Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 octobre 2012 5 26 /10 /octobre /2012 17:10

http://2.bp.blogspot.com/-mtM8DS5dZRo/TaVI7yvUm9I/AAAAAAAABAA/qX3VU8z8oY0/s1600/kids.jpg

 

Larry Clark a lancé sa carrière cinématographique avec Kids, film polémique à envergure générationnelle qui se proposait de faire une peinture de la jeunesse des bas quartiers dans les années 90. Se focalisant d’office sur la découverte de la sexualité, Kids fait une peinture pour le moins acide de la jeunesse, mais le portrait a aujourd’hui vieilli, et il n’est pas encore assez maîtrisé.

L’histoire : Telly kiffe les vierges et le skateboard. Se promenant entre squat de potes, chambres de filles et skate park, il passe son temps à discuter de ses expériences avec ses potes.

 

http://pwwwblog.ibeatyou.com/blog/wp-content/uploads/2010/03/100809105251_kids-movie.jpg

 

Kids tente sincèrement de devenir une peinture trash de la jeunesse populaire américaine. Il veut vraiment suivre des jeunes évoluant en société (c’est pourquoi il n’évolue que dans un contexte extra-scolaire, où les jeunes doivent s’occuper alors qu’ils sont dans la rue). Aucune allusion ne sera faite finalement à l’école, quelque chose qui fait déjà vieillir le film (le rôle des écoles dans l’éducation sexuelle s’étant nettement amélioré, même si il reste encore du chemin à faire). Si Kids cerne l’insouciance des jeunes générations vis-à-vis de la sexualité (en montrant toutefois les garçons comme les principaux intéressés par le phénomène, leurs conversations tournant essentiellement autour), il reste sur cette note quand on traite de MST (du point de vue des garçons toujours, seule une fille prendra vraiment conscience de son état quand il sera trop tard). On voit immédiatement le message amoral quand l’un de nos ados profite du sommeil de la nouvelle séropositive pour avoir son premier rapport, mais le choc à ressentir n’est pas vraiment là. Kids est un film qui s’adresse aux adolescents, mais pas au public adulte. Quand on le voit (avec une certaine expérience) et qu’on est sorti de cette période d’interrogation, le film peut sembler redondant, inutile, car on a déjà réfléchi aux thématiques qui sont abordées et surtout on a élaboré un avis. Kids est une expérience sur la sexualité qui peut servir aux adolescents, mais qui est simplement inutile à l’adulte (qui n’y verra qu’une galerie de portraits, parfois justes, mais assez restrictifs). La faute notamment à une VF immonde, qui utilise un langage daté qui le ringardise dès ses 10 premières minutes (« Yo ! J’kiffe les vierges, mec ! »). A ce niveau de dialogues désolant, on peut rajouter des philosophies adolescentes assez sommaires. Non pas qu’elles soient désappropriées (quand on prend conscience qu’il y a un monde en dehors de la maison et qu’il faut s’y faire sa place, c’est normal de réfléchir et d’échanger avec lui, aussi incertain qu’on soit), mais elles deviennent rapidement lourdes. Chaque groupe donne son avis sur l’autre, les deux s’accordent à dire que le sexe c’est génial, les filles pointent l’égoïsme des garçons, qui exagèrent de leur côté considérablement leur expérience sexuelle… Si on cerne des tendances et que l’on voit en effet des similitudes avec ce que l’on a pu vivre adolescent, certains moments en deviennent gênant, comme ce jeune qui nous expose sa théorie sur les filles qui avalent du sperme pour augmenter leur longévité. Déjà, c’est lourd, mais les nombreux rires gras de l’assistance (pas arrangés par la beu) viennent sublimer le tout. Si les portraits des filles sont plutôt réussis (mais que leur côté iconoclaste n’a pas survécu au temps qui passe), ceux des garçons sont beaucoup plus sommaires (on pourrait dire putassier pour certains), sans trouver l’équilibre entre l’incertitude de l’époque et l’envie de cerner des comportements en les exagérant. Ainsi, une scène comme le tabassage dans le skate park me semble complètement inutile et putassière, elle est là pour montrer que les jeunes peuvent être violents gratuitement. Certes, mais était-ce utile ? Si le propos sur la sexualité et sur le baratinage des garçons touche à quelques points justes, l’ensemble du film a aujourd’hui vieilli, montrant une autre époque en beaucoup plus exagéré. Les adolescents aujourd’hui y verront un film qui essaye de leur parler, mais qui est un peu hors du coup. Les adultes étant quant à eux complètement exclus du film, ils iront chercher ailleurs dans la filmographie de Larry Clark. Le moins bon cru du réalisateur jusqu’à maintenant, mais le style est là.

 

2.8/6

 

1995
de Larry Clark
avec Leo Fitzpatrick, Chloë Sevigny

 

http://indiescream.files.wordpress.com/2010/04/kids1.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

borat8 01/11/2012 19:46

Ou encore Martyrs posé maintenant comme un renouveau du cinéma d'horreur français alors que tout le monde l'a dézingué en dehors de quelques exemples. Allez allez!

borat8 01/11/2012 12:58

Exactly. Je pense aussi à un cru comme Haute tension aujourd'hui considéré comme une immense référence dans le cinéma français et dans une certaine mesure Irréversible.

voracinephile 01/11/2012 19:06



Complètement ! Deux très beaux exemples en effet.



borat8 01/11/2012 11:39

Et pourtant qu'est-ce qu'il s'est fait descendu!lol C'est souvent comme ça avec ce genre de film: hué puis ovationné et souvent par les mêmes critiques qui l'ont dézingué.

voracinephile 01/11/2012 12:08



C'est ce que j'ai lu aussi. C'est assez amusant de voir les vilains petits canards du cinéma français devenir des références. Les Valseuses de Bertrand Blier en était lui aussi un bel exemplaire
!



borat8 30/10/2012 20:54

Connais pas mais La grande bouffe avec Noiret était assez grâtinné d'après ce que je sais.

voracinephile 01/11/2012 11:15



Oh là oui, c'est gratiné, la grande bouffe. Une orgie gastronomique et sexuelle, un vrai film à scandale devenu depuis un incontournable du cinéma français.



borat8 29/10/2012 20:59

Je ne sais pas mais rien que la scène de fellation oulala! Si ce n'était pas un quignon de poulet je pense que ce serait passé moins de 16. Néanmoins, c'est plus ou moins le cas aux States où il
est NC-17, soit strictement interdit aux moins de 17 ans avec ou sans accompagnement.

voracinephile 30/10/2012 19:56



Voilà, c'est justement cette scène. La suggestion est tellement explicite que pendant un instant, je me suis cru de retour dans le film trash Feed où on voyait des gens forniquer dans de la
nourriture. Du malsain vraiment poisseux, cette scène.



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche