Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juin 2013 3 12 /06 /juin /2013 09:29

la-Chasse-affiche.jpg

 

Drame assez salué cette année que cette Chasse, campée par un Mads Mikkelsen toujours ébouriffant en termes de performance d’acteur (le film tient sur ses épaules). Endossant ici la responsabilité d’un instituteur accusé à tort de pédophilie par une de ses élèves, c’est donc dans un véritable chemin de croix au nom de rien du tout que s’engage le spectateur, subissant lui aussi les assauts moraux dont est victime le personnage. Et s’énervant profondément devant la société dépeinte en face d’une telle situation.

L’histoire : Lukas, instituteur dans une école maternelle, repousse les élans amoureux de la fille de son meilleure amie. Cette dernière, perturbée par une photo porno montrée par son grand frère, invente alors une histoire qu’elle raconte à la directrice de l’école.

 

La-Chasse-film-1.jpg

 

Après deux visionnages, je suis toujours incapable de dire si j’aime ou si je déteste ce film, tant le portrait sociétal qu’il dresse se révèle d’une injustice inqualifiable. Il est question d’injustice pendant une heure trois quart, et vous allez en avoir pour votre argent. Si le personnage de Lukas s’attire évidemment notre pitié et notre compassion (blessé dans son honneur, raillé, battu, meurtris, et pourtant espérant toujours parvenir à faire éclater la vérité), nous sommes dans un contexte proche de l’excellent Présumé innocent, sauf que ce ne sont plus les institutions judiciaires qui sont en cause, mais bel et bien la société entière. L’école, les commerces, les passants… Tous des gens qui n’attendent que la première occasion pour faire éclater leur petite haine, leur mesquinerie, leur brutalité de beauf crasseux qu’ils avaient maladroitement caché sous leur petit pull en laine et leur façade amicale. Si la mise en place des évènements est tout à fait logique (le personnage de la petite fille est très bien introduit, de même que ses réactions en face des évènements qui se combinent), ce sont les réactions des adultes qui sont toutes aberrantes. La directrice, véritable rombière putrescente qui se cache derrière ses lunettes, confronte Lukas sans lui donner aucun moyen de se défendre (car refusant de lui révéler les faits), et faisant éclater sa cruauté tentaculaire en téléphonant aux proches de Lukas dès que les soupçons sont confirmés (et à ce stade, on parle toujours de soupçons, rien de valide). Les pères de familles gonflent alors les pectoraux pour taper sur le prétendu pédophile, les gérants de magasin refusent de le servir et le virent à coup de poing sans la moindre explication, les parents de la gamine, pourtant ami avec Lukas depuis des années, refusent de lui parler, et pour la maigre chance de dialogue qui lui est laissée au tout début de l’affaire, le père trouve raisonnable de picoler pendant le dialogue, histoire d’avoir les idées bien claires pour un problème aussi grave. Il semble que le bon sens ait complètement disparu de la société qu’illustre cette Chasse, au point de détruire un individu avant même toute tentative de poursuit judiciaire. Certes, le film joue énormément sur ce refus du dialogue avec l’accusé, que tout le monde semble se faire un devoir de perpétuer en se planquant derrière une outrance complètement feinte qui permet surtout de pouvoir taper gratuitement sur Mads Mikkelsen. Et que se passe-t-il quand il est innocenté ? Ben, on le regarde toujours en coin, mais on lui sourit maintenant. Oui, c’est effectivement réaliste, on échappe de justesse à un sentiment de honte si écrasant qu’on laisserait la situation telle quelle parce que c’est plus simple pour tout le monde vu que Lukas est déjà perdu… Bon, ce n’est pas le cas, Lukas est, dans l’allégresse la plus totale, réintégré dans la communauté. Scène touchante, nous avons même droit aux réconciliations entre la « victime » et le « bourreau ». Au final, l’injustice demeure, et elle est d’autant plus désagréable que c’est l’ensemble du commun des mortels qui en est l’instigateur, principalement à cause de comportements qui défient le bon sens (le pédo-psychiatre qui, en face d’une gamine incapable de décrire les faits, se met à lui proposer des scénarios porno auxquels elle doit répondre par oui ou par non… mais où a-t-il obtenu sa licence de travail ? Il ne pourrait pas non plus lui montrer des films pour l’aider à inventer davantage ?). Cela fait-il de La Chasse un bon film ? On peut donc un peu en douter, malgré l’éblouissante performance de Mads Mikkelsen, et effectivement d’un statut des victimes d’erreurs judiciaires, auxquelles on refuse toute défense. Mais devant aussi peu de discernement vis-à-vis d’un des crimes les plus subjectivement (sur)estimés, La Chasse penche d’un côté vers l’exploitation sommaire de son sujet, ne laissant aucune chance avant un final doux amer. Un film qui possède la capacité de frustrer son spectateur à la fois de la bonne et de la mauvaise manière. Un cas… intéressant.

 

3,3/6


2012
de Thomas Vinterberg
avec Mads Mikkelsen, Thomas Bo Larsen

 

large_616053.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Summerlin Las Vegas homes 18/08/2014 14:08

The chase! That’s what finally got me into the act. My friends had suggested about this particular series a long time back. I never showed any kind of interest back then. Anyway, I’m really keen to know about the murder!!

Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche