Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 novembre 2012 1 12 /11 /novembre /2012 17:50

http://absolutedivxcovers.free.fr/Films/La%20Ligne%20Rouge%20Front.jpg

 

Quatrième film de Terrance Malick (qui s'était éclipsé un certain temps), La ligne rouge retrace les débuts de la guerre du Pacifique avec l’attaque de Guadalcanal, île du Pacifique tenue par les japonais. L’occasion pour le réalisateur d’imposer gentiment son style en le diluant dans des scènes de guerre réalistes, parfaite introduction pour ce poète catho qui mélange les genres avec une douceur rare, loin de tout bourrinage inutile.

L’histoire : Le parcours de différents soldats recrutés dans l’armée américaine qui vont participer au débarquement sur Guadalcanal.

 

http://static.lexpress.fr/medias/17/sean-penn-la-ligne-rouge-de-terence-malick_368.jpg

 

Très grand film de guerre que cette ligne rouge, puisque dès le départ, en plus de nous offrir des portraits de personnages touchants et des réflexions philosophiques pertinentes (la très belle introduction s’interrogeant sur l’agressivité de la Nature, des différentes espèces, parfait point de départ pour déboucher sur la guerre), il nous montre immédiatement qu’il a réunit un casting d’exception. Caviezel, Penn, Clooney, Harrelson, Travolta, Leto… Des tas de trognes connues que nous allons accompagner au front, et dont le destin sera parfois tragique. Chacun maîtrisant à la perfection sont personnage, l’identification à différents caractères se fait facilement, chacun pouvant trouver dans les caractères qui lui sont présenté des pensées dans lesquelles il peut se reconnaître (l’effet sera encore plus frappant avec The Tree of life, mais aussi plus ciblé). Penn a la carrure de l’officier désillusionné, terre à terre qui ressent l’humanité qui l’entoure sans pouvoir l’exprimer de son côté (il ne laisse entrevoir qu’une façade abrupte, guidée par l’instinct de survie et l’expérience du terrain), Caviezel est plutôt l’enfant de la nature, désertant plusieurs fois l’armée pour passer quelques temps avec les insulaires des environs, dont il partage le quotidien avec une joie de vivre communicative (et pourtant, si il a du mal à comprendre la guerre, il y prend part avec le sourire, tentant d’aider ses camarades (ça doit transparaître, mais autant l’écrire : il est le personnage auquel je m’identifie ici). Au fur et à mesure que les personnages défilent, le film développe ses thématiques, ne cherchant visiblement pas à pourrir l’armée (les portraits des officiers sont régulièrement touchants,  la discipline est parfois injuste, les enjeux sont lourds (le général décide de sacrifier ses hommes dans une attaque de front pour impressionner l’état major qui surveille la manœuvre) et l’incertitude ronge le moral des hommes (touchante scène de prière du capitaine qui espère pouvoir faire les bons choix pendant la bataille, puis qui décide de désobéir aux ordres pour épargner ses soldats). Long (2h47), le film se permet régulièrement de faire des pauses entre les différentes manœuvres militaires, essentiellement pour laisser aux hommes le temps d’exprimer ce qu’ils ressentent et de s’interroger sur leur parcours. Toujours avec une pudeur et une déférence qui font plaisir (aucun plan dénudé pour la romance entre un dégradé et sa femme), le classicisme de la mise en scène flattant l’œil et nous guidant dans la douceur vers les réflexions qu’il tente de mettre en place. Rarement un film aura été aussi doux avec son audience (à l’exception des combats qui distillent une peur certaine, tout est posé), preuve de sa volonté d’imposer un style réflexif, poétique. D’autant plus subtil que si le côté catho ressort par moments (on sent qu’il y a quelque chose derrière la Nature, les hommes prient parfois en voix off…), il sert surtout à planter les angoisses ou les interrogations des recrues qui avancent dans la jungle. Tourné dans des décors naturels superbes et plantant des personnalités charismatiques, La ligne Rouge se révèle être un OFNI du film de guerre, dont on sent immédiatement l’importance dans le monde du septième art (rare sont les films à avoir atteint cette profondeur). Tout simplement indispensable.

 

5.5/6

 

1998
de Terrence Malick
avec Sean Penn, Jim Caviezel

 

ligne-rouge-1998-14-g.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by voracinephile - dans Guerre (Army needs you !)
commenter cet article

commentaires

Vince12 18/11/2012 16:05

Il faut dire que le réal a souvent de longues périodes d'inactivité. il n'a pas fait énormément de films. mais pour ce qui est des premiers films je te les conseille vivement.

voracinephile 18/11/2012 22:30



Merci de ces conseils, je chercherai !



Vince12 18/11/2012 00:15

j'ai jamais dit ça. Je suis pas trop fan de ce film je ne le déteste pas pour autant. Et puis surtout il n'y a pas que ce film. De Malick j'aime beaucoup La Ballade sauvage et les moissons du ciel
et j'ai également aimé the tree of life

voracinephile 18/11/2012 14:47



Pardon d'avoir surinterpréter tes mots. Tu cites les premiers films de Malick, que je n'ai pas vu. Je suis curieux de voir à quoi ils ressemblent (mais on en parle moins que ses derniers films).



Vince12 17/11/2012 18:01

Ca reste quand même un réal que j'aime bien.

voracinephile 17/11/2012 20:08



Donc tu aimes le réal mais tu n'accroches pas à ses films ? ^^ Je souris, mais bon, au moins, tu ne balances pas d'un air lassé "c'est chiant !"



borat8 17/11/2012 14:37

C'est vraiment énorme mais il y a une vanme de Cruise qui a un sens complètement différent en VO et en VF. Je crois c'est quand il cause aux Flamboyants dragons. En tous cas la VO est encore plus
salace.

voracinephile 17/11/2012 19:48



Oui, je crois en effet me rappeler d'un truc dans le genre... De toute façon, j'ai le dvd version longue, je vérifierai tôt ou tard...



borat8 16/11/2012 17:41

Et puis Robert Downey Jr et son putain d'accent africain. J'ai vu le film à la fois en VO et en VF et autant dire qu'en Vo c'est vraiment plus trash! Cruise accumule les grossiertés les plus
monumentales possible.

voracinephile 17/11/2012 13:26



Je me verrai ça en VO au prochain essai... Curieux de voir ce que donne sa voix avec l'accent "colonial".



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche