Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 janvier 2013 4 17 /01 /janvier /2013 12:49

http://www.upcoming-movies.com/ashx/WFTCRMImageFetch.aspx?DType=ArticleImage%26ImageType=ArticleImg%26PhotoName=b1c5aa53-65f8-486b-aa60-4beedb14ffc9.jpg

 

Il aura fallu attendre un peu plus de 10 ans pour pouvoir découvrir le nouveau film de Don Coscarelli. Le bonhomme, pour ceux qui suivent son œuvre, nest pas prolifique. Si il a persévéré dans la saga Phantasm (4 films, soit près d’un tiers de sa filmographie), ses projets mettent toujours du temps à aboutir, les financements de ses œuvres étant compliquées puisqu’elles sortent beaucoup des critères classiques du genre (Bubba Ho Tep était, rappelons le, un mélange entre horreur, drame et comédie). Avec John dies at the end, il se lance dans un nouveau trip complètement barje, qui vous balance une idée toutes les 5 minutes.

L’histoire : John et Dave sont deux jeunes adultes qui chassent des créatures paranormales. Mais alors que plusieurs évènements bizarres semblent annoncer la fin du monde, il semble que nos deux larrons soient des personnages déterminants dans l’accomplissement d’une prophétie.

 

 

Ici, Don Coscarelli oublie la réflexion et délaisse les sentiments (Bubba Ho ep contenait de vrais moments d’émotions, ici, c’est du divertissement fantastique pur) pour donner dans la surenchère fantastique. En effet, il est impossible de prévoir comment le film va avancer au fur et à mesure, puisque que la menace qui semble peser sur le monde change sans cesse de visage. Le réalisateur se lâche d’ailleurs au niveau de l’humour et n’hésite pas à donner à l’apocalypse des visages absurdes, comme le coup de cette sauce chinoise très commune dans tous les restaurants qui se révèle être une créature infectant les humains (c’est un spoiler, mais ce n’est qu’une idée du film parmi tant d’autres). Ainsi, on ne peut pas vraiment dire que le film est un tout cohérent, disons qu’il suit beaucoup de « trip », de saynettes fantastiques presque toujours humoristiques qui nous amènent peu à peu vers un dénouement qui joue bien la surenchère. Question fantastique, la richesse du matériau est bien là, le film donnant à la fois dans une secte au service d’un monstre, dans les monstres en tout genre (le coup du golem de chair, concocté avec des pièces de boucheries, est un vrai régal), les phénomènes paranormaux et même dans le futur apocalyptique avec un hilarant final qui pose une nouvelle prophétie pour John et Dave. Si on frise l’indigestion thématique, le résultat relève incontestablement d’une générosité sans borne. Le principal petit reproche que je pourrais lui faire, c’est de manquer d’âme. Les films de Coscarelli avaient un fond humain souvent touchant. Avec John Dies at the End, on donne dans une comédie fantastique qui reste parfois sérieuse pour quelques rebondissements ou moments de suspense. Ainsi, on pense aux comédies d’Ivan Reitman, comme SOS fantôme II (beaucoup d’effets spéciaux, mais absolument pas drôle), et surtout à Evolution (une des plus mauvaises comédies fantastiques qu’il m’ait été donné de voir). Non pas que John… soit d’un niveau équivalent (l’originalité et une certaine légèreté des dialogues lui font aisément grimper des marches sur l’escalier de la reconnaissance publique), mais à force de ne pas être trop sérieux, les enjeux peinent à convaincre, les personnages ayant ce caractère blasé à la limite du cynisme qui agace particulièrement l’auteur de ces lignes. Toutefois, le film tire largement son épingle du jeu grâce à une histoire imprévisible et quelques gags bien sentis (par contre, le coup du chien intelligent, personne n’avait osé depuis la saga Watcher, un beau représentant des nanars inspirés de Predator). De quoi oublier certain passages cheap (on sent le fond vert à plein nez) par l’inventivité de l’ensemble. Très recommandable pour la rareté de tels univers, même si, sur un terrain équivalent, on lui préfèrera largement Heartless.

 

4,3/6

 

2012
de Don Coscarelli
avec Chase Williamson, Rob Mayes

 

http://calitreview.com/wp-content/uploads/2012/10/02-JohnDies.png

Partager cet article

Repost 0

commentaires

borat8 21/01/2013 21:51

Pas osé voir Les trois mousquetaires, rien que la bande-annonce annonçaitt la couleur. Maintenant que j'ai fini Dead Space (premier du nom comme je te l'avais dit et d'ailleurs le 3 sort le mois
prochain), j'ai bien envie de voir Event Horizon.

voracinephile 22/01/2013 08:36



J'ai osé les voir... Milla Jovovich en Milady, ça valait le détour ! Du Matrix chez Louis XIV, je n'étais pas déçu du voyage ! Et le combat de dirigeable sur les toits de Notre Dame de Paris,
personne n'avait jamais osé depuis les singeries de Van Hellsing et Mr Hyde !


Content que tu sois sortis de cet enfer spatial. Une vraie réussite pour ma part, curieux de voir ce que donnera le 3. Les screenshot ne cessent de paraître en nous promettant pleins de nouveaux
monstres... Je te recommande Event Horizon, et même si il souffre un peu de certaines faiblesses, le très sympathique Pandorum (que j'ai beaucoup aimé malgré ses défauts).



borat8 20/01/2013 23:15

Cela confirme le gros foutage de gueule qu'est ce reboot. Bon en même temps avec Anderson aux commandes du remake fallait pas s'attendre à du grand art non plus.

voracinephile 21/01/2013 21:08



Ses 3 mousquetaires, c'était quelque chose aussi... J'en ai encore mal aux yeux...



borat8 20/01/2013 13:13

Oui c'est ce que j'ai cru lire! Une suite du préquelle du remake en d'autres termes!lol

voracinephile 20/01/2013 21:59



Exactement ! D'où ma fascination attérrée pour le résultat final...



borat8 19/01/2013 19:02

ça doit être un beau moment de nanardise. Il y a qui dedans?

voracinephile 20/01/2013 11:57



Le même casting que le 2.



borat8 19/01/2013 13:23

Du Carpenter ou de Death race 3?

voracinephile 19/01/2013 18:36



Death race 3, hélas... Mais le Carpy devrait bénéficier des mêmes honneurs prochainement (catégorie biopic, of course !)



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche