Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mars 2014 6 01 /03 /mars /2014 12:19

maxresdefault.jpg

 

On repart en Italie, avec un tournage de film gore développé par la firme surmotivée Necrostorm, nous offrant aujourd’hui le nouvel effort de Giulio de Santi, le réalisateur du badass Adam Chaplin. Après une baffe aussi stimulante que Taeter City, c’est peu dire qu’on attendait ce nouveau morceau de bravoure avec une foi inébranlable, en s’attendant à un déchainement de violence poisseuse et de morceaux de bravoure en tout genre. En rajoutant le parti pris technique de filmer l’histoire en caméra subjective (pour trouver un effet FPS rajoutant du jouissif), on s’attendait à un objet curieux. C’est le cas, mais c’est quand même en dessous des précédents efforts…

L’histoire : Frank Zimosa, tueur professionnel ayant déjà exécuté des contrats glauques, est engagé par un certain Mistrandia, pour exécuter un couple dans un hôtel selon un rite bien précis. Il découvre qu’il s’agit de tueurs également employés par Mistrandia, et ne respecte pas le rituel, entraînant l’apparition d’un démon dans le bâtiment.

 

hotel-inferno-3.jpg

 

Ne soyons pas trop mauvais public, le nouvel effort de Giulio de Santi méritait gentiment qu’on se déplace. Avec quelques séquences gores bien senties (le meurtre initial, le massacre survolté à la grenade dans le jardin de l’hôtel), le film a quelques idées à faire jouer, qui contentent le public amateur de maquillages qui tâchent. Il convient surtout de noter le gros soin qui a été fait sur l’ambiance. Vu le faible budget, le film a toujours cette petite facture Z qui fait la marque de Necrostorm, mais il soigne suffisamment son cadre pour convaincre. L’usage de la caméra subjectif joue un peu dans l’implication du spectateur, qui se retrouve alors lui aussi enfermé dans un hôtel bourré de tueurs et arpenté par un démon meurtrier dont l’impact est finalement plutôt bien rendu. Plusieurs séquences de flippe se révèlent donc très efficaces (la fuite dans les couloirs où nous sommes poursuivis par une voix, les sous sols caverneux de l’hôtel peu rassurants…) et accentuent le côté montagnes russes de ce divertissement boucher avec un fort penchant pour l’occulte. C’est ce contexte qui joue aussi sur la relative efficacité du film. Malheureusement, ça ne va pas beaucoup plus loin que les choses promises dans la bande annonce. Cette dernière dévoilait tous les temps forts du film, avec une pêche qu’on s’attendait à retrouver dans le film, or le rythme y est beaucoup plus en dent de scie. On alterne la nervosité et les passages où notre héros discute/insulte son employeur, qui détaille son projet ambitieux de maintenir les démons relâchés sur terre en sommeil. Inutile d’aller chercher plus loin, le film est une succession d’affrontements et de scènes plus ou moins gores, menées avec un rythme sympathique histoire d’assumer la carrure de divertissement fauché et brutal. Malgré cela, le film déçoit, la faute à un certain manque d’ampleur. Il manque des choses à Hotel Inferno pour qu’on ait envie de le revoir, davantage de gore (certaines scènes sont bâclées et nous laissent sur notre faim), davantage d’idées, davantage de budget… L’approche initiale pas vraiment convaincante (gênante redondance des appels à l’épouse), le final assez décevant, et finalement peu de scène marquante amoindrissent la portée de cette petite bisserie, qui paraît un peu fade au regard de son prédécesseur Taeter city. Une petite déception après le torrent d’hémoglobine précédent, mais bon, l’exotisme de tels excès incitent à la compassion.

 

3/6

 

2013

de Giulio de Santi

Partager cet article

Repost 0
Published by voracinephile - dans Epouvante ( qui stresse)
commenter cet article

commentaires

hdef 06/03/2014 20:31

Alors pourquoi pas...
Pour ce qui est du genre du film de cannibale, il y a un dossier entier dans l'Écran Fantastique que je te recommande vivement

voracinephile 06/03/2014 23:35



Commence déjà par Hotel Inferno, qui ne propose pas que du gore (alors que Taeter city est surtout dans cette optique). J'apprécie ton intérêt pour ces raretés en tout cas.



hdef 02/03/2014 13:01

Non, je ne suis pas amateur de gore (je te déçois, hein ? Désolé...) mais j'ai juste l'impression que le délire de Hotel Inferno va me plaire.
Après, je crache sur The Collector et je n'ai jamais vu Hostel ni Saw. Par contre, je ne dis pas non à une gourmandise du genre des années 70-80, gourmandises dont Hotel Inferno a l'air de se
rapprocher...

voracinephile 02/03/2014 14:07



Damned ^^


Et bien si tu es amateur de délires, je te recommande quand même Taeter City, qui développe une tonne d'idée dans une société cannibale mangeant ses prisonniers ou utilisant leurs os pour faire
des chaussures...


Bon, je n'argumenterai pas sur The collection, et je ne dirai pas tout le bien que je pense de ceux que tu n'as pas vu. Pour le délire à l'ancienne, effectivement, tu retrouveras des ambiances
sympathiques. Il cherche à faire un peu peur, mais on est clairement dans un film ludique, pas très sérieux... Fauché, mais attachant.



hdef 01/03/2014 16:03

Bon sang rien que pour la 2e photo il me fait envie celui-là !!!

voracinephile 01/03/2014 16:54



Oh, si tu voulais du cinéma gore, je suis amateur du genre. Je te recommande les nécrostorm (surtout Taeter city, un gros coup de coeur pour moi, également présent sur le blog), et de chercher du
côté allemand (type Nekronos, les films de Schnaas ou de Ittenbach). Hotel inferno est une sympathique récration. Inutile de prendre au sérieux la débauche de violence et les prothèses en latex,
on est là pour faire pleuvoir le ketchup.



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche