Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 juillet 2011 1 25 /07 /juillet /2011 06:29

http://www.dvdpascher.net/screen/dvd/14/14122_big.jpg

 

On dit toujours Romero par ci, Romero par là…  Le bonhomme a certes fait les meilleurs films de zombie à ce jour, il lui arrive d’éclipser de modestes artisans qui s’essayent eux aussi au délicat exercice de l’invasion zombie. Et des années avant que Zack Znyder ne réadapte Zombie au goût du jour (tout en action, rien dans la tête), Tom Savini, géni des effets spéciaux et maquillages (Avec Kurtzman et Bottin, j’ai mon trio favori), a remaké le prestigieux La nuit des morts vivants en 1990. Si on lui reconnaît un immense talent pour les maquillages, qu’en est-il de ses talents de réalisateur ? Découverte immédiate, revivons l’histoire tragique.

L’histoire : Une jeune femme et son mari se rendent au cimetière où est enterré un de leurs proches. Ils sont alors attaqués par deux étranges personnes qui ont tout de cadavres ambulant. Elle réussit à s’enfuir et trouve refuge dans une ferme à proximité.

 

  la_nuit_des_morts_vivants_night_of_the_living_dead_1990_por.jpg


Comme le pitch le laisse présager, Tom Savini respecte presque à la lettre l’ancien script de Romero, à quelques détails près (on va y revenir). Le succès de Zombie étant maintenant connu de tous, Tom ne tente heureusement pas de garder le minimalisme de la mise en scène de Romero. Comme il a un budget bien plus conséquent, il se lance direct dans quelques concepts de maquillages amusants (un type avance normalement, l’air de rien, alors que ses vêtements sont déchirés sur toute leur longueur dans son dos…). Pour ce qui concerne la suite de l’histoire, il n’y a pas vraiment de grands changements à rapporter d’un point de vue dramatique. Il se passe à peut près les mêmes choses que dans l’original. Cependant, on voit où Tom est intervenu sur les plans thématiques. En effet, il évacue du script toutes les thématiques racistes qui apparaissaient dans l’original. Le considérant peut être comme dépassé, il gomme tout propos pouvant être lié au sujet, préférant justifier le comportement du salaud de service enfermé à la cave par de la couardise aigue, puis par attachement à sa fille une fois celle-ci réanimée. On fronce un peu les sourcils, en s’interrogeant sur la fin, qui en nous proposant un dénouement calqué sur Romero, risquerait d’être hors sujet. Et bien, c’est là aussi que Tom fait fort, en nous proposant une fin nettement moins traumatisante que le film de Romero, mais pas inintéressante pour autant. Il choisi de la placer sous le signe de la justice personnelle. Difficile d’en dire plus sans gâcher la surprise, mais son propos préférant le nihilisme à l’amoralité est à étudier et à débattre. Le film sera également beaucoup plus gentil avec son héroïne, qui devient ici une warrior tueuse de zombie de premier ordre après un traumatisme assez approximativement rendu par ses cris. Que retenir donc de cette réalisation de Savini ? Les maquillages sont crédibles mais un poil décevants car hormis les caractérisations des zombies, rien ne vient vraiment prouver le talent du gaillard. La direction d’acteurs est un peu hasardeuse, les personnages possédant un jeu assez inégal (le traumatisme de l’héroïne est insupportable, mais Tony Todd est réellement dans la peau de son personnage). En revanche, la petite amie blonde joue comme un pied coupé, et le mari couard joue alternativement trop peu ou pas assez son rôle. Cependant, le bilan n’est pas aussi négatif qu’il en a l’air. C’est en fait un constat similaire à Dawn of the dead qu’on pourrait faire, le film perdant en thématiques ce qu’il gagne en action et en fluidité. Un remake qui n’invente rien et qui se contente de bien réinvestir le pognon qu’il a rassemblé afin d’avoir une meilleure facture technique en respectant le matériau d’origine (évacuer les thématiques racistes ne le rend pas désagréable à voir, loin de là). Une distraction intéressante qui reprend des airs de série B à  l’ancienne, c’est toujours agréable à remater ces jours ci.

 

4.5/6

 

de Tom Savini
avec Tony Todd, Patricia Tallman

 

http://a.giscos.free.fr/cinema/Acteur/T/TomSavini/TomSavini1.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Alice In Oliver 25/07/2011 19:37


oui, mais ça reste un bon film de genre et un remake respectueux du matériel de base. C'est déjà pas mal.


Alice In Oliver 25/07/2011 11:42


oui, mais je préfère de loin la noirceur et le nihilisme du premier film


voracinephile 25/07/2011 13:23



Evidemment ! Romero avait des ambitions malgré son manque de budget, ce qui n'est pas vraiment le cas de ce film ci !



Alice In Oliver 25/07/2011 10:19


un bon remake fidèle au matériel d'origine. Toutefois, je préfère tout de même l'original


voracinephile 25/07/2011 11:07



^^ Ah, j'attendais ton avis pour son cas, j'ai été agréablement surpris de mon côté. C'est moins riche en propos social que le Romero, mais aussi nettement plus fun.



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche