Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 février 2013 2 26 /02 /février /2013 17:05

11031.jpg

 

Insensibles est un petit film fantastique dont on n’a pas fait grand cas ces derniers temps, malgré une plutôt bonne réputation. Tenant plusieurs bonnes idées dans son intrigue, le résultat est un peu en demi teinte, choisissant régulièrement des chemins inattendus, sans réellement parvenir à transcender le potentiel de l’entreprise. En découle un résultat en demi teinte, attachant sans être particulièrement passionnant.

L’histoire : dans les années 30, plusieurs enfants d’un même village sont atteint d’une maladie génétique qui inhibe leur sensation de douleur ainsi que leurs sécrétions lacrymales. Ils sont placés en quarantaines dans un asile psychiatrique. De nos jours, un médecin condamné par un cancer de moelle osseuse tente de retrouver ses parents génétiques…

 

insensibles-2012-24316-1202777028.jpg

 

Le film se divise donc en deux histoires : d’un côté, une quête des origines qui va immanquablement rejoindre le second côté : le parcours des enfants insensibles. Toutefois, si le découpage des deux histoires est intelligent (ces dernières s’entrecoupent assez bien), l’histoire de la quête identitaire est clairement barbante. Si le personnage du docteur est un peu épaissi par les séquences avec son fils, fœtus de 6 mois en couveuse électrique (accouché en urgence après la mort de sa mère dans un accident de voiture), ses airs blasés et sa quête identitaire passionnent moyennement, même quand on arrive au climax le plus important avant le dénouement (sans rien spoiler, disons que c’est un drame familial intense, mais complètement cliché ici). On est clairement plus intéressé par le sort des gamins, très bien introduits dans une ouverture réussie, qui pose le concept avec assurance et efficacité (une gamine insensible à la douleur des brûlures immole sa sœur non malade). On suit donc leur détention, bientôt suivie de l’arrivée d’un médecin allemand (et juif) ayant fui l’Allemagne avec la montée du nazisme. Il commence alors à tenter d’éduquer les enfants à prendre conscience de la douleur des autres et à agir en conséquence. Des idées intéressantes, et comme on s’en doute, l’arrivée de la guerre civile puis de la dictature va précipiter tout ça dans la cruauté et le désespoir. Clairement, voir le déchirement de certains protagonistes émeut, et c’est ce qui rend le film attirant tout du long. C’est évidemment le personnage de Berkano qui fascine, ce dernier étant un gosse cédant peu à peu à une folie meurtrière et possédant un destin particulièrement glauque. Le problème du film, c’est que sur une douzaine de gosses, on ne s’intéressera qu’à… deux d’entre eux. Tous les autres sont des figurants inutiles qui sont là juste pour montrer que ce ne sont pas des cas isolés. Un tel gâchis de matériau, ça énerve (rappelez vous de films comme Sa majesté des mouches ou L’échine du diable, qui eux osaient donner des personnalités différentes à tous les protagonistes), tant il y avait matière à partir sur des variations de caractères en face de l’absence de douleur… Mais non, le film ne s’intéresse vraiment qu’à deux enfants seulement. Après, heureusement, Berkano se révèle nettement plus intéressant que ses camarades (pas dur) et joue un rôle intéressant pendant la période franquiste. Insensibles réussit quand même à faire une jolie fin, retrouvant la puissance de l’introduction dans la chaleur des flammes. Si les derniers mots de notre médecin sont un peu trop pompeuses, le face à face final est là, concluant gentiment sur cette histoire. Bon film mais pas irréprochable, Insensibles est un cru intéressant comme prévu, mais qui ne marquera définitivement pas l’histoire.

 

4/6


2012
de Juan Carlos Medina
avec Alex Brendemühl, Tomas Lemarquis

 

Insensibles-2.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Roggy 19/04/2014 23:52

Un de mes coups de cœur de l'étrange festival. Une grosse claque, scotché au fauteuil et un final très fort et émouvant. Pour moi, une merveille et j'assume :)

borat8 27/02/2013 00:24

Il m'a l'air intéressant, mais je vais attendre un peu avant de l'acheter je pense. Reste que pour une production franco-espagnole, ça titille l'intérêt. En tous cas, Mad Movies aprouve et toi
aussi!lol

voracinephile 27/02/2013 14:30



Oh oui, tu peux attendre qu'il descende à 10 euros. Mad Movies était plutôt enthousiaste, et en l'état, le film contient un gros potentiel, hélas moins bien exploité que ce qu'on espérait... Mais
reste un bon petit film sans prétentions.



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche