Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 août 2013 5 23 /08 /août /2013 11:06

blu-ray-insaisissables.jpg

 

 

Avec Insaisissables, Louis Leterrier essaye d’oublier sa réputation de bourrineur (l’incroyable Hulk, Le Transporteur, Le Choc des titans) pour donner dans le divertissement grand public audacieux, type Le Prestige… En usant toutefois des mêmes artifices que L’illusionniste.

L’histoire : 4 magiciens surdoués sont contactés par un mystérieux commanditaire qui leur confie les plans du plus grand exploit de magie jamais tenté. Un an plus tard, leur numéro est au point, et lors de la première représentation, ils braquent une banque française à l’autre bout du monde. Le FBI se met alors à leurs trousses.

 

20610439.jpg-rx_640_256-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

 

Ah, c’est amusant comme les films sur la magie aiment nous répéter que l’on a pas vraiment envie de connaître le truc, qu’on préfère être dupé et croire en quelque chose de surnaturel, de magique… Car après tout, une certaine magie s’applique aussi au cinéma si il parvient à nous faire croire que ce que l’on voit est réalité… C’était un parti pris un peu attendu, et disons le, plus ou moins honnête. Si le prestige nous éblouissait finement (il ne nous laissait pas dans une impasse suggérant la magie, il expliquait tout, en distillant finement ses éléments au travers de son récit, avec un argument fantastique au milieu,, alors que l’Illusionniste ne fonctionne tout simplement pas), Insaisissables se délecte à décortiquer tous les trucs et astuces de nos magiciens, le tout en restant aux frontières du surréalisme. En effet, le film a recours essentiellement à beaucoup de trucages numériques, visibles comme le nez au milieu de la figure, qui ont au contraire tendance à faire prendre trop de recul au spectateur. Là où le Prestige restait réaliste en nous immergeant dans le monde de la scène, Insaisissables nous balance de la poudre aux yeux à tous les niveaux, que l’on parle du scénario ou des différents tours expliqués. On doute en effet que 100 kilos de billets de banques puissent brûler sans laisser la moindre trace, et que des chiffres écrits sur des bouts de papiers par le public puissent tous changer en même temps. Et c’est ce genre d’incohérence qui gangrène le spectacle. Je pense également au dernier tour, bénéficiant d’un son & lumières impossible à générer et opérant une transformation en direct des magiciens en billets de banque, image visible dans la bande annonce et qui tient tout simplement de l’impossible. On peut toutefois admettre que le film se laisse suivre sans effort, entre les promesses des futurs numéros de magie et les petits gags de notre fine équipe, qui s’amuse beaucoup avec un FBI complètement dépassé par les évènements. On notera la performance de Woody Harrelson, très en forme pour le coup dans son personnage hypnotiseur. Jesse Eisenberg fait bonne figure à côté, de même que Michael Caine et l’accessoire Morgan Freeman. Insaisissable n’est pas non plus très cohérent dans sa révélation finale, qui disons le, est faite pour jouer sur un twist assez indigeste qui essaye de substituer le pourquoi au comment. Si on se doutait bien qu’une vengeance était derrière tout ça, les moyens colossaux qui ont été mis en jeu pour l’établissement de ce plan bien rodés sont complètement passés sous silence, pour tenter de faire illusion et sans doute de prolonger la magie du spectacle. Insaisissables a beau être gentil en cassant ceux qui expliquent les trucs et astuces des magiciens qui ruinent les espoirs des gens, il y a un peu trop de magie numérique pour nous convaincre totalement (sans parler du côté m’as-tu-vu du script). On peut notifier un certain rire jaune à propos de la petite franco-phobie qui règne dans le film (les euros sont distribués gratuitement dans la salles, alors que les dollars finaux sont des faux avérés). Toutefois, le spectacle assure gentiment question générosité, restant suffisamment flou pour continuer à capter l’attention. Un effort bien plus correct que le Choc des Titans.

 

 

3/6


2013
de Louis Leterrier
avec Jesse Eisenberg, Mark Ruffalo

 

large_622226.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

borat8 28/08/2013 16:05

Il n'y a plus qu'à scanner parce que ce coup-ci je ne ferrais pas de photo.

borat8 27/08/2013 00:25

Oui je me souviens très bien de ta critique. Bon en même temps, je n'ai rien raté donc... Je ne vais pas tarder à scanner une sorte de concept art comme couverture. J'ai repassé un coup de stylo et
fait des essais sur mon imprimante et le rendu me va donc je vais voir si je ne vais pas faire comme cela. Ces clins d'oeil sont légers et permettent la filliation avec l'oeuvre initiale, comme
Holly Genero dans les Die Hard.

voracinephile 28/08/2013 13:08



^^ Nous verrons ce concept art ! Vivement !



borat8 25/08/2013 15:30

Non je parlais bien du film de Liebesman. Par contre, le film en 3D n'est même pas sorti chez moi ou alors il a duré une semaine vu qu'à mon retour de vacances, il n'était pas dans la
programmation! Perso je suis toujours aussi excité par le fait de faire un récit mettant en scène Leatherface en protagoniste principal. En sachant que je n'ai pas touché Jack Burton depuis mes
vacances, ce qui ne m'a pas empêché de dessiner. Alors que dans le film de John Carpenter, l'asiatique devenait le héros de l'histoire, ici c'est une femme en l'occurence Judith (la blonde) qui
devient l'héroïne, princesse perdue des incas sangre revenant involontairement au bercail. Ce qui n'empêchera pas à Jack de se faire remarquer en devenant une icône chez les Incas sangre à cause de
son affrontement avec le méchant Lo Pan dans le film de Big John. Même si ma BD est une séquelle et ne fait donc pas réellement suite, je garde tout de même quelques liens avec l'original comme ces
petites allusions.

voracinephile 26/08/2013 21:59



TCM 3D est sorti chez moi pendant une semaine, mais je l'avais déjà vu des mois aupravent en streaming et en anglais. Assez content de m'être épargné la déception d'attendre jusqu'à 22H20 pour le
voir...


On attends avec impatience Jack Burton ! Vivement la parution ! Je m'étais amusé aussi au jeu des fines allusions dans mon script, on cherchera ces petites allusions comme autant de clins d'oeil
cinéphiles...



borat8 25/08/2013 14:26

Accessoirement il s'est bien fait avoir vu que c'est lui qui parlait d'une trilogie avec Le choc des titans, mais Warner ne voulait plus de lui!lol Excellent TCM, un petit navet en ce qui me
concerne! Aucun intérêt même. Et encore la prochaine fois ce sera Les tortues ninja avec Megan Fox et produit par Michael Bay!

voracinephile 25/08/2013 14:34



Oui, j'ai vu pour Les tortues Ninja... Bon, tant qu'on n'a pas vu, on ne peut rien dire, mais ça sent un peu la pizza avariée... Pour TCM sinon, on sent le remake du remake, mais au moins, ils se
lâchent complètement niveau humour et folie, et c'est également celui où l'on est le plus proche de la famille de psychopathes... Tout n'est pas très reluisant (le bon vieux discours sur
l'enrôlement dans l'armée...), mais le résultat grand guignol m'a toujours plu, au point de passer devant le Nispel et le 3ème opus... Je ne parle pas du TCM 3D qui a fait un bide monumental
complètement mérité. Une véritable daubasse.



borat8 24/08/2013 23:09

Ouais mais bon c'est vraiment un mec que je n'apprécie pas. Même s'il est sympathique, le mec est un peu trop sûr de ses capacités. Ce qui l'a bien niqué sur Le choc des titans.

voracinephile 25/08/2013 05:16



C'était drôle tout ce qu'il nous avait promis avec ce film... Une petite leçon d'humilité ne fait jamais de mal... Maintenant, il faudrait que Jonathan Liebesman en prenne une énorme lui aussi.
J'ai rarement été autant déçu par un réalisateur. Excellent TCM the beginning, bon Killing Room... puis Warth of the titans et World Invasion, waaaaa...



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche