Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 février 2014 7 02 /02 /février /2014 13:27

dvd-l-ange-patrick-bokanowski.jpg

 

Retour de l’underground expérimental sur le blog ! Certains cinéphiles éclairés connaissent peut être Patrick Bokanowski, réalisateur de films expérimentaux (La femme qui se poudre doit être son plus connu). Inutile de chercher le moindre sens dans ses œuvres, quintessence de l’expérimental technique qui joue avec de nombreuses caractéristiques de la pellicule, pour livrer des énigmes envoutantes. L’ange, long métrage tourné en 1982, se voit donc comme une authentique expérience sensorielle.

L’histoire : un couloir, une pièce, une poupée pendue au plafond, un individu masqué s’exerçant au sabre, puis des gens…

 

lange.jpg

 

Il faut sans doute avoir un léger grain de folie pour chercher à apprécier l’œuvre de Bokanowski tant cette dernière se révèle dure (éprouvante) à suivre, surtout sur la longueur. Durant les premières minutes du film, nous verrons un sabreur  maltraiter une poupée dans une pièce vide et sombre. Il n’y aura rien de plus. Ce qui fait la particularité de l’Ange, c’est le montage totalement expérimental. Bokanowski varie régulièrement les plans de son mystérieux bretteur, et s’amuse beaucoup avec en salle de montage. Ralentissement des actions, découpage stroboscopique, variations lumineuses, gros plans accélérés, superposition de plusieurs plans… Un véritable catalogue de procédés visuels datant de la grande époque de la pellicule, qui vise une contemplation longue d’une action banale répétée à l’infinie, dont la répétition, selon les techniques, laisse parfois apparaître des plans d’une beauté troublante. Bokanowski va au-delà de tout message. Comme sur sa femme qui se poudre, après l’épanouissement visuel (encore faut-il aimer l’esthétique expérimentale), c’est l’ambiance particulière qui façonne l’impression du spectateur. Accompagné ici d’un simple violoncelle qui semble lui aussi expérimenter en live sa partition, le spectateur a l’impression d’assister à une scène étrange. Une sorte de torture porn sous acide dont la répétition des mauvais traitements viserait à rendre folle la victime (ici, une poupée). Que l’absence de vie rend éternelle, et constamment à la merci du vil épéiste masqué, plus proche d’un leatherface que du masque de fer… Puis de nouveaux personnages apparaissent, et le film se met alors à suivre une foule de nouveaux protagonistes, tous masqués d’argile. C’est alors une véritable société que se met à filmer Bokanowski, des scènes quotidiennes toujours soumises à la folie visuelle de son auteur, qui trouve dans le contexte du XVIIIème une ambiance vraiment particulière, à cheval sur la reconstitution historique et l’expérimentation visuelle (avec une séquence comme la reconstitution d’une expérience optique avec les instruments de l’époque et la fièvre visuelle de l’auteur). Il y a une impression de steam punk par endroits, sans les détails techno-mécaniques qui font la marque incontestable du genre. Incontestablement, l’Ange est une œuvre qui ne cesse d’évoluer, avec, ponctuellement, cette fascination pour les silhouettes (les plans en extérieur) qui apparaissait dans La femme qui se poudre. Bokanowski fait de l’expérimental gratuit, mais il expérimente en prenant soin de varier régulièrement ses plans, et d’enrichir toujours son univers esthétique par de nouvelles séquences (celle du pichet, la toilette, la bibliothèque…) qui pose pendant quelques minutes une réelle ambiance. Une pure œuvre d’esthète, sans énigme, dont chaque image pourrait être un tableau.

 

5/6


1982
de Patrick Bokanowski
avec Maurice Baquet, Jean-Marie Bon

 

3733.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by voracinephile - dans OFNI (m'as tu vu )
commenter cet article

commentaires

princécranoir 07/02/2014 20:59

You're welcome

princécranoir 07/02/2014 18:01

Wow, je me rends compte que ça fait une paye que je ne suis pas passé par chez toi. On y trouve de drôles d'objets filmiques, comme cette expérimentation inconnue de mes services. Je sors justement
d'un travail assez exigeant de Philippe Grandrieux. Je note le nom de Bokanowski pour me refiler une autre migraine un de ces soirs. Dank.

voracinephile 07/02/2014 19:13



^^ Ravi d'avoir encore quelques surprises dans mon chapeau (et ce n'est pas fini). L'objet en question est très rare, mais accessible en dvd pour un prix élevé. Le résultat est vraiment beau,
avec l'ambiance très underground de Bokanowski (qui utilise toujours des masques en argile pour ses personnages). C'est surtout le montaqe qui crée l'ambiance ici, un pur film créé en
post-production...


Chez toi, je rebondirai bientôt sur ta critique de 12 years a slave. Grand fan de Steve Mcqueen, j'ai été moi aussi un peu déçu, sans avoir vraiment cerné en quoi (d'où mes comparaisons avec
Tarantino chez Borat). Je viendrai donc réfléchir par écrit assez vite.



Vince12 03/02/2014 17:06

Je l'avais téléchargé mais il n'a jamais marché. A voir donc, un bon film expérimental.

Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche