Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 18:09

http://images.fan-de-cinema.com/affiches/fantastique/la_malediction_d_arkham,1.jpg

 

Une certaine fascination pour les écrits de Lovecraft m’ont amené à rechercher beaucoup d’adaptations de ses écrits. Les réalisateurs les plus généreux dans ce domaine ont été Stuart Gordon et Brian Yuzna, qui sont fan du bonhomme. Mais d’autre se sont aussi prêtés à l’essai. Si John Carpenter a convaincu tout le monde avec l’Antre de la Folie, le moyen métrage muet The Call of Cthulhu est passé complètement inaperçu, et La Malédiction d’Arkham également (aka The haunted mansion aka Opetany Zamek). Ce film fantastique n’est toutefois pas inintéressant, bien qu’assez longuet à se mettre en place, tout en adaptant le matériau d’origine.

L’histoire : Josef Curwen se livre à de mystérieuses expériences dans son château, ce qui n’est pas du goût des habitants de la ville d’Arkham. Un soir, après la disparition d’une jeune femme, les villageois se rendent sur place et brûlent Josef, qui les maudit. 150 ans plus tard, Charles dexter Ward, descendant de Josef Curwen, revient à Arkham prendre possession de son domaine familial.

 

la-malediction-d-arkham-1963-6916-16997569.jpg

 

Ceux qui auront lu des nouvelles du bonhomme sauront tout de suite que la nouvelle adaptée ici est celle de l’Affaire Charles Dexter Ward. Une nouvelle qui traitait de l’addiction aux sciences occultes et sur la fascination pour le surnaturel. D’une banale recherche généalogique naissait toute une attirance pour l’occulte, qui nous faisait peu à peu dériver vers de troubles échanges de lettres avec des cercles occultes et des personnes aux intentions troubles… Une nouvelle passionnante, ici très librement adaptée du matériau d’origine. Toutefois, les fans apprécieront la reprise de nombreux éléments de la mythologie de Lovecraft, comme ces villageois en pleine mutation dont le physique repoussant trahit les résultats d’expériences malades. Mais si ces maquillages là sont réussis, les monstres en costume intégral font peine à voir, malgré toutes les peines que prend Roger Corman pour les dissimuler (caméra qui bouge, bagarre cadrée en gros plan, feu qui cache le déguisement approximatif…). Un vrai gâchi à ce niveau là, qui ne provoquera jamais vraiment l’effroi.Toutefois, les bases de l’univers sont respectées, et à ce titre, les 30 premières minutes posent l’ambiance qu’on attendait d’une adaptation de Lovecraft, avec en plus le charme des décors des productions Corman. Mais après cette demi-heure prometteuse, ça se complique. En effet, les villageois se montrent de plus en plus hostile, mais ils bavardent plus qu’ils n’agissent. Et de son côté, Charles parle beaucoup avec sa femme, voit des détails, constate des faits qui restent insignifiants, minimalistes… L’attrait pour le surnaturel est ici contenu, loin en tout cas d’être une passion dévorante. Et cela s’explique par une chose : le matériau d’origine est en train d’être modifié pour être mixé avec du fantastique à la Poe. En effet, par l’intermédiaire du tableau de famille, l’esprit de Josef Curwen va peu à peu investir le corps de son descendant, afin de reprendre ses recherches et se venger de ses anciens bourreaux. Un choix qui s’éloigne beaucoup du sujet en question, puisque nous aurons alors un intermède durant lequel Josef Curwen va se venger en brûlant les descendants de ceux qui jadis causèrent sa crémation. Bon, c’est quand même un peu vénère, mais on s’éloigne de Cthulhu et de ses rites, et donc on s’ennuie un peu. Et les longs dialogues sensés créer l’angoisse restent plutôt plats. Si l’interprétation de Vincent Price reste très respectable (on sent les deux personnalités sur son visage), le film est finalement lent, peine à se montrer impressionnant (les incursions fantastiques sont timides), et a du mal à donner une conclusion vraiment convaincante en termes de spectacle. Le projet avait du potentiel, mais finalement, l’amateur de Lovecraft sera déçu. Dommage.

 

3/6

 

1963
de Roger Corman
avec Vincent Price, Debra Paget

 

http://www.avcesar.com/source/software/dvd/1262/image_tech_A_1035153828.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

princécranoir 03/07/2012 07:07

ça s'appelle "Die ! monster Die !". Il y a d'assez bonnes idées (liées à la peur du nucléaire) mais le film est tout de même très maladroit. Pas pire en tous cas que les Yog-sottises de "Dunwich
Horror" avec Dean Stockwell et Talia Shire (http://princecranoir.mabulle.com/index.php/2008/12/31/170623-ma-revue-de-cinema-n95).

voracinephile 03/07/2012 12:38



Intéressant... Je vais aller lire ta chronique. Je réagirai plus longuement dans un commentaire sur ton blog.



princécranoir 02/07/2012 13:15

Pas déçu en fait. J'ai plutôt bien aimé l'ambiance gothique de cet intrus lovecraftien introduit par l'AIP dans le cycle Poe. Entre cauchemar d'Innsmouth et affaire Charles Dexter Ward, c'est à mon
sens une des adaptations les plus fidèles à l'esprit de l'auteur. Les même sproducteur auront la main moins heureuse en confiant l'adaptation de "la couleur tombée du ciel" ("Die Monster Die !"
avec Karloff) et de "Dunwih Horror" à Dan Haller.

voracinephile 02/07/2012 23:34



Je suis d'accord quand tu parles de fidélité à la vision de l'auteur. Tout du moins dans les bases et le début du film, qui se montre une merveille en terme d'ambiance. Mais à partir du moment où
le portrait maléfique commence à faire des siennes, je suis dubitatif... L'histoire de vengeance nous écarte un peu du but de l'ancêtre Curwen...


Pas vu en revanche cette couleur tombée du ciel, je vais me renseigner à son sujet...



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche