Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 décembre 2013 5 20 /12 /décembre /2013 16:26

18377186.jpg

 

Chaque découverte d’un nouveau film d’Almodovar est la promesse d’un enthousiasme total, car quelque soit l’histoire que Pedro a concocté pour l’occasion, il se livrera complètement à un portrait intense, relevé d’une essence cinéphile à l’égale d’un Tarantino (les directions artistiques de ses projets sont à tomber). Et avec La mauvaise Education, le bonhomme s’attaque à des sujets de poids, tels que la pédophilie, l’amour homo et l’évolution de chacun des protagonistes depuis leur rencontre jusqu’à leurs retrouvailles.

L’histoire : Ignacio et Enrique, la douzaine, tombent amoureux dans un pensionnat catholique. Le père Manolo, amoureux lui aussi d’Ignacio, renvoie ce dernier de l’école. Des années plus tard, ils se retrouvent, et décident de réaliser un film sur leur histoire.

 

1268839764.jpg

 

L’aura de film choc de La mauvais Education n’a pas faiblie depuis sa sortie en salles (2005). Mais ce choc n’est pas vraiment volontaire, le film contenant les ingrédients « classiques » du cinéma d’Almodovar. Portraits sans retenue, narration virtuose (les récits s’entremêlent, mettant en valeur le jeu de chaque acteur), suivi sur la longueur, avec cette empathie totale pour les marginaux. Même sur l’approche de la sexualité, mais nous allons y revenir. La mauvaise Education marque tout d’abord des points en abordant de front un sujet tabou et odieusement cliché : le personnage du prêtre pédophile. Dans le genre puritanisme moral, le film aurait pu sombrer dans la parodie beaufisante abjecte. Ce n’est pas le cas, et d’ailleurs, rarement un cliché aura été aussi nuancé (pas vraiment nuancé, mais le film a ce don de capter les images fortes (la voix d’ange d’Ignacio se démarquant des autres pendant la messe, le repas d’anniversaire de Manolo…). Et surtout, le film laisse à Manolo le soin de s’exprimer, chose qui n’avait jamais été faite (à l’exception du miraculeux Woodsman). Là où le film se révèle davantage subversif, c’est dans son approche des sentiments amoureux. La pédophilie est traitée sur le même registre que l’amour qu’entretiennent les deux enfants. Et dans les deux cas, celui-ci passe par le sexe. C’est une caractéristique du cinéma d’Almodovar : dès que des sentiments amoureux s’expriment, le sexe apparaît de façon spontanée et presque immédiate. Pour la pédophilie, c’est expéditif, mais ça peut passer. Mais quand il en est de même pour deux garçons de 12 ans (séance de masturbation vice-versa), il y a une étape de franchie. Cette association sexe-sentiments, habituellement plus diluée, est particulièrement criante (elle est finalement à l’image des portraits que dresse Almodovar : dépourvue de pudeur). C’est en bonne partie ce qui fait le trash du film, et qui marque un point d’orgue sur la façon d’envisager le sexe dans le cinéma de Pedro.


Le film fait également du petit enfant abusé un transsexuel définitif (dont l’amour des hommes pourrait avoir déteint sur son frère), validant indirectement le cliché de la victime perturbée par ce qu’elle a vécu au point d’en vivre un conflit identitaire extrême (c’est à partir des évènements de l’internat que tout change pour Ignacio). Personnage qui finit d’ailleurs junkie et dont la sortie de script se révèle minable (le portrait n’est même pas mauvais, non, il ne laisse aucune chance, c’est tout). Mais le cliché n’effraye définitivement pas Almodovar, qui compte sur ses acteurs d’exception pour transcender le récit. En l’état, La mauvaise Education est tout simplement une merveille de jeu d’acteur, où chaque personnage maîtrise parfaitement son rôle. Et la narration s’amuse d’ailleurs avec les codes du cinéma, puisque les souvenirs auxquels nous assistons… sont en fait les scènes tournées par nos deux protagonistes dans leur film reconstituant les évènements. D’ailleurs, la révélation du film (c’est le frère d’Ignacio qui, par amour pour ce dernier, décide d’adapter son histoire et de jouer son rôle en se travestissant), poignante, marque bien ce goût d’Almodovar pour allier cinéma et intensité sentimentale (la fin tragique du film, réécrite et enlevant à Ignacio le happy end qu’il n’aura jamais eu dans la réalité, est bouleversante, transcendée d’ailleurs par la performance de Gael Garcia Bernal, tout juste éblouissant dans ce rôle de frère soucieux de rendre justice à son aîné, dont il reprend d’ailleurs au passage la vie entière (il fréquente finalement les mêmes personnes, développe les mêmes sentiments, comme si il voulait le remplacer). En ajoutant à cela une facture technique impeccable et un récit riche en sentiments, qui se livre totalement à son public, sans la moindre retenue, ce qui est finalement le meilleur moyen de nous faire apprécier ses personnages. Encore un joli drame qu’Almodovar exécute avec un savoir faire accompli, non sans hélas provoquer quelques remous sur son passage (dans mon cas, l’amour sexuel et un bilan assez sommaire du destin d’Ignacio).

 

4,5/6


2003
de Pedro Almodóvar
avec Gael García Bernal, Fele Martínez

Partager cet article

Repost 0

commentaires

borat8 26/12/2013 18:25

Sinon joyeux noël!

voracinephile 27/12/2013 13:42



Merci Borat ! Ayant raté noël, je me rattraperai sur la bonne année ^^



Zogarok 25/12/2013 19:56

Un de ces films que j'ai vu... en y étant tout à fait absent. Je dois repasser plusieurs Amoldo survolés de la sorte. Je crains qu'il n'ait pas été à la hauteur de... ma stricte curiosité, car je
n'en imaginais rien.

voracinephile 26/12/2013 00:18



Au vu de l'essence du cinéma d'Almodovar, difficile effectivement d'imaginer ressentir pareil désintérêt. Je t'encourage à réessayer, mais en cas de persistence, ça m'intéressera d'avoir ton
opinion. Si j'ai pu ressentir de l'ennui devant La piel que habito, aucun de ses précédents crus (exception faite de Volver) ne m'a déçu pour l'instant...



alice in oliver 23/12/2013 10:48

elle est enfin disponible sur mon blog

voracinephile 24/12/2013 15:23



Vu ! J'y ai réagi ^^



borat8 22/12/2013 17:11

Oui en effet pas vu son avant-dernier film qui fait assez polémique. Il y a les contre et les pour. Pour La mauvaise éducation, la performance de Bernal est juste énorme mais encore une fois le
film ne me plaît pas plus que cela.

voracinephile 24/12/2013 15:06



Moi, aussi, je trouve un peu ce cru en dessous d'autres titres d'Almodovar... Peut être un peu trop trash à mon goût (cf mon ressenti vis à vis de l'absence de pudeur de ce film). Quoiqu'à propos
de pudeur, il faudrait que j'essaye Les amants passagers. Il parait que son pitch ne tourne qu'autour de ça, je ne sais pas trop à quoi m'attendre...



borat8 20/12/2013 21:06

Pas trop fan de ce cru pourtant tout à fait honorable. Peut être parce que ce fut mon premier Almodovar. J'ai davantage apprécié Femmes au bord de la crise de nerfs (notamment la scène où Rossy De
Palma se masturbe en dormant devant Banderas médusé), Tout sur ma mère et surtout Etreintes brisées.

voracinephile 21/12/2013 22:03



Ce cru me semble moins marquant que d'autres en effet (je place Tout sur ma mère bien au dessus). Reste qu'il est aussi exigent de ses acteurs ! D'excellentes performances pour un casting très
masculin, et une virtuosité de la narration à la Almodovar qui réussit brillamment à embrasser les sentiments des personnages. Etreintes brisées m'a plu aussi, moins trash que les titres
précédemment cités. Il faudrait que tu essayes La piel que habito, c'est un cru qui semble vraiment diviser (et qui m'a laissé mitigé lors de la découverte).



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche