton de narration en fait indéniablement un agréable divertissement fantastique.
L’histoire : Jamie est un jeune adulte ayant toujours souffert d’une tâche de naissance lui défigurant la moitié du visage. Facilement dépressif et pas souvent souriant, il s’est pris de passion pour la photographie, jusqu’à ce qu’il parvienne à prendre en cliché une étrange créature dans un squat de son quartier.

 

heartless-pact.jpg

 

Vraiment, si je suis d’habitude pour la richesse d’un scénario, la trame de Heartless est assez complexe à suivre, car le script s’ouvre assez vite à plusieurs directions possibles, et plutôt que d’en privilégier une et d’aller à fond dedans, il développe un peu tout en même temps, mettant parfois en pause certaines pistes pour en développer d’autres, avant de revenir aux premières. Si la surprise est toujours de mise (le film s’amorce comme une légende urbaine avec des goules responsables d’une vague d’agression imputée à des gangs de jeunes, avant de basculer dans le film de vengeance jusqu’à un gros rebondissement aux relents « faustiens »), le film ne va pas vraiment au bout de ses concepts, et d’ailleurs, son registre fantastique n’est pas vraiment assumé. Il développe son histoire de pacte sensé effacer la tâche de naissance en contrepartie de meurtres sanglants (et un poil blasphématoire : le meurtre de l’homo est assez grandiloquent à ce sujet), avant de montrer dans le dernier acte un passage où en fait non (mais sans revenir sur les meurtres, ce qui me pose un petit problème de cohérence). Le vrai problème de Heartless, c’est qu’il est objectivement pétri de qualité (on va les développer après ceci), mais qu’il ne sait pas comment les mettre en valeur. Par conséquent, l’excellent traitement sentimental et psychologique des personnages (tous sont plutôt bien construits) sert essentiellement de cache misère, raccordant les différentes idées fantastiques sans permettre d’arrondir les angles. Ce qui n’empêche pas que le traitement est excellent, on sympathise facilement avec nos personnages et leur façon de pensée est cohérente, logique compte tenu du contexte. Il est rare d’avoir des personnages aussi bien dépeints dans une série B en DTV. Mais c’est un peu à l’image de la conclusion : on a une scène familiale touchante, un souvenir, qui sert à … ? Rien, mais bon, peut être qu’on y verra une conclusion. Dommage que ce fourre-tout fantastique empêche d’adhérer pleinement au film, qui en l’état est un régal technique. La photographie est splendide (magnifiques éclairages et ambiances), les acteurs sont impliqués (excellent Diable, charismatique héros, petite amie plutôt fraîche…), les goules possèdent un design assez bien foutu (contrairement à ce qu’on pourrait penser, le coup des survêt à capuche, ça marche vraiment bien), et le rythme ne lâche jamais, faisant avancer l’histoire, mais pas vraiment comme il le faudrait. Rien de méchant en tout cas, Heartless restant un agréable film fantastique, avec quelques petites effusions de sang appréciables et beaucoup d’idées. Une bonne copie.


4.5/6

 

2009
de Philip Ridley
avec Jim Sturgess, Clémence Poésy

 

http://moarpowah.com/wp-content/uploads/2012/01/o-foreign-objects-heartless-2009.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

borat8 30/11/2012 17:39

N'oublions pas Le silence des travelos, Le roi God ou encore Anus et préjugés.

borat8 29/11/2012 18:04

Ou encore Kill Bite, Le seigneur des anus et Autant en emporte le cul!

voracinephile 29/11/2012 22:03



Ou encore Art is anal ou Chaste and furieuse !



borat8 28/11/2012 17:55

Mieux!
"Partout dans le monde... (plan d'un mec entrant dans un bureau de tabac) il y a un endroit où... (le mec cherche dans les rayons) l'Homme retrouve ses bas instincts (plan sur le rayon porno avec
lumière sainte dessus): Pornoland dans un tabac! Un film avec du suspense (plan sur le mec essayant vainement d'attraper un des DVD pornos du rayon), des chutes (l'occasion de sortir le cri de
Wilhem pour un grand moment de poésie) et du remord.
-Putain c'est un DVD périmé! C'est un vieux film avec Jean Gabin à la place de Clara Morgane se faisant culbuter. 10 euros de dépenser pour rien, merde!
-Pornoland dans un tabac, au moins cette fois le tabatier se fera du pognon sans passer par Voici!"

voracinephile 28/11/2012 23:33



^^ Banche fesse et les sept mains ? Mais je l'ai vu tout le temps quand j'étais gosse celui là !



borat8 27/11/2012 19:17

Je vois ce dont tu veux parler! Maintenant il faut regarder en haut dans les tabacs-presse! Et là tu ne passe pas inaperçu malheureusement.

voracinephile 27/11/2012 21:11



Et puis, c'est toujours rangé trop haut. Tu prends appuis sur une pile de journeaux pour te mettre à la bonne hauteur, mais tu glisses et en tombant, tu entraînes tout le rayonnage avec toi ! Hé,
c'est une bonne idée de film concept, ça ! Le récit de la vie d'un marchand de presse, une chronique douce sur la relation commerçant-client d'un commerce de proximité, mais qui le soir déverse
sa haine sur les acheteurs de pornographie. Des dialogues cultes : "Bonjour monsieur, je voudrais acheter cette revue, là, Maximâle..." "C'est à moi qu'tu parles ? C'est à moi qu'tu parles ? Je
suppose que c'est à moi qu'tu parles parce qu'il n'y a personne d'autre, donc c'est à moi qu'tu parles, pornophile de merde !" "Hé, mais c'est vous qui vendez ces..." POW shotgun !



borat8 26/11/2012 17:32

Si ça existe encore mais c'est uniquement via des bornes et non de vrais vidéoclubs comme on peut encore en trouver largement aux States. Mais en effet, le streaming a largement fait évoluer les
choses. Certes on nous sortira encore "oh les droits d'auteur et tout" mais les studios font de même pour refaire une tonne d'éditions DVD.

voracinephile 27/11/2012 13:08



Oui, c'est ça. Mais ces bornes, c'est pas une salle mal éclairée avec des rayonnages de films pourris et la fameuse pièce du fond interdite aux mineurs. J'avais pu entrevoir quel était ce monde
étrange réservé au adultes au cours d'une fugace ouverture du rideau... Glasp !



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche