Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 octobre 2012 6 20 /10 /octobre /2012 13:22

la_piel_que_habito_by_darey_dawn-d4b6a9s.jpg

 

Le cinéma d'Almodovar ne m'intéresse que moyennement. Si je sais qu'il s'agit d'un réalisateur capable d'être touché par la Grâce (magnifique Parle avec Elle), son style bavard m'a parfois rebuté (Volver). Avec La piel que habito, on s'attendait tous à une sorte de remake des Yeux sans visage. Sans toutefois se tromper (le cadre paraît évidemment emprunté au chef d'oeuvre du cinéma fantastique français), le film d'Almodovar est plus ambigu, plus torturé, et finalement payant dans son intrigue sans gros but, mais au potentiel dérangeant non négligeable.

L'histoire : Un chirurgien chercheur tente de mettre au point une peau de synthèse, qu'il teste en douce sur une magnifique cobaye qu'il retient prisonnière dans une chambre de son palace. Mais ce cobaye a un visage qui ressemble étrangement à sa femme, décédée 6 ans plus tôt dans un accident de voiture...

 

19720068.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-20110418_014732.jpg

 

Ce cru d'Almodovar a clairement de quoi surprendre, puisqu'il ne cesse de rebondir sur de nouvelles pistes, quitte à passer pour brouillon dans sa manière d'accumuler des épisodes sentimentaux marquants dans le positif et le négatif. La Piel que Habito est un film hybride, à la narration inconstante et volontairement opaque, qui choisit de raconter une histoire de façon brouillonne pour mettre en valeur ses différentes thématiques, toutes passionnantes, mais pas forcément bien traitées. Le film commence sous un angle qui rappelle fortement le classique français, mais ici adapté à notre époque. Notre chirurgien utilise de la technologie de pointe, ses recherches sur la peau de synthèse sont parfaitement crédibles et s'inscrivent dans les thématiques actuelles (la transgénèse, ici utilisant des gènes de porc pour faire une peau dure et lisse). Mais si sa brillante façade commence à être mise en doute par ses confrères, ses méthodes commencent à inspirer le doute chez le spectateur, quand on constate qu'il teste sa peau, apparemment depuis quelques temps, sur une cobaye suicidaire magnifique qui vit enfermée dans une chambre et qui semble fascinée par la peau. Qui est cette mystérieuse personne que notre chirurgien a apparemment remodelé à l'image de sa femme ? Le film va peu à peu répondre à cela, toujours en restant énigmatique dans le ton jusqu'à ce qu'il balance le morceau vers les 2/3 du film. Mais nous y reviendrons. La mise en scène d'Almodovar est ici très sexuelle. Régulièrement, le film est traversé d'épisodes ambigus, comme le passage où l'ancien amant de la femme du chirurgien (présent lors de l'accident de voiture) vient violer ce cobaye qui ressemblait tant à son ancienne conquête. Ou encore cette réception où le chirurgien assiste à plusieurs ébats explicites dans les jardins avant de découvrir sa fille violentée par l'un des convives. L'ambigüité des caractères est toujours mises en avant, et celui de la cobaye est plutôt étrange. On cerne vaguement quelque chose d'étrange dans sa soumission à ces expérimentations médicales, fluctuante. On cherche les liens qu'elle a pu entretenir avec la destruction de la famille du docteur. Et c'est lors d'un retour sur le flash back de 2006 qu'on saisit le potentiel ambigu du film.

ENORME SPOILER : il s'agit en effet d'une sorte de vengeance assez novatrice, puisque le responsable de l'agression et du suicide de la fille du chirurgien, un styliste assez jeune, est enlevé par notre chirurgien, et qu'il est peu à peu transformé en femme par ce dernier. Ce changement de sexe non volontaire, véritable coup dans les valseuses lors de sa révélation, ouvre alors d'énormes possibilités en termes de pistes à explorer (castration, impuissance, haine...). La révélation incite alors à un second visionnage pour bien juger du caractère de notre personnage féminin, transsexuel sous la contrainte remodelé par un bourreau moderne. La dimension sexuelle du film prend une dimension encore plus ambigu (on ne regarde plus vraiment les scènes d'amour de la même façon, et on comprend mieux les douleurs du personnage). FIN DES SPOILERS

Mais le trouble engendré par le film reste surtout sentimental et psychologique. Il s'agit uniquement de personnages qui vivent leur histoire et qui suivent leur trajectoire. Aucun jugement sur la science (ce n'est ici qu'un contexte), tout est dans les rapports ambigus qu'entretiennent les personnages entre eux, mais étrangement, c'est désincarné, froid. La photographie magnifique du film et sa mise en scène léchée en font dans tous les cas un bel objet, et un travail inattendu de la part d'Almodovar. Toutefois, l'ambigüité n'est pas forcément ce qui fait un bon film. Aussi, si La piel que Habito possède un potentiel certain, il n'inspire pas particulièrement la fascination ou le choc qu'on pouvait espérer de telles thématiques. On reste dans un état second, partagé entre l'adhésion et un intérêt modeste, la transcendance restant à respectable distance du fait de l'incapactité du film à aller au delà du malaise, à laisser les sentiments s'exprimer pleinement.

 

3.8/6 


2011
de Pedro Almodóvar
avec Antonio Banderas, Elena Anaya

 

la-piel-que-habito.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Vince12 25/10/2012 13:36

C'est du nanar de haut vol.

Vince12 25/10/2012 10:04

D'ailleurs James en parlant nanar j'ai chroniqué sur naveton un gros nanar du nom d'Alluda majaka et je te conseille de regarder la vidéo en lien avec la chronique.

voracinephile 25/10/2012 13:01



Oh, tu as regardé Alluda majaka en entier ? Bravo ! J'avais essayé, mais au final, ça avait été trop long pour moi, j'ai zappé quelques passages. Content de voir une telle pépite enfin sur
naveton, je vais aller jeter un coup d'oeil...



Vince12 24/10/2012 22:47

Ma foi tu pourrais faire une sorte de métaphore façon Romero. Sauf qu'ici ceux qui sont possédés et qui sont donc dans certaines tendances pourrait se révéler ceux qui ne répondent pas au critères
d'une société ultra formaté.

voracinephile 25/10/2012 09:48



En effet, plus je tourne l'idée dans ma tête, plus je me dis qu'il y aurait matière à faire un film culte (encore faut-il avoir des dialogues du tonnerre et des gags à la chaîne). Mais je n'avais
pas ces idées à la base, je souhaitais faire vraiment quelque chose de tellement exagéré qu'on me comparerait directement à Crocodile Fury ou Danjo & Grove. Des performances surjouées
tellement immondes qu'elles en deviendraient des références. Je vois comment je vais pouvoir développer ce projet, je te tiens au courant. Merci pour cette suggestion ^^.



dasola 24/10/2012 18:43

Bonsoir, j'ai préféré le roman de Jonquet dont le film est adapté mais ce film vaut la peine d'être vu rien que pour le malaise qu'il distille. Bonne soirée.

voracinephile 24/10/2012 21:48



Bonsoir Dasola. Je n'ai pas lu le livre en question, il serait probablement intéressant à découvrir (le potentiel du sujet est vraiment énorme, il y a matière à vraiment ressentir des émotions).
Hélas, le film ne parvient à mettre en scène que le malaise, et pas grand chose d'autre. Bonne soirée également.



Vince12 24/10/2012 16:25

De toute façon je continue de suivre l'activité de ton blog et donc de tes productions.

voracinephile 24/10/2012 21:42



Merci de ton attention ^^


J'espère réussir à motiver suffisamment d'acteurs pour le faire, mais va falloir que j'en discute quand même (car vu l'extrémisme de mon humour, je pourrais peut être passer du côté obscur...).
Disons que les personnes qui seront possédées développent des tendances comportementales extrêmes et abominablement nanardes (par exemple, un personnage possédé va devenir un travesti, un autre
va devenir un gothique... bref, l'occasion de ne pas me predre au sérieux en ayant l'air de dénoncer des comportements soit disant inspirés par le démon...).



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche