Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 septembre 2011 5 30 /09 /septembre /2011 07:21

2582-b-l-homme-invisible.jpg

 

James Whale est un grand partisan du cinéma fantastique, étant l’un de ses pionniers dans les années30 - 40. L’une de ses productions les plus connues reste L’homme invisible, un chef d’œuvre que je n’ai pu me procurer que tout récemment. Et malgré le poids des années (et quelques incrustations approximatives), le spectacle continue d’être aussi plaisant. Découverte du mythe de l’homme transparent !

L’histoire : dans un petit village de la campagne anglaise arrive un homme mystérieusement enveloppé de bandelettes, qui s’enferme immédiatement dans sa chambre d’hôte. Les habitants de tardent pas à s’intéresser à ce visiteur qui semble vouloir rester discret.

 

http://a.giscos.free.fr/cinema/H/HommeInvisible/Image1.jpg


L’homme invisible commence sans temps mort, avec une arrivée impromptue qui plonge la taverne entière dans un silence lourd, le temps que l’inconnu fraîchement apparu dans la tempête de neige réclame la clef de sa chambre. On apprendra plus tard qu’un scientifique a disparu d’un laboratoire et qu’il travaillait sur un mystérieux projet. Au village, la tension monte de plus en plus, le visiteur étant froid et trop discret, quitte à devenir violent. Tout se fait avec une économie d’effets spéciaux jusqu’à maintenant, mais ils ne vont pas tarder à faire leur apparition. On découvre bien vite que notre personnage est invisible, mais aussi que le produit qu’il s’est injecté l’a rendu fou, le poussant à vouloir dominer le monde par la Terreur. L’idée est séduisante, mais elle est parfois rendue à l’écran un peu naïvement. Notre incarnation du Mal s’amuse donc à terroriser le village en lançant des verres sur des murs, en faisant chuter un cycliste et en balançant un chapeau à la flotte. Un peu léger, mais heureusement, Whale fait vite monter les enchères avec quelques assassinats et le déraillement d’un train. Le récit prend dès lors une tournure intéressante, la police recherchant l’homme comme l’ennemi public n°1, pour une traque qui durera tout le reste du film. Question effets spéciaux, ces derniers impressionnent vraiment pour l’époque. Si le perfectionnisme n’est pas encore à représenter la face cachée des vêtements portés, les incrustations sont plutôt bien réussies, avec notamment une étonnante séquence où l’homme invisible s’allume une cigarette. Le film, plutôt court (64 minutes) aborde donc un mythe fantastique avec un certain respect, et un sens évident du spectacle comme en témoigne l’usage d’impressionnants effets spéciaux. Toutefois, on pourra regretter les quelques cabotinages des villageois et des tenanciers de l’auberge, qui en font parfois trop dans leurs crises de colère ou de panique. Reste un authentique chef d’œuvre à ne rater pour rien au monde, l’histoire étant originale et plutôt fonctionnelle.

 

5/6

 

1933
de James Whale
avec Claude Rains, Gloria Stuart

 

http://image.space.rakuten.co.jp/lg01/85/0000001285/38/img3b603fc2m11ns0.jpeg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Alice In Oliver 03/10/2011 11:22


c'est clair: c'est un film que l'on ne cite pratiquement jamais, et c'est bien dommage.


voracinephile 03/10/2011 12:06



Au moins maintenant je l'ai vu (heureusement que ma boutique dvd a ressorti ces vieux trésors du cinéma en jolie édition).



Alice In Oliver 30/09/2011 10:10


un classique tout simplement, et la meilleure version réalisée à ce jour.


voracinephile 03/10/2011 10:25



Moi, je le trouve un peu surestimé... XD Je plaisante. Un classique incontournable, malheureusement un peu oublié en dehors des cercles cinéphiles.



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche